Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Blinken en désaccord avec les dirigeants arabes au sujet de l’appel au cessez-le-feu

La diplomatie égyptienne qualifie l’incursion israélienne de punition collective et non de légitime défense ; les appels du plus haut diplomate américain sont rejetés

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à l'avant gauche, participant à une réunion avec les ministres des Affaires étrangères arabes à Amman, en Jordanie, le 4 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à l'avant gauche, participant à une réunion avec les ministres des Affaires étrangères arabes à Amman, en Jordanie, le 4 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool photo via AP)

Les dirigeants arabes, qui déplorent le nombre croissant de victimes civiles dans la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, ont appelé à un cessez-le-feu immédiat samedi, alors que le secrétaire d’État américain Antony Blinken a prévenu qu’une telle mesure serait contre-productive et pourrait encourager le groupe terroriste à redoubler de violence.

Après une après-midi de discussions à Amman avec des diplomates égyptiens, jordaniens, saoudiens, qataris et émiratis, ainsi qu’avec un haut responsable de l’Autorité palestinienne (AP), Blinken s’est entretenu avec ses homologues jordanien et égyptien pour discuter de leur volonté commune de protéger les civils de Gaza et d’améliorer l’acheminement de l’aide vers le territoire assiégé.

La dissonance des messages était évidente. Néanmoins, la conférence de presse conjointe entre les ministres du monde arabe et le plus haut diplomate du plus proche allié d’Israël, ainsi que les nombreuses séances de photos, contrastaient avec le séjour de Blinken à Tel Aviv vendredi, lorsqu’il a rencontré seul les journalistes après s’être entretenu à huis clos avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les ministres arabes ont appelé à plusieurs reprises à l’arrêt immédiat des combats et ont condamné les tactiques de guerre d’Israël.

L’Égyptien Sameh Choukri a déclaré que son pays « ne peut pas accepter » « l’opération agressive » d’Israël contre le Hamas à Gaza comme un acte de légitime défense, la qualifiant de « punition collective » des Palestiniens de Gaza. « Il ne peut en aucun cas s’agir d’une légitime défense », a-t-il déclaré.

Blinken a maintenu la position américaine selon laquelle un cessez-le-feu porterait atteinte au droit et à l’obligation d’Israël de défendre ses citoyens après l’attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël. Il a déclaré que l’engagement de l’administration Biden envers le droit d’Israël à l’auto-défense restait inébranlable.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à droite, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri, à gauche, et le vice-premier ministre et ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi tenant une conférence de presse à Amman, en Jordanie, le 4 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool via AP)

« Nous pensons aujourd’hui qu’un cessez-le-feu ne ferait que laisser le Hamas en place, capable de se regrouper et de répéter ce qu’il a fait », a déclaré Blinken.

Il a ajouté que les États-Unis étaient favorables à des « trêves humanitaires » dans les opérations israéliennes afin de permettre un meilleur acheminement de l’aide et un transit accru des ressortissants étrangers hors de Gaza et vers l’Égypte. Les collègues jordaniens et égyptiens de Blinken ont estimé que cela n’allait pas assez loin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé vendredi qu’Israël n’accepterait pas un cessez-le-feu temporaire sans le retour de ses otages à Gaza.

Washington estime que le bref répit que permettent les « pauses » dans les combats donnerait à l’administration une plus grande marge de manœuvre pour continuer à soutenir l’opération militaire d’Israël au milieu des réactions de plus en plus vives à l’étranger et au sein du parti démocrate en raison du nombre croissant de victimes civiles à Gaza, a déclaré vendredi un haut fonctionnaire américain au Times of Israel.

En outre, les États-Unis pensent que les trêves humanitaires permettraient au Hamas de mieux savoir où se trouvent les quelque 240 otages, d’autant plus que certains sont détenus par d’autres groupes terroristes, a ajouté le fonctionnaire.

Washington reconnaît qu’une pause dans les combats, aussi temporaire soit-elle, pourrait permettre au Hamas de se regrouper, mais le sentiment est que les avantages d’une telle démarche l’emportent sur les risques, a ajouté le fonctionnaire.

L’un des principaux objectifs du voyage de Blinken à Amman était de rallier le soutien de la région aux efforts déployés par Washington pour faire de la crise actuelle une occasion d’avancer vers la réunification de Gaza et de la Cisjordanie afin de faire progresser une solution à deux États, ce que les alliés des États-Unis dans la région soutiennent.

Toutefois, les responsables arabes ont déclaré qu’il était bien trop tôt pour discuter de l’un des principaux points de l’ordre du jour de Blinken, à savoir l’avenir de Gaza dans l’après-guerre. L’arrêt des massacres et le rétablissement d’une aide humanitaire régulière sont des préoccupations immédiates qui doivent être abordées en premier lieu, ont-ils déclaré.

« Que se passera-t-il ensuite ? Comment pouvons-nous ne serait-ce qu’envisager ce qui se passera ensuite ? », a déclaré le Jordanien Ayman Safadi. « Nous ne disposons pas de toutes les variables pour commencer à y penser. « Nous devons remettre de l’ordre dans nos priorités », a-t-il ajouté.

Cependant, lorsqu’ils se sont présentés devant les caméras et les journalistes, les trois hommes ont au moins donné l’impression d’être solidaires. Blinken a reconnu les préoccupations arabes concernant les pertes civiles à Gaza et a souligné le risque que la guerre fait peser sur la position d’Israël dans les pays voisins avec lesquels il entretient des relations diplomatiques depuis des décennies.

Choukri et Safadi ont déclaré qu’ils étaient d’accord pour continuer à travailler avec Blinken et d’autres personnes dans le but ultime de mettre fin à la guerre, de restaurer un certain sens de la normalité à Gaza et de donner au peuple palestinien des raisons d’espérer un jour un État indépendant qui lui soit propre.

Depuis Beyrouth, un haut responsable du Hamas, Osama Hamdan, a déclaré aux journalistes que Blinken « devrait cesser l’agression et ne devrait pas proposer des idées qui ne peuvent pas être mises en œuvre ». Hamdan a déclaré que l’avenir de Gaza sera décidé par les Palestiniens et que les ministres des Affaires étrangères arabes devraient dire au diplomate américain « qu’il ne peut pas construire une coalition arabe qui est contre le peuple palestinien ».

La première rencontre de Blinken en Jordanie a eu lieu avec le Premier ministre intérimaire du Liban, Najib Mikati, dont le pays, ravagé économiquement et politiquement, abrite le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran. Les États-Unis craignent que le Hezbollah, qui a multiplié les tirs de roquettes et les attaques transfrontalières contre le nord d’Israël, ne joue un rôle plus actif dans la guerre entre Israël et le Hamas.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken serrant la main du Premier ministre intérimaire libanais Najib Mikati dans un hôtel lors d’une journée de réunions à Amman, capitale de la Jordanie, le 4 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool/AFP)

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé vendredi son premier discours depuis le massacre perpétré par le Hamas, mais n’a pas prévu une plus grande implication de son groupe, précisant que le Hezbollah n’était pas perturbé par les tentatives américaines de le dissuader.

Blinken a remercié Mikati pour son leadership « qui a empêché le Liban d’être entraîné dans une guerre dont le peuple libanais ne veut pas », a déclaré le Département d’État américain.

Blinken a ensuite rencontré le ministre des Affaires étrangères du Qatar, dont le pays est devenu l’interlocuteur le plus influent du Hamas. Le Qatar a joué un rôle clé dans la négociation de la libération limitée des otages détenus par le Hamas, ainsi que dans la persuasion du groupe terroriste palestinien d’autoriser les citoyens étrangers à quitter Gaza et à passer en Égypte.

Blinken s’est également entretenu avec le directeur de l’agence des Nations unies chargée de l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA). Il a remercié Phillipe Lazzarini pour le « travail extraordinaire que son groupe accomplit chaque jour pour assurer la survie des Palestiniens de Gaza, à un coût très, très élevé ». L’agence a vu environ 70 membres de son personnel tués dans la guerre jusqu’à présent et contrôle de manière critique les fournitures nécessaires telles que la nourriture, les médicaments et le carburant.

Le Hamas a accumulé les ressources de Gaza pour poursuivre son attaque contre Israël. Tsahal a déclaré le 24 octobre que le Hamas possédait de vastes réserves de carburant d’environ un demi-million de litres, une affirmation qui a été confirmée par des responsables occidentaux et arabes au New York Times.

À Amman, Blinken rencontrera le roi Abdallah II de Jordanie, dont le pays a rappelé son ambassadeur en Israël et a demandé à l’envoyé d’Israël de ne pas revenir en Jordanie tant que la crise de Gaza ne sera pas terminée. Dimanche, Blinken se rendra en Turquie pour y rencontrer le président Recep Tayyip Erdogan et d’autres hauts responsables, a indiqué le Département d’État. Samedi, la Turquie a suivi l’exemple de la Jordanie et a annoncé le rappel de son ambassadeur en Israël.

Les États arabes résistent aux suggestions américaines leur demandant de jouer un rôle plus important dans la crise du Proche-Orient. Ils expriment leur indignation face au nombre de civils victimes des opérations militaires israéliennes, mais estiment que Gaza est un problème dont Israël est en grande partie responsable.

De la fumée s’élève de la ville de Khan Younès, une photo prise depuis Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 novembre 2023. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Les responsables américains estiment toutefois que le soutien des pays arabes, aussi modeste soit-il, sera essentiel aux efforts visant à améliorer les conditions de vie à Gaza et à jeter les bases de ce qui remplacera le Hamas en tant qu’autorité dirigeante du territoire, si Israël parvient à éradiquer le groupe terroriste palestinien.

Pourtant, les propositions concernant la future gouvernance de Gaza se font rares. Blinken et d’autres fonctionnaires américains proposent une vague esquisse qui pourrait inclure une combinaison d’une AP revitalisée, qui n’a pas été un facteur à Gaza depuis que le Hamas l’a évincée lors d’un coup d’État sanglant en 2007, avec des organisations internationales et potentiellement une force de maintien de la paix. Les responsables américains reconnaissent que ces idées ont été accueillies avec un manque d’enthousiasme certain.

Israël a lancé sa guerre contre le Hamas le 7 octobre, après que le groupe terroriste a mené une attaque sanglante dans le sud d’Israël, tuant plus de 1 400 personnes et prenant plus de 240 otages.

La grande majorité des personnes tuées ce jour-là étaient des civils, dont beaucoup ont été massacrés chez eux. En réponse à ces tueries, Israël a promis d’éradiquer le groupe terroriste et de détruire ses infrastructures. Depuis, il a frappé des milliers de cibles du Hamas à l’intérieur de la bande de Gaza par des frappes aériennes et une opération terrestre en cours.

Israël affirme qu’il vise toutes les zones où le Hamas opère tout en cherchant à minimiser les pertes civiles.

Plus de 9 000 Palestiniens auraient été tués au cours de la guerre et plus de 22 000 auraient été blessés. Les bilans des morts publiés par le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même.

Des centaines de milliers d’habitants du nord de la bande de Gaza se sont déplacés vers le sud, Israël ayant prévenu de l’intensification de son offensive sur la ville de Gaza. Les Nations unies et les acteurs internationaux ont mis en garde contre une catastrophe humanitaire potentielle et ont demandé à Israël d’augmenter considérablement l’aide autorisée à entrer dans la bande de Gaza par le point de passage égyptien de Rafah.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.