BHL : « Je suis effrayé par l’indifférence de la société française »
Rechercher

BHL : « Je suis effrayé par l’indifférence de la société française »

Ces déclarations font écho aux propos de Manuel Valls sur le manque d'indignation de la société

Bernard-Henri Levy à l'université de Tel Aviv en 2011 (Crédit : CC BY-SA Itzike, Wikipedia)
Bernard-Henri Levy à l'université de Tel Aviv en 2011 (Crédit : CC BY-SA Itzike, Wikipedia)

Suite à la manifestation contre l’antisémitisme qui s’est déroulée à Créteil, le philosophe et essayiste Bernard-Henri Levy a déploré sur iTélé le faible nombre de participants : « Combien y avait-il de personnes à cette manifestation ? 1 600… Des voisins ! À l’époque des attentats de la rue des Rosiers ou de Copernic, c’était des centaines de milliers de personnes, président en tête, qui descendaient dans les rues. Je suis effrayé par l’indifférence de la société française.»

Ces propos font écho aux déclarations de Manuel Valls sur France 2 : « J’ai été étonné qu’il n’y ait pas plus de mobilisation en dehors de celle de ce matin à Créteil, plus de mobilisation des intellectuels, mais tout simplement de la société. On manque d’indignation dans notre société », a déclaré le Premier ministre.

Un rassemblement républicain a eu lieu ce dimanche à l’appel des dirigeants de la communauté juive de Créteil pour dénoncer la montée de l’antisémitisme.

Entourant les représentants institutionnels, des émissaires de l’Etat, des élus de la République et l’ambassadeur d’Israël en France, Yossi Gal, des centaines de Cristoliens et de Franciliens, juifs et chrétiens, africains et berbères, laïcs et religieux, sont venus dire leur indignation et leur révulsion face aux deux agressions antisémites qui ont frappé la ville au cours des trois dernières semaines.

Bernard-Henri Lévy : « Bien sûr que l’antisémitisme progresse en France, c’est grave » (Vidéo).Bernard Henri-Lévy é…

Posted by Bernard-Henri Lévy on Sunday, 7 December 2014

Henry Bettan a participé à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...