Bennett frappe à nouveau dans sa querelle en cours avec le Premier ministre
Rechercher

Bennett frappe à nouveau dans sa querelle en cours avec le Premier ministre

Des proches de Netanyahu avaient critiqué Bennett pour sa critique cinglante de la stratégie du gouvernement face aux attaques terroristes

Le dirigeant du parti HaBayit HaYehudi Naftali Bennett (à gauche) avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset, le 22 avril 2013. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le dirigeant du parti HaBayit HaYehudi Naftali Bennett (à gauche) avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset, le 22 avril 2013. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Tirant le dernier coup d’une guerre des mots avec Netanyahu, le ministre de l’Education Naftali Bennett a accusé le Premier ministre de l’attaquer ad hominem de manière à peine voilée dans un communiqué.

« La grandeur de chaque système est sa capacité à se renouveler et à tester ses axiomes fondamentaux », a-t-il déclaré, défendant ses remarques de la veille sur ce qui avait semblé être une critique de Netanyahu et du ministre de la Défense Moshe Yaalon pour rester sur des hypothèses périmées.

« La sécurité des citoyens israéliens en dépend et il est donc important d’avoir une large discussion, profonde, et qui porte sur le fond du sujet et non sur la personne. »

Plus tôt dans la journée, des sources proches du Premier ministre Benjamin Netanyahu avaient critiqué Bennett pour sa critique cinglante de la stratégie du gouvernement face aux attaques terroristes et aux menaces extérieures aux frontières d’Israël.

« Il semble qu’il y en ait qui ne comprennent toujours pas la différence entre être un ministre du gouvernement et être un commentateur internet de l’opposition », a glissé malicieusement un fonctionnaire.

« Alors que l’armée, la police et le Shin Bet se battent contre le terrorisme chaque jour et en chaque lieu, les membres du cabinet devraient prendre leur responsabilité et contribuer à cet effort partagé – au lieu de supplier pour des votes avec des slogans flottants et des attaques populistes contre le gouvernement auquel ils appartiennent », a ajouté la source.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...