Buenos Aires : Une prof filmée défendant Hitler et justifiant l’antisémitisme
Rechercher

Buenos Aires : Une prof filmée défendant Hitler et justifiant l’antisémitisme

Denise Yanet Evequoz a été pour le moment relevée de ses fonctions pour avoir dit que "les Juifs ont profité de ceux qui avaient besoin d'argent"

Denise Yanet Evequoz, professeure d'histoire argentine, donne un cours en 2015 durant lequel elle répète des tropes antisémites et salue le dictateur nazi Adolf Hitler. (Capture d'écran : YouTube)
Denise Yanet Evequoz, professeure d'histoire argentine, donne un cours en 2015 durant lequel elle répète des tropes antisémites et salue le dictateur nazi Adolf Hitler. (Capture d'écran : YouTube)

BUENOS AIRES — Une enseignante d’une école catholique de Buenos Aires a répété des stéréotypes antisémites et déclaré que Hitler avait fait de « bonnes choses » lors d’un cours qui a été filmé.

Denise Yanet Evequoz, professeure d’histoire, a déclaré à ses élèves que Hitler avait été diabolisé lorsque les Etats-Unis étaient entrés dans la Seconde Guerre mondiale et elle a semblé justifier les raisons pour lesquelles l’Europe « a toujours été antisémite ».

« Les Juifs ont profité de ceux qui avaient besoin d’argent, ils prêtaient de l’argent puis pourchassaient leurs emprunteurs pour obtenir un remboursement – toujours avec des intérêts. Ils avaient de l’argent mais ils n’ont jamais aidé à améliorer l’Allemagne. Ils n’ont pas aidé à générer des emplois ou à créer des industries. Ce qui a entraîné une certaine haine envers les Juifs », avait ainsi dit Evequoz lors d’un cours filmé en 2015 et qui a été posté cette semaine sur les réseaux sociaux.

Evequoz est enseignante au lycée Jesus Maestro de Castelar, une banlieue éloignée de Buenos Aires. Le cours avait été filmé par un élève et la vidéo est devenue virale depuis lundi.

Le principal du lycée, Alberto Coronel, a indiqué mercredi aux journalistes que Evequoz avait été relevée de ses fonctions mais il n’a pas clairement fait part de son éventuel renvoi. Les élèves de sa classe devront écrire une dissertation sur l’ascension du nazisme et sur la Shoah.

Selon les responsables du lycée, Evequoz n’a pas présenté d’excuses et a défendu ses propos, qui ont été transmis au ministère de l’Education.

Le musée de l’Holocauste de Buenos Aires a déclaré mercredi dans un communiqué que Evequoz « reproduit les préjugés anti-juifs, défend le personnage d’Hitler et le régime nazi, et nie son caractère criminel, totalitaire et génocidaire ».

Les responsables du musée ont vivement recommandé à l’établissement et au ministère de l’Education de sanctionner l’enseignante.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...