Berlin transmet à Varsovie les fichiers numérisés du parti nazi
Rechercher
12,5 millions de membres du parti nazi NSDAP

Berlin transmet à Varsovie les fichiers numérisés du parti nazi

"Ces documents sont essentiels pour savoir qui constituait l'administration de la Pologne occupée par le Troisième Reich de 1939 à 1945," a indiqué Wojciech Kozlowski

Photographies de Witold Pilecki à la prison de Mokotów en 1947. (Crédit : domaine public)
Photographies de Witold Pilecki à la prison de Mokotów en 1947. (Crédit : domaine public)

Les archives fédérales allemandes Bundesarchiv transmettront à la Pologne les fichiers numérisés des 12,5 millions de membres du parti nazi NSDAP, dans le cadre d’un accord signé fin janvier avec l’Institut Pilecki, a annoncé mardi cet l’institut de recherche polonais.

« Il s’agit de 25 millions de pages de fichiers personnels de l’ensemble des membres du parti nazi », a indiqué à l’AFP Wojciech Kozlowski, président de l’institut créé en 2016 par le gouvernement conservateur pour étudier les régimes totalitaires nazi et communiste.

« Ces documents sont essentiels pour savoir qui constituait l’administration de la Pologne occupée par le Troisième Reich de 1939 à 1945, quel était le profil sociologique, culturel, intellectuel des occupants, ou de quelles régions d’Allemagne ils venaient », a précisé Kozlowski.

« Les historiens polonais n’auront plus à se rendre en Allemagne pour mener des recherches sur la Seconde Guerre mondiale », a-t-il souligné ajoutant que l’institut montrera la première partie des archives le 7 mars prochain.

Dans un deuxième temps, l’institut veut numériser les archives allemandes qui intéressent spécifiquement les historiens polonais et que la Bundesarchiv n’a pas encore numérisées. Il s’agit de kilomètres de documents, sans doute la plus grande opération de ce type en dehors de la Pologne, a déclaré Kozlowski. A cet effet, une filiale de l’institut doit être ouverte à Berlin.

La préservation de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale est pour le gouvernement conservateur un des aspects de sa importante politique historique, ses différentes interprétations étant parfois source de conflits diplomatiques avec Berlin ou Jérusalem.

L’institut Pilecki, du nom du héros de la Résistance polonaise Witold Pilecki se donne pour objectif de regrouper sous forme numérique les archives sur la Seconde Guerre mondiale préservées dans différents pays, notamment aux Nationals Archives britanniques ou ceux préservés par l’Institut Hoover américain.

Pilecki fut un officier polonais qui s’était fait volontairement enfermer dans le camp nazi d’Auschwitz-Birkenau pour porter au monde un témoignage sur la Shoah et y organiser la résistance. Après trois ans de camp, il a réussi à s’enfuir. Le régime communiste l’avait arrêté après la guerre, accusé d’espionnage et condamné à mort. Son corps n’a jamais été retrouvé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...