Belgique : des supporters scandent des chants antisémites, le club est acquitté
Rechercher

Belgique : des supporters scandent des chants antisémites, le club est acquitté

Les supporters de Bruges ont scandé lors d’une rencontre contre Anderlecht "Celui qui ne saute pas est Juif" et "Tous les Juifs sont gays"

Illustration : Des fans de football belges se réjouissent après le but de la Belgique en regardant les quarts de finale de la Coupe du Monde Russie 2018 entre le Brésil et la Belgique, à Woluwe, Bruxelles, le 6 juillet 2018. (AFP Photo/Belga/Nicolas Maeterlinck)
Illustration : Des fans de football belges se réjouissent après le but de la Belgique en regardant les quarts de finale de la Coupe du Monde Russie 2018 entre le Brésil et la Belgique, à Woluwe, Bruxelles, le 6 juillet 2018. (AFP Photo/Belga/Nicolas Maeterlinck)

Ce vendredi, la commission des litiges d’appel de l’Union belge de football (URBSFA) a acquitté le club de Bruges après des chants antisémites scandés par ses supporters lors d’un match sur le terrain du club d’Anderlecht, a rapporté le journal belge Le Vif.

Selon le rapport, des supporters de Bruges avaient scandé lors de la rencontre « Celui qui ne saute pas est Juif » et « Tous les Juifs sont gays ».

Finalement acquitté, le parquet fédéral avait pourtant requis une lourde amende contre le club. « Nous devons veiller à ne pas nuire à notre image internationale en tant que nation de football. Ce qui constitue un comportement acceptable évolue avec le temps. Actuellement, ces chants sont blessants », avait déclaré le procureur fédéral Kris Wagner.

Selon l’avocat du club, Hannes D’Hoop, si leur perception était négative, les chants n’étaient pas discriminatoires ou destinés à blesser les Juifs ou les homosexuels.

« Les chants doivent être considérés comme neutres et sans caractère offensant. On utilise des termes qui indiquent simplement l’orientation sexuelle ou un groupe de population. Le mot ‘Juif’ n’a pas de connotation dévalorisante ou discriminatoire, de même pour le mot ‘homo’ », détaillait finalement le verdict, suivant le réquisitoire de l’avocat du club.

En août dernier, déjà, à Bruges également, des supporters du club avaient chanté des slogans sur le fait de brûler des Juifs.

La Dernière Heure avait publié en décembre des images du match du
26 août 2018. On y voyait des dizaines de fans célébrer la victoire de leur équipe locale sur l’équipe bruxelloise d’Anderlecht ce jour-là en chantant en flamand : « Mon père était dans les commandos, ma mère était dans les SS, ensemble ils brûlaient les Juifs parce que les Juifs brûlent mieux. »

Les chants avaient été condamnés par le Comité de coordination des organisations juives de Belgique et la Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA).

Ce chant, dont les médias ont parlé pour la première fois en 2015, a proliféré ces dernières années aux Pays-Bas et en Belgique. Dans certains cas, les fans le chantent pour narguer leurs homologues d’équipes rivales qui sont considérées comme historiquement juives.

Certains fans disent qu’Anderlecht fait partie de ces équipes, même si ce club de football ne possède pas de liens connus avec les Juifs.

Mais ce chant est également apparu dans des situations sans rapport ni avec les Juifs ni avec le football, notamment à l’occasion de la remise des diplômes d’un lycée en 2016 près d’Amsterdam.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...