Attentat de l’Etat islamique dans un night-club gay de Floride : 50 morts, 53 blessés
Rechercher

Attentat de l’Etat islamique dans un night-club gay de Floride : 50 morts, 53 blessés

Omar Mateen, né en 1986, était "un combattant de l'EI", a indiqué dimanche l'agence Amaq liée au groupe extrémiste Etat islamique ; Netanyahu et Rivlin envoient leurs condoléances aux victimes

Des officiers de police à Orlando à l'extérieur de la discothèque du Pulse après une  prise d'otages et une fusillade, le 12 juin 2016 en Floride. (Crédit : Gerardo Mora / Getty Images / AFP)
Des officiers de police à Orlando à l'extérieur de la discothèque du Pulse après une prise d'otages et une fusillade, le 12 juin 2016 en Floride. (Crédit : Gerardo Mora / Getty Images / AFP)

Une cinquantaine de personnes ont été tuées et 53 autres blessées dimanche à l’aube lors d’une fusillade dans un night-club gay d’Orlando, en Floride, a annoncé la police américaine, qui a ouvert une enquête pour « acte de terrorisme » et évoqué les « sympathies » du suspect avec l’islam radical.

L’homme qui a ouvert le feu avait auparavant pris en otage des clients de la discothèque située dans le sud-est Etats-Unis, lorsque des troupes d’élite du SWAT ont donné l’assaut. Le suspect a été abattu.

Le suspect serait, selon plusieurs médias américains, Omar Mateen, un citoyen américain d’origine afghane né en 1986, qui vivait à environ 200 kilomètres au sud-est d’Orlando, dans la ville de Port Saint Lucie et dont le casier judiciaire était vierge.

« L’attaque armée qui a visé un club pour homosexuels dans la ville d’Orlando, dans l’Etat américain de Floride, faisant plus de 100 morts et blessés, a été exécutée par un combattant de l’Etat islamique », affirme Amaq dans un court communiqué citant « une source ».

« Le FBI a eu connaissance de son existence quand il a fait des remarques à ses collègues laissant penser à d’éventuels liens avec des terroristes », a expliqué Ronald Hopper au cours d’une conférence de presse, précisant qu’il avait été interrogé à deux reprise. Il avait une nouvelle fois attiré l’attention du FBI pour des liens avec un kamikaze américain.

Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, âgé de 29 ans, qui a perpétré l'attentat au Pulse à Orlando en Floride, le 12 juin 2016, au nom de l'État islamique (Crédit : autorisation)
Omar Mateen, un citoyen américain d’origine afghane, âgé de 29 ans, qui a perpétré l’attentat au Pulse à Orlando en Floride, le 12 juin 2016, au nom de l’État islamique (Crédit : autorisation)

« Malheureusement, il y a des gens qui ont été tués par balles, peut-être une vingtaine, à l’intérieur du night-club », a déclaré à la presse l’agent spécial Ron Harper du FBI, qui a ouvert une enquête pour « acte de terrorisme ».

53 personnes ont été blessées et évacuées vers trois hôpitaux, a-t-il ajouté.

Un premier bilan avait fait état de 20 morts et 50 blessés.

« Cela a tourné à la prise d’otages », a de son côté déclaré le chef de la police John Mina. « Vers 05H00 (09H00 GMT) ce matin, la décision a été prise de secourir les otages qui étaient à l’intérieur », a-t-il ajouté, sans que l’on sache si les victimes avaient été tuées par le tireur qui avait ouvert le feu vers 02H00 (06H00 GMT) dans la discothèque ou lors d’échanges de tirs avec la police.

Les enquêteurs cherchent désormais à comprendre le mobile de l’homme lourdement armé.

En raison de l’ampleur de la tuerie, le maire a demandé au gouverneur de l’Etat de Floride d’instaurer l’état d’urgence et il l’a d’ores et déjà fait pour sa ville, ce qui lui permet de mobiliser des ressources supplémentaires.

Sans attendre et tout en annonçant qu’il « n’y a pas d’autre menace », les autorités ont permis à un imam local d’intervenir pendant la conférence de presse. Il a appelé au calme et a demandé à la population et aux médias de ne pas tirer de conclusions hâtives sur le mobile du tireur.

« Nous avons des suggestions (laissant penser) que cet individu pourrait avoir des sympathies pour cette idéologie particulière mais nous ne pouvons pas l’affirmer catégoriquement », a expliqué Ron Harper, interrogé sur de possibles liens entre le tireur et le terrorisme islamiste.

Ce nouveau drame survient moins de 48 heures après le meurtre par balles, dans cette même ville de Floride, d’une jeune chanteuse américaine, mais selon la police, il n’existe aucun lien entre les deux affaires.

