Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Borrell prétend à tort que le Hamas avait accepté l’accord et qu’Israël l’avait rejeté

Washington, entre autres, a depuis réfuté ces déclarations fallacieuses, reconnaissant qu'il s'agissait d'une contre-proposition éloignée de l'offre israélienne à laquelle le Hamas réagissait

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, lors d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères européens et arabes, à Ryad, le 29 avril 2024. (Crédit : Fayez Nureldine/AFP)
Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, lors d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères européens et arabes, à Ryad, le 29 avril 2024. (Crédit : Fayez Nureldine/AFP)

Israël a qualifié jeudi les remarques de Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l’Union européenne (UE), reprochant à Israël d’avoir « rejeté » la proposition de trêve du groupe terroriste palestinien du Hamas, de « mélange dangereux d’ignorance, d’hostilité et de légitimation du terrorisme ».

Au milieu des négociations pour la libération des 132 otages et l’obtention d’une aide humanitaire, le Hamas a choisi de tirer des roquettes en direction du point de passage humanitaire de Kerem Shalom, tuant quatre soldats israéliens », a écrit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Oren Marmorstein, sur X. “Le tir de roquette qui a tué les quatre Israéliens a été lancé depuis Rafah.”

« Celui qui tire sur le point de passage humanitaire pour tenter de faire échouer l’accord sur la libération des otages et l’aide humanitaire est le groupe terroriste du Hamas », a-t-il poursuivi.

Avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles, Borrell a déclaré aux journalistes que « le Hamas avait accepté, Israël avait rejeté et l’incursion terrestre dans Rafah avait repris, en dépit de toutes les demandes de la communauté internationale – les États-Unis, les États membres de l’UE, tout le monde demandant au [Premier ministre Benjamin] Netanyahu de ne pas attaquer Rafah ».

Marmorstein a déclaré que « l’acceptation des manipulations médiatiques du Hamas encourage le terrorisme » et a promis qu’Israël continuerait à travailler pour obtenir la libération des otages et pour anéantir le groupe terroriste palestinien.

« Le Hamas a dit qu’il acceptait l’offre, mais ce n’est pas ce qu’il a fait. »

Alors que le Hamas prétendait avoir « accepté » les grandes lignes d’un accord, les États-Unis et d’autres pays ont depuis reconnu qu’il s’agissait essentiellement d’une contre-proposition, avec des changements cruciaux par rapport à l’offre israélienne à laquelle le Hamas réagissait.

Le porte-parole du Département d’État, Matthew Miller, a réfuté l’affirmation du Hamas, lundi, selon laquelle il avait accepté la proposition de trêve qui était sur la table.

Israël avait accepté ce que le secrétaire d’État américain Antony Blinken a décrit comme une proposition « extraordinairement généreuse » à la fin du mois dernier, a commenté Miller. « C’est l’offre qui était sur la table. »

« Le Hamas a semblé dire clairement dans ses déclarations publiques qu’il avait accepté cette offre hier. Ce n’est pas ce qu’il a fait. Il a répondu par une contre-proposition et nous sommes en train d’en régler les détails », a-t-il ajouté.

Il semble que ce soit la première fois que l’un des médiateurs publie une clarification concernant la déclaration du groupe terroriste palestinien de mardi, après environ 24 heures d’absence de réponse à cette divergence apparente. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar est même allé jusqu’à qualifier la réponse du Hamas de « positive ».

Plus tôt dans la journée de lundi, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, avait ajouté à la confusion en déclarant que la réponse du Hamas « suggère que [les parties] devraient être en mesure de combler les lacunes restantes ».

Miller a fait remarquer que la plupart des médias avaient rapporté la déclaration du Hamas selon laquelle il avait accepté la proposition de prise d’otages des médiateurs qatariens et égyptiens pour ce qu’elle était.

« Je ne blâme pas les reportages. C’est ce que dit la déclaration [du Hamas]. Mais ce n’est pas un reflet exact de ce qui s’est passé […] Le Hamas n’a pas accepté une proposition de cessez-le-feu. Le Hamas a répondu et, dans sa réponse, a fait plusieurs suggestions », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.