Bannon aurait voulu faire un film sur les nazis avec Mel Gibson
Rechercher

Bannon aurait voulu faire un film sur les nazis avec Mel Gibson

L’assistant de Trump aurait voulu faire un documentaire sur la pureté raciale, la contraception et le darwinisme avec Gibson

Stephen Bannon, conseiller du président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 25 janvier 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Stephen Bannon, conseiller du président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 25 janvier 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

Stephen Bannon, le stratège de la Maison Blanche, aurait commencé à travailler en 2005 sur un film qui mettait en avant des idées nazies sur la pureté raciale pour lequel il a demandé le soutien de Mel Gibson.

Un extrait de 11 pages du film qui n’a jamais été réalisé, intitulé « The Singularity : Resistance Is Futile » a été obtenu par The Daily Beast, selon un article jeudi. Le site Web indique qu’un titre alternatif avait été considéré et qui était « La récolte des damnés ».

Bien que le plan du film n’a jamais été terminé et que son message ne soit pas clair, le Daily Beast le décrit comme une « histoire dans laquelle la soif inextinguible de la connaissance et du progrès scientifique de l’humanité a abouti à des atrocités fascistes horribles et à une stérilisation forcée, faisant le lien entre ces atrocités et la biotechnologie moderne ».

Une section de deux minutes du film a été intitulé « The Commercial Eugenics Civilization » devait être consacrée à « La pureté du sang et les nazis – la perfectibilité de la vie à travers une race d’élite contrôlée par l’homme qui va créer un monde meilleur ».

Mel Gibson avant la première australienne de "Hacksaw Ridge", à Sidney, le 16 octobre 2016. (Crédit : Brendon Thorne/Getty Images via JTA)
Mel Gibson avant la première australienne de « Hacksaw Ridge », à Sidney, le 16 octobre 2016. (Crédit : Brendon Thorne/Getty Images via JTA)

Avant de se joindre à la campagne de Trump l’été dernier, Bannon a dirigé Breitbart News, une plate-forme pour l’ «alt-right», une alliance d’extrême droite hétéroclite qui inclut des antisémites et des Juifs de droite.

Avant d’entrer dans le monde de l’information, Bannon a travaillé à Hollywood, dans la production de films de droite tels que « Dans le visage du mal : la guerre de Reagan en mots et en action ».

Son ancienne partenaire d’écriture et son amie proche, Julia Jones, a confirmé au Daily Beast qu’elle avait fait de la recherche pour un film sur l’eugénisme. Elle a également précisé au journal que Bannon a prétendu avoir rencontré Gibson et qu’il lui aurait dit que la star connue pour son éclat antisémite quand il était alcoolisé investirait de l’argent dans le film.

Bannon a réalisé plusieurs documentaires de droite dans les années 2000.

La semaine dernière, le Washington Post a évoqué le rôle qu’il a joué dans une proposition en 2007 pour un documentaire qui n’a jamais été tourné appelé : « Les États islamiques d’Amérique ».

Il aurait été composé d’interviews de personnes qui, comme Bannon, croient que la menace posée à l’Occident est plus large que les terroristes extrémistes islamistes, englobant un éventail de groupes de défense musulmans.

Dans ce documentaire, Bannon a décrit la « communauté juive américaine » comme faisant partie des « facilitateurs » indirects du djihad.

La proposition mentionne également « des groupes de front et des musulmans américains méchants qui prêchent la réconciliation et le dialogue officiellement, mais qui, dans les coulisses, prônent la haine et le mépris de l’Occident ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...