Bretagne : une plaque en hommage à deux Justes parmi les nations
Rechercher

Bretagne : une plaque en hommage à deux Justes parmi les nations

En 1943, le couple Le Quéré a sauvé des membres d’une famille juive, les Lévy, installée dans la ville de Morlaix

Les époux Le Quéré à l’arrivée des Alliés. (Crédit : Yad Vashem)
Les époux Le Quéré à l’arrivée des Alliés. (Crédit : Yad Vashem)

Guillaume-Louis et Marie-Yvonne Le Quéré ont été reconnus Justes parmi les Nations à titre posthume en 2017. Ce samedi, une plaque a été apposée en leur honneur à Uzel, le lieu-dit où ils ont vécu, sur la commune de Trémel dans les Côtes-d’Armor, a rapporté le journal Ouest-France.

En 1943, le couple a sauvé des membres d’une famille juive, les Lévy, installée dans la ville de Morlaix (Finistère).

Six d’entre eux avaient ainsi été cachés dans la mission évangélique de Trémel.

« Nous n’oublierons pas monsieur et madame Le Quéré, lesquels sont devenus pour nous les plus grands amis de notre existence. Par leurs douces paroles encourageantes, nous avons pu tenir toute une année », avait écrit en 1944 le père de famille, Robert Lévy, dans le livre des visiteurs de la mission évangélique de Trémel.

La demande de reconnaissance a été effectuée par la petite-fille des Le Quéré, Marie-Emilie Charlot, après qu’elle a retrouvé le témoignage de Robert Lévy.

« Une enquête approfondie a été réalisée. Et grâce au témoignage écrit, daté de l’époque, il y avait là une preuve incontestable de ce que les époux Le Quéré ont fait pour cette famille », a expliqué Catherine Korenbaum, déléguée régionale de Yad Vashem.

La plaque qui a été apposée samedi « est une idée du conseil municipal, a indiqué la maire Thérèse Bourhis. Nous avons voulu signaler ce qui s’est passé au lieu-dit Uzel, où était située la mission évangélique, avec une plaque et un panneau explicatif ».

« D’aussi loin que je me souvienne, Guillaume et Marie Le Quéré ont toujours fait partie de notre famille. Petite, j’écoutais mon grand-père [Jacques Lévy, fils de Robert Lévy] parler de ce monsieur qu’il appelait le pasteur. Il me racontait la bonté de cet homme qui l’avait recueilli lui et ses parents, quand les Allemands étaient à leurs trousses », a déclaré l’une des arrières-petites-filles de Robert Lévy lors de la cérémonie.

« Pour nous, les héros de notre enfance n’étaient pas des chevaliers et n’avaient pas de dragon, a-t-elle ajouté. Mais ils avaient combattu la barbarie nazie par leur humanité, leur bonté, leur courage. Guillaume et Marie Le Quéré nous inspirent encore aujourd’hui. »

Le titre de Juste parmi les Nations est la plus haute distinction civile de l’Etat d’Israël. Il est décerné à ceux qui, par leurs actions et malgré le danger, ont permis de sauver la vie de Juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

Au 1er janvier 2018, 27 362 personnes à travers le monde s’étaient vus décerner le titre, dont 4 099 en France et 19 en Bretagne.

« C’est peu par rapport à d’autres régions, mais cela s’explique assez simplement : il y a eu moins de Juifs à s’y réfugier, car c’était difficile de fuir, sauf en bateau. Mais sans doute qu’on ne les connaît pas tous », affirme Catherine Korenbaum.

Alors que le comité Yad Vashem France travaille à l’établissement d’une route des Justes à travers le pays, Trémel pourrait faire partie de l’itinéraire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...