Benny Gantz se dit prêt à entrer en politique, sans doute avec un nouveau parti
Rechercher

Benny Gantz se dit prêt à entrer en politique, sans doute avec un nouveau parti

Les partis d'opposition Union sioniste et Yesh Atid ne semblent pas avoir réussi à séduire l'ancien chef d'état-major

L'ancien chef d'état-major de Tsahal Benny Gantz prend la parole lors de la Conférence sioniste mondiale annuelle, à Jérusalem, le 2 novembre 2017. (Miriam Alster/FLASH90)
L'ancien chef d'état-major de Tsahal Benny Gantz prend la parole lors de la Conférence sioniste mondiale annuelle, à Jérusalem, le 2 novembre 2017. (Miriam Alster/FLASH90)

L’ancien chef d’état-major de Tsahal Benny Gantz prévoit de créer son propre parti politique plutôt que de rejoindre les partis de l’opposition, l’Union sioniste ou Yesh Atid, selon un reportage télévisé diffusé mercredi.

Il est généralement admis que Gantz cherche à entrer en politique dans le centre-gauche avant les élections prévues pour l’année prochaine, bien qu’il fasse rarement de commentaires publics sur ses opinions politiques. Selon des informations parues en juin dans la presse israélienne, M. Gantz étudiait la possibilité d’adhérer au parti de l’Union sioniste en tant que candidat au poste de Premier ministre. Le parti d’opposition est actuellement dirigé par Avi Gabbay.

Mais selon le journal télévisé de Hadashot TV, Gantz est maintenant censé former son propre parti. En tant que chef de son propre parti, même s’il n’obtenait pas de bons résultats, il serait en meilleure position pour négocier un rôle dans la prochaine coalition après les élections que comme membre d’un des deux autres partis, selon le rapport télévisé.

Gabbay a déclaré que l’Union sioniste ne serait en aucun cas partenaire du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de son parti du Likud, alors que les deux partis ultra-orthodoxes ne seraient en aucun cas partenaires de Yesh Atid de Yair Lapid, de sorte que rejoindre un des deux principaux partis d’opposition pourrait laisser Gantz en marge alors qu’il souhaite une position ministérielle plus élevée, selon ce reportage.

Les sources n’ont pas été citées quant aux hypothèses concernant les intentions de Gantz.

Ce reportage survient en pleine rumeur d’éventuelles élections anticipées.

La semaine dernière, le quotidien en hébreu Yedioth Ahronoth a rapporté que Netanyahu a récemment proposé de nommer Gantz au poste de ministre des Affaires étrangères. Le bureau de Netanyahu et des sources proches de Gantz ont tous deux démenti ce rapport.

L’entrée de Gantz en politique pourrait avoir des répercussions majeures, selon de multiples sondages au cours des derniers mois. Les spéculations ont tourbillonné sur les ambitions politiques de Gantz alors qu’il arrive au terme de la période de « réflexion » obligatoire de trois ans au terme de laquelle les officiers supérieurs de Tsahal sont autorisés à entrer en politique. Gantz a quitté l’armée en 2015.

Les sondages ont révélé que Gantz avait la meilleure chance, parmi les dirigeants de l’Union sioniste actuelle, de se mesurer au candidat sortant de trois mandats, Netanyahu, pour le leadership. Inversement, un sondage réalisé en juillet dans Yedioth a révélé que s’il décidait plutôt de lancer son propre parti, il diviserait le soutien de la gauche et ruinerait presque toutes ces chances.

Benny Gantz, alors chef d’Etat-major, s’adresse aux soldats israéliens à la frontière de la bande de Gaza, le 26 juillet 2014. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne/Flash90)

Selon le sondage de juillet, Gantz obtiendrait quelque 24 sièges à la Knesset s’il se présentait en tête de la liste de l’Union sioniste, juste derrière le parti au pouvoir, le Likud. S’il fondait un nouveau parti, il écraserait l’Union sioniste, avec 14 sièges, en troisième position après les 29 du Likud et les 15 de Yesh Atid, tandis qu’une Union sioniste dirigée par Gabbay s’effondrerait en quatrième position avec 10 sièges.

Si Gantz participe à l’élection suivante, le sondage a donné 33 sièges au Likud, Yesh Atid 18, l’Union sioniste 15, la Liste arabe unie 12, HaBait HaYehudi 7, Yahadout HaTorah 7, Koulanou 6, Meretz 6, Yisrael Beytenu 6, Shas 5 et un parti mené par un ancien parlementaire d’Yisrael Beytenu Orly Levi-Abekasis les 5 derniers.

Ces chiffres suggèrent que le soutien à Gantz traverse les lignes de parti traditionnelles, car la possibilité d’un nouveau parti dirigé par Gantz semble siphonner environ quatre sièges du Likud, cinq de l’Union sioniste, et trois du centriste Yesh Atid.

Gantz, 58 ans, qui a été chef d’état-major de l’armée de février 2011 à février 2015, a dirigé la guerre à Gaza en 2014.

Lui et l’armée ont fait l’objet de nombreuses critiques dans un rapport du contrôleur de l’État publié en février 2017, dans lequel il affirmait ne pas s’être suffisamment préparé à faire face à la menace des tunnels d’attaque du Hamas.

En janvier, lors d’une conférence à Eilat, M. Gantz a déclaré qu’il lui faudrait « un certain temps » avant d’entrer en politique, mais qu’il était en pourparlers avec plusieurs partis politiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...