Rechercher

Bennett assure que ce n’est pas en « assassinant des Juifs que nous serons brisés »

Le ministre de l'Intérieur assure que les forces de l'ordre appréhenderont les terroristes d’Elad "morts ou vifs"

Forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’une attaque terroriste, à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’une attaque terroriste, à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a promis, jeudi soir, que les forces de l’ordre israéliennes appréhenderaient les terroristes responsables de l’attentat perpétré dans la ville d’Elad qui a causé la mort de trois personnes et en a blessé plusieurs. Il a assuré que les ennemis d’Israël ne briseraient jamais « notre esprit ».

« Nos ennemis se sont lancés dans une campagne de meurtres contre les Juifs », a expliqué Bennett après s’être réuni avec les responsables des forces de l’ordre. « Leur but est de briser notre esprit. Ils ne réussiront pas. » « Nous mettrons la main sur les terroristes et ceux qui les aident, et ils en paieront le prix. J’adresse mes condoléances du fond du cœur aux familles des victimes », a assuré Bennett.

Bennett s’était entretenu avec le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, le chef de la police Kobi Shabtai, le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev, le chef de Tsahal Aviv Kohavi, le chef du Mossad et le chef du Shin Bet.

Au cours de la réunion, Bennett a été informé de l’attentat et des mesures prises pour appréhender les terroristes.

L’attentat a eu lieu à la fin du Jour de l’Indépendance d’Israël, prolongeant la vague d’attentats terroristes en Israël et en Cisjordanie de ces dernières semaines, et les menaces répétées émanant de groupes terroristes palestiniens sur le mont du Temple, à Jérusalem.

Selon des témoins oculaires, deux terroristes auraient attaqué plusieurs passants avec une hache et un couteau dans un parc du centre-ville et sur une route voisine de la ville à majorité ultra-orthodoxe. Sept personnes auraient été blessées dans l’attentat, parmi lesquelles une victime dans un état critique.

Des forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’un attentat terroriste, à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Barlev a juré d’appréhender les terroristes « morts ou vifs ». « Nous avons payé un très lourd tribut ce soir », a regretté Barlev. « La police, le Shin Bet et Tsahal sont sur la piste des terroristes qui ont perpétré l’attaque, et nous mettrons la main sur eux, morts ou vifs. »

Barlev a déclaré qu’Israël lutterait contre « un terrorisme palestinien débridé », qu’il frapperait « de toutes ses force dans les villages, les villes et les camps de réfugiés ».

Au cours de la réunion, il a également été décidé de prolonger le bouclage des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza jusqu’à dimanche, a précisé le ministère de la Défense.

Gantz a promis que les responsables de la Défense « allaient prendre des mesures pour lutter contre les attentats terroristes et les incitations à la violence », sans plus de détails.

Le bouclage avait été imposé mardi après-midi, avant Yom KaZikaron [le Jour du Souvenir] et le Jour de l’Indépendance, et devait se terminer dans la nuit de jeudi à vendredi.

Lapid a lui aussi condamné l’attentat terroriste, affirmant que « la joie du Jour de l’Indépendance s’était évanouie en un instant ». « L’attentat terroriste d’Elad est une douleur pour notre cœur et notre âme », a-t-il déploré. « J’adresse mes sincères condoléances aux familles qui ont perdu un être cher ce soir, et je prie avec tout Israël pour la santé des blessés. »

Peu de temps après l’attaque, plusieurs dizaines de militants d’extrême droite menés par le député Itamar Ben Gvir se sont rendus à Elad, où ils ont organisé une manifestation scandant « Bennett, dehors ». Ben Gvir en a appelé à des interpellations généralisées et à l’exécution de dirigeants terroristes.

Le député Itamar Ben Gvir sur les lieux d’un attentat terroriste, à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Il s’en également pris à Barlev, qu’il a traité de « raté ».

La présence de Ben Gvir à Elad a suscité une vive émotion de la part des habitants, qui lui ont demandé de partir.

Shlomo Linder, un habitant d’Elad, a accusé Ben Gvir d’incitation à la violence.

« Les ultra-orthodoxes n’ont jamais été d’extrême droite », a déclaré Linder à la chaîne publique Kan. « Ces gens du mouvement des implantations viennent ici pour inciter les jeunes à la violence », a-t-il dit en faisant référence à Ben Gvir, connu pour attiser les tensions en Israël, et entre Juifs et Arabes.