La soirée dans la boîte gay a tourné vers 02H00 du matin heure locale (06H00 GMT) « à la prise d’otages », a déclaré le chef de la police John Mina. Trois heures plus tard, « la décision a été prise de secourir les otages qui étaient à l’intérieur », a-t-il ajouté, sans que l’on sache exactement dans quelles conditions sont mortes les victimes ni le tireur.

Le président Barack Obama a été informé en début de matinée du massacre par sa conseillère en sécurité intérieure et contre-terrorisme et a demandé au gouvernement fédéral « de fournir toute l’aide nécessaire », selon la Maison Blanche.

« Aucun acte de terreur et de haine ne peut changer qui nous sommes », a affirmé le président lors d’une très brève allocution en direct de la Maison Blanche.

Le président Obama a estimé que « le FBI (la police fédérale, Ndlr) avait bien fait d’ouvrir une enquête pour terrorisme ».

Il a également ordonné que les drapeaux sur tous les bâtiments fédéraux soient mis en berne en hommage aux victimes.

Allocution de Barack Obama, le 12 juin 2016 suite à l'attentat de l'EI qui a fait 50 morts et 53 blessés dans un night-club gay à Orlando en Floride (Crédit : AFP/Yuri Gripas)
Allocution de Barack Obama, le 12 juin 2016 suite à l’attentat de l’EI qui a fait 50 morts et 53 blessés dans un night-club gay à Orlando en Floride (Crédit : AFP/Yuri Gripas)

« Réveillée avec les bouleversantes nouvelles de Floride. (…) Mes pensées sont avec ceux qui sont touchés par cet acte tragique », a réagi sur Twitter la candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton.

Donald Trump, également candidat à la présidentielle, a lui dénoncé une « sale fusillade à Orlando ». « La police enquête sur du terrorisme potentiel ». Avant de rajouter un tweet se félicitant pour sa position sur l’islam radical. Trump avait demandé à fermer les frontières à tous les musulmans.

‘Du sang partout’

La fusillade a éclaté « vers 02H00 » locales, a témoigné l’un des clients de la discothèque, Ricardo Negron, interrogé par Sky News.

« Quelqu’un a commencé à tirer. Les gens se sont jetés sur le sol », a-t-il raconté. « Il y a eu une courte pause dans les tirs et certains d’entre nous ont pu se lever et sortir en courant par derrière ».

Ce témoin dit avoir entendu « des tirs continus » pendant probablement moins d’une minute, mais que cela lui a paru beaucoup plus long. « Il y a certainement eu des gens blessés, ou pire », a-t-il ajouté.

Aucune indication n’a été fournie sur le nombre de clients présents à l’intérieur de la discothèque au moment de la fusillade.

Sur CNN, Christopher Hanson a expliqué avoir d’abord cru qu’il s’agissait de la musique avant de comprendre que c’était des tirs.

« Je n’ai vu aucun des tireurs. J’ai juste vu des corps tomber. J’étais au bar pour commander un verre, je suis tombé, j’ai rampé pour sortir. Les gens essayaient de sortir par derrière. Quand je suis arrivé dans la rue, il y avait du monde, du sang partout ».

Le Pulse d’Orlando, qui se présente sur son site web comme « le bar gay le plus chaud d’Orlando », postait peu après sur sa page Facebook un dernier message lapidaire : « Sortez tous et courez ! »

Les violences par armes à feu sont quasi quotidiennes aux Etats-Unis. Depuis le début de l’année, il y a déjà eu plus de 5 800 morts par armes à feu dans le pays et plus de 23 000 incidents impliquant des armes à feu d’après le site Gunviolencearchive.org.

Situé dans le comté d’Orange, la ville d’Orlando, qui compte environ 250 000 habitants, se trouve à l’intérieur des terres et est connue pour ses parcs d’attraction thématiques, notamment son complexe Disney World.

Le député israélien (Koulanou) Michael Oren a dit que l’attaque aurait également un impact profond sur l’économie des États-Unis. « Orlando est une ville célèbre, parce que Disney World est là. Il y aura des dizaines de milliers d’annulations par les Américains, « qui associeront Orlando avec le danger, » a souligné Oren.

« Si le motif de ce meurtre de masse avait été la haine pour la communauté LGBT, cela aurait joué en faveur de Hillary Clinton », a déclaré Oren.

« Étant donné qu’il s’agit de plus en plus clairement que le motif est islamiste djihadiste, il bénéficiera à Donald Trump », a déclaré Oren à la Dixième chