Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Plus de 100 camions d’aide entrent dans la bande de Gaza en une seule journée

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 374 camions transportant de la nourriture, de l'eau, des médicaments ou des fournitures médicales sont entrés par Rafah depuis le 21 octobre

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Des camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans le sud de la bande de Gaza depuis l'Égypte via le poste frontière de Rafah, le 2 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans le sud de la bande de Gaza depuis l'Égypte via le poste frontière de Rafah, le 2 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Chargés de nourriture, d’eau et de médicaments, 102 camions d’aide humanitaire sont entrés dans la bande de Gaza par le point de passage égyptien de Rafah jeudi, a indiqué le Croissant-Rouge palestinien, atteignant ainsi un seuil critique que les travailleurs humanitaires estiment nécessaire pour répondre aux besoins de la bande de Gaza meurtrie après 27 jours de guerre.

C’est la première fois que plus de 100 camions entrent dans la bande de Gaza en une seule journée depuis qu’Israël et l’Égypte ont fermé l’enclave assiégée au monde extérieur en réponse à l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, au cours de laquelle plus de 1 400 personnes ont été tuées et au moins 247 autres ont été enlevées.

L’acheminement de l’aide semble répondre au critère initial fixé par les États-Unis concernant le nombre de camions qui doivent entrer dans la bande de Gaza chaque jour. Les groupes humanitaires affirment que l’enclave a besoin d’au moins 100 camions par jour, ce qui représente environ un cinquième de l’aide qu’elle recevait avant la guerre.

Le nombre de jeudi représente également un bond de 47 camions par rapport à celui de mercredi et porte à 374 le nombre total de camions entrés dans la bande de Gaza depuis le 21 octobre, selon le Croissant-Rouge palestinien.

L’organisation humanitaire précise que l’aide comprend de la nourriture, de l’eau, des fournitures de secours, des médicaments et du matériel médical, mais pas de carburant.

Israël affirme qu’il inspecte minutieusement les cargaisons avant qu’elles ne soient autorisées à entrer dans la bande de Gaza via l’Égypte, à la recherche d’armes ou d’autres produits de contrebande que le Hamas ou d’autres groupes terroristes pourraient tenter d’introduire clandestinement.

Jérusalem a jusqu’à présent résisté à la pression internationale et bloqué l’entrée du carburant à Gaza, affirmant que le Hamas essaierait de le détourner pour alimenter ses tunnels et autres infrastructures militaires.

Les hôpitaux affirment que le carburant est nécessaire pour les générateurs qui alimentent les machines qui sauvent des vies. Israël affirme que les dirigeants du Hamas de la bande de Gaza détiennent un demi-million de litres de diesel.

Jeudi, le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, a indiqué qu’Israël autoriserait l’entrée de carburant dans la bande de Gaza si les hôpitaux venaient à en manquer, mais le bureau du Premier ministre a ensuite publié une déclaration soulignant que Benjamin Netanyahu n’avait pas approuvé un tel transfert.

Mercredi, l’armée a diffusé un enregistrement de ce qu’elle a qualifié de commandant du Hamas forçant un hôpital à lui remettre du carburant.

Douze réservoirs de pétrole dans lesquels le Hamas stockerait ses réserves alors que la bande de Gaza est à court de carburant, du fait de la guerre avec Israël, le 24 octobre 2023. (Crédit : Compte du porte-parole arabe de l’armée israélienne sur X)

L’augmentation de l’aide est intervenue alors que le secrétaire d’État américain Antony Blinken était en route pour Israël afin de discuter d’une éventuelle pause dans les combats pour permettre à l’aide d’arriver à destination.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’absence de garanties de sécurité pour l’acheminement de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza rendait presque impossible l’acheminement des fournitures médicales vers les hôpitaux.

L’acheminement des fournitures médicales là où elles sont nécessaires « n’a pas été facilité, il n’a pas été soutenu ; en réalité, c’est plutôt le contraire », a déclaré le directeur des urgences de l’OMS, Michael Ryan.

Selon le New York Times, le Premier ministre Benjamin Netanyahu serait ouvert à une trêve humanitaire pour permettre aux camions d’aide de circuler en toute sécurité.

Avant sa visite, Blinken a déclaré que les civils « subissaient de plein fouet » la campagne militaire israélienne visant le Hamas à Gaza et qu’il discuterait, à son arrivée en Israël, des « mesures concrètes » que Tsahal pourrait prendre pour protéger les civils.

« Israël a non seulement le droit mais aussi l’obligation de se défendre et de prendre des mesures pour faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais », a déclaré Blinken sur le tarmac de la base d’Andrews, avant de monter à bord d’un avion pour Israël.

« Nous avons également dit très clairement et à maintes reprises que la manière dont Israël procède est importante », a-t-il affirmé. « Ces derniers jours, nous avons constaté que les civils palestiniens continuaient à faire les frais de cette action, et nous voulons examiner les mesures concrètes qui peuvent être prises pour mieux les protéger. »

Dans le même temps, le secrétaire d’État a reconnu que le Hamas était « littéralement » la raison pour laquelle les civils avaient été pris entre deux feux, en raison de son utilisation de boucliers humains et de son placement de sites armés sous ou à l’intérieur d’hôpitaux, d’écoles et de mosquées.

La guerre a éclaté le 7 octobre, lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant plus de 1 400 personnes sous le couvert d’un déluge de milliers de roquettes tirées sur les villes israéliennes.

La grande majorité des personnes tuées lorsque les terroristes se sont emparés des communautés frontalières étaient des civils, notamment des bébés, des enfants et des personnes âgées. Des familles entières ont été exécutées dans leurs maisons et plus de 260 personnes ont été massacrées lors d’un festival en plein air, souvent au cours d’actes de brutalité horribles perpétrés par les terroristes.

Les bilans des morts publiés par le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.