Bar-Lev : Netanyahu « trompe » les Israéliens sur l’accord iranien
Rechercher

Bar-Lev : Netanyahu « trompe » les Israéliens sur l’accord iranien

S’il n’est pas parfait, l'accord empêche Téhéran de se doter de la bombe pendant 15 ans, déclare un député de l’Union sioniste

Omer Bar-Lev, député de l'Union sioniste.  (Crédit : Flash90)
Omer Bar-Lev, député de l'Union sioniste. (Crédit : Flash90)

Omer Bar-Lev, député de l’Union sioniste a salué mardi l’accord du P5+1 avec l’Iran le mois dernier, faisant valoir que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ignore à quel point l’accord réduit considérablement la menace nucléaire contre Israël.

Dans un éditorial publié par MSNBC, Omer Bar-Lev, un ancien commandant de l’unité d’élite de reconnaissance générale de Tsahal (Sayeret Matkal), déclare que, s’il n’est pas parfait, l’accord empêchera l’Iran de développer des armes nucléaires pendant 15 ans.

Il accuse les dirigeants israéliens de ne pas reconnaître les « avantages importants » d’Israël que l’accord historique peut générer. (Le président du parti de Bar-Lev, Isaac Herzog, a critiqué l’accord.)

« Ceux qui prétendent que l’accord augmente la menace nucléaire contre Israël ignorent des faits gênants, » dit-il.

Netanyahu, soutient Bar-Lev, « trompe délibérément la population en lui faisant croire que l’application de l’accord et la levée des sanctions dépendent uniquement du prochain vote du Congrès américain ».

Bar-Lev souligne que la Grande-Bretagne, la France, la Russie, la Chine, l’Allemagne et le Conseil de sécurité des Nations unies ont déjà voté la suppression des sanctions qui paralysent l’économie iranienne, à condition d’une confirmation de l’Agence internationale de l’énergie atomique que Téhéran respecte les conditions initiales de l’accord.

Selon Bar-Lev, si le Congrès outrepasse le président Barack Obama et rejette l’accord, selon ses termes, l’Iran est autorisé à abandonner l’accord dans son intégralité et à ne respecter aucun des engagements convenus.

Il souligne que cette situation entraînerait une double menace contre Israël en créant une réalité dans laquelle les fonds des sanctions déjà annulées seraient utilisés par l’Iran pour financer des groupes terroristes régionaux, et où Téhéran pourrait reprendre son programme d’armement nucléaire sans violer aucun accord ou résolution internationale.

Israël, dont la relation avec les États-Unis a été gravement endommagée par Netanyahu, selon Bar-Lev, se verrait isolé et blâmé pour l’échec de l’accord, avertit-il.

Si Israël avait fait partie des négociations nucléaires, ou avait été en contact étroit avec les négociateurs du P5 + 1, il aurait pu façonner un accord final beaucoup plus favorable, selon lui.

« Toutefois, compte tenu de la réalité qui est la nôtre, Israël ferait mieux d’examiner objectivement la situation au lieu de semer la peur et de répandre des demi-vérités », conclut-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...