Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Le Hamas prend les ressources de Gaza, les civils confrontés à une crise humanitaire

Plus de 800 000 personnes déplacées à Gaza se réfugient dans des écoles et des camps de fortune et sont confrontées à des pénuries de nourriture et d'eau

Une femme palestinienne étendant du linge lavé à l'eau de mer en raison du manque d'eau douce et d'électricité, le long de la plage de Deir el-Balah, dans le sud de la bande de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Photo par Mahmud Hams/AFP)
Une femme palestinienne étendant du linge lavé à l'eau de mer en raison du manque d'eau douce et d'électricité, le long de la plage de Deir el-Balah, dans le sud de la bande de Gaza, le 29 octobre 2023. (Crédit : Photo par Mahmud Hams/AFP)

L’Agence de secours des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, a annoncé cette semaine que « Gaza est confrontée à une catastrophe humanitaire », alors qu’elle contrôle les fournitures essentielles telles que la nourriture, l’eau, les médicaments et le carburant.

Depuis le début de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, plus de 800 000 habitants de Gaza ont été déplacés sur une population totale de plus de 2,1 millions d’habitants. Dans les premiers jours du conflit, l’armée israélienne a donné l’ordre d’évacuer 1,1 million d’habitants du nord de la bande de Gaza, où sont concentrées la plupart des infrastructures du Hamas, afin de réduire au maximum le nombre de victimes civiles pendant que Tsahal traque les membres du groupe terroriste.

Israël a imposé une stricte restriction sur les importations de carburant dans la bande de Gaza, arguant que le Hamas l’utilise pour faire fonctionner son système d’armement et entretenir ses tunnels souterrains, et a limité l’entrée d’autres fournitures. Israël a nié toute crise humanitaire à Gaza, mais le 21 octobre, il a commencé à autoriser des livraisons limitées de nourriture et de fournitures médicales dans la bande de Gaza en provenance d’Égypte.

Au cours des deux dernières semaines, seuls 374 camions de nourriture et de médicaments sont entrés dans la bande de Gaza, selon le Croissant-Rouge palestinien. En temps normal, il y en aurait environ 450 qui entreraient par jour. Pendant ce temps, l’approvisionnement en eau potable en provenance d’Israël a été intermittent.

L’eau potable commence à manquer depuis qu’Israël a réduit l’approvisionnement quotidien de 49 millions de litres avant le 7 octobre à 28,5 millions de litres, soit environ la moitié. La dernière usine de dessalement d’eau de mer, sur les quatre qui desservent le centre et le sud de la bande de Gaza, a fermé le 15 octobre en raison d’un manque de carburant, ce qui présente un risque de déshydratation, les habitants se contentant de boire de l’eau contaminée ou de creuser des puits dans le sol.

L’UNRWA a mis en garde mercredi contre une « grave préoccupation » concernant les maladies d’origine hydrique en raison de l’effondrement des services d’assainissement et de la pénurie d’eau.

Un garçon portant un jerrycan en plastique rempli d’eau tandis que d’autres remplissent d’autres seaux avec un tuyau le long d’une allée à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

De nombreux habitants de Gaza n’ont pas pu se doucher depuis des semaines. Selon un article d’Al Jazeera, certaines femmes ont dû laver leurs vêtements dans la mer et prendre des pilules pour retarder leurs règles afin d’éviter l’inconfort dans des conditions insalubres, car les pharmacies manquent de serviettes hygiéniques.

L’enclave contrôle également la pénurie de nourriture. Le 29 octobre, l’UNRWA a signalé que des milliers de Gazaouis désespérés avaient pénétré dans plusieurs de ses entrepôts dans la bande de Gaza, volant du blé, de la farine, des produits d’hygiène et d’autres produits de base, un incident que le directeur des opérations de l’agence, Tom White, a décrit comme « un signe inquiétant que l’ordre civil commence à s’effondrer ».

Entre-temps, le Hamas a accumulé les ressources de Gaza pour poursuivre son attaque contre Israël. Tsahal a déclaré le 24 octobre que le Hamas possédait de vastes réserves de carburant d’environ un demi-million de litres, une affirmation qui a été confirmée par des responsables occidentaux et arabes au New York Times.

Un haut fonctionnaire libanais a déclaré au journal que le Hamas disposait de réserves suffisantes pour mener des combats pendant trois à quatre mois sans avoir besoin d’être réapprovisionné. Le groupe terroriste palestinien aurait également stocké de la nourriture, la privant ainsi des habitants de Gaza qui en ont désespérément besoin.

Selon certaines informations, le Hamas a également volé de l’aide humanitaire livrée à l’UNRWA.

Moussa Abu Marzouk, membre haut placé du bureau politique du Hamas, a déclaré vendredi que le groupe terroriste, qui dirige le territoire depuis 2007, n’est pas responsable de la protection des civils de la bande de Gaza et que le vaste réseau de tunnels de 500 km sous la bande de Gaza ne sert qu’à protéger les terroristes du Hamas.