« Les ultra-orthodoxes ne pensent pas qu’il faille tuer des frères. Nous ne pensons pas des choses pareilles, pas plus que nous ne souhaitons tuer des Arabes », a-t-il assuré. « Ben Gvir devrait retourner chez lui. Il n’est pas le bienvenu à Elad si c’est pour inciter nos jeunes à la violence ». « Le courant dominant haredi est contre le fascisme. Nous n’appelons pas au meurtre. »

Les personnels de sécurité et de secours s’affairent sur les lieux d’un attentat terroriste, à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Les groupes terroristes palestiniens se sont réjouis de l’attentat, sans qu’aucun ne le revendique à ce stade.

Le groupe terroriste du Hamas a qualifié l’attentat « d’opération héroïque », en rétorsion à la présence d’Israéliens juifs sur le mont du Temple jeudi. Pour la première fois depuis Pessah, des centaines de personnes se sont rendues sur le mont, qui est le site le plus saint du judaïsme et le troisième plus saint de l’islam. Le site avait été interdit aux Juifs pour la fin du Ramadan.

Plus tôt jeudi, des Palestiniens se sont affrontés avec la police sur le mont du Temple après la réouverture du site aux Juifs après une fermeture de deux semaines. Le Hamas avait menacé de riposter si les Juifs étaient de nouveau autorisés à « prendre d’assaut » le lieu saint. « Notre peuple poursuivra sa lutte et défendra la mosquée Al-Aqsa par tous les moyens. Nous frapperons les sionistes et les colons où qu’ils soient », a déclaré le porte-parole du Hamas, Abd al-Latif al-Qanou.

Dans un discours prononcé samedi dernier, le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, avait proféré des menaces si d’aventure les Israéliens continuaient à se rendre sur le site. Il avait également appelé les Palestiniens de Cisjordanie à commettre des attentats contre les Israéliens.

« C’est la mise en œuvre de ce que la résistance a toujours prôné : Al-Aqsa est une ligne rouge », a déclaré Hazem Qasim, responsable du Hamas.

Le Jihad islamique a également qualifié l’attentat d’Elad d’« opération héroïque ».

« Quand des bandes de colons souillent Al-Aqsa, la ligne rouge est franchie », a déclaré Mohammad Hmeid, haut responsable du groupe terroriste.

La scène d’un attentat terroriste à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Hatzalah)

L’attentat est survenu dans un climat de fortes tensions entre Israël et les Palestiniens ces dernières semaines, émaillées d’attentats terroristes répétés en Israël et en Cisjordanie, qui ont fait 16 morts.

L’attentat de jeudi porte à 19 le nombre de personnes tuées dans des attentats terroristes en Israël et en Cisjordanie depuis le 21 mars 2022.

L’armée a redoublé d’efforts en Cisjordanie pour tenter de mettre un terme à cette spirale de violence. Les opérations qui ont suivi ont donné lieu à des affrontements qui ont fait au moins 26 morts du côté palestinien, parmi lesquels quelques civils.

De manière assez inhabituelle, l’aile militaire du Hamas a revendiqué vendredi une fusillade dans l’implantation d’Ariel, en Cisjordanie, qui a fait un mort parmi les gardes de sécurité israéliens.

L’attentat « héroïque » « ne sera pas le dernier, avec l’aide de Dieu », ont déclaré les Brigades Izz al-Din al-Qassam.

Palestiniens et soldats israéliens se sont affrontés à plusieurs reprises sur le mont du Temple au cours des dernières semaines, dans des heurts qui rappellent des scènes de 2021, lorsque les émeutes sur le mont avaient fini par déclencher une guerre entre Israël et les groupes terroristes basés à Gaza, dirigés par le Hamas.

Depuis la guerre de mai 2021, le Hamas, qui ne cache pas son intention de détruire Israël, menace régulièrement de tirer des roquettes sur Israël en cas de violation des « lignes rouges » de l’organisation à Jérusalem. Le groupe terroriste a salué ce qu’il qualifie de « dissuasion » envers Israël au sein de la capitale contestée comme un de succès de la guerre, oublieux des destructions qu’elle a occasionnées à Gaza.

Sinwar a déclaré samedi que le groupe terroriste « n’hésitera pas à prendre des mesures » si Israël « profane » la mosquée Al-Aqsa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...