Une femme marchant en portant un nourrisson dans la cour de récréation d’une école contrôlée par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) qui a été convertie en abri pour les Palestiniens déplacés, à Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

De nombreux déplacés du nord de la bande de Gaza ont trouvé refuge chez des membres de leur famille dans le sud, des dizaines de personnes s’entassant dans des appartements individuels.

L’agence des Nations Unies a fourni un abri à plus de 670 000 réfugiés internes dans 150 de ses écoles, car de nombreux habitants de Gaza les considèrent comme des lieux sûrs à l’abri des bombardements. Les conditions de vie dans ces établissements surpeuplés sont toutefois désastreuses : les installations sanitaires sont insuffisantes et l’intimité limitée, ce qui pose le risque d’une épidémie de maladies contagieuses dans une région où le système de santé s’est pratiquement effondré.

En outre, les écoles de l’ONU ne sont pas totalement à l’abri du conflit. Le 17 octobre, l’UNRWA a signalé qu’une école accueillant 4 000 personnes déplacées dans le camp de réfugiés d’al-Maghazi, au centre de Gaza, avait été touchée par une frappe aérienne israélienne, faisant six morts.

L’agence des Nations Unies a également mis en place un campement de fortune à Khan Younis, dans le sud de l’enclave, pour accueillir les familles gazaouies du nord. Environ 800 personnes ont trouvé un abri temporaire dans une centaine de tentes et survivent grâce à l’aide fournie par les habitants et aux dons limités de quelques ONG qui opèrent encore dans la région.

Les conditions de vie dans le camp sont à peine meilleures que la survie, avec des toilettes mobiles mais aucun équipement sanitaire ou de cuisine digne de ce nom. Les familles en sont réduites à se faire à manger sur des feux de camp.

Un représentant de l’UNRWA a démenti, lors d’une interview accordée au +972 Magazine, que l’agence ait établi un nouveau camp de réfugiés dans la bande de Gaza, après avoir été réprimandé par un responsable du groupe terroriste palestinien du Hamas qui a déclaré que le campement rappelait les camps de réfugiés palestiniens de 1948.

Environ 80 % de la population de l’enclave – 1,7 million sur 2,1 – est composée de descendants de réfugiés qui ont fui le territoire de l’actuel Israël pendant la guerre de 1948 qui a vu la création d’Israël, un événement que les Arabes appellent la « Nakba », ou catastrophe en arabe.

En 1948, beaucoup avaient fui volontairement, après s’être vu promettre par les armées arabes qui avaient déclenché la guerre qu’ils rentreraient chez eux en quelques jours, tandis que d’autres ont été expulsés de force par la HaGanah, la force militaire de l’État juif de l’époque.

Les habitants du nouveau camp ont rejeté avec véhémence les propositions des politiciens israéliens de s’installer en Égypte, et ont insisté sur le fait qu’ils ne seraient pas soumis à une « seconde nakba » et qu’ils ne quitteraient pas Gaza.

L’Égypte, qui partage une frontière avec Gaza, a déclaré qu’elle n’accepterait pas un afflux de réfugiés palestiniens, craignant qu’Israël ne les autorise pas à retourner dans la bande de Gaza après la guerre. Mercredi, le point de passage de Rafah entre les deux territoires a été ouvert pour la première fois depuis le début de la guerre afin de permettre à quelque 90 blessés palestiniens d’être soignés dans des hôpitaux égyptiens de la péninsule du Sinaï, avec la promesse qu’ils seraient autorisés à rentrer dans la bande de Gaza. Des centaines de détenteurs de passeports étrangers ont également été autorisés à partir.

Dans une interview accordée à l’agence de presse officielle palestinienne Wafa, une femme nommée Asma Obaïd, qui est arrivée dans le camp en provenance de la ville de Gaza, a raconté les histoires que lui ont racontées ses parents, qui avaient fui Ashkelon en 1948 et avaient vécu d’abord sous des tentes, puis dans des cabanes métalliques de fortune. « Nous enseignons à nos enfants la Nakba et notre droit au retour », a-t-elle déclaré, réitérant la demande palestinienne que les descendants des réfugiés soient un jour autorisés à s’installer en Israël, « et maintenant ils vivent eux-mêmes une Nakba ».

Un camp de tentes fourni par l’ONU pour les Palestiniens déplacés dans le conflit entre le Hamas et Israël, à Khan Younis, dans la bande de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)

La guerre a été déclenchée le 7 octobre, lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant plus de 1 400 personnes sous le couvert d’un déluge de milliers de roquettes tirées sur les villes israéliennes.

La grande majorité des personnes tuées lorsque les terroristes se sont emparés des communautés frontalières étaient des civils, notamment des bébés, des enfants et des personnes âgées. Des familles entières ont été exécutées dans leurs maisons et plus de 260 personnes ont été massacrées lors d’un festival en plein air, souvent au cours d’actes d’une horrible brutalité perpétrés par les terroristes.

Plus de 9 000 Palestiniens auraient été tués au cours de la guerre et plus de 22 000 auraient été blessés. Les bilans des morts publiés par le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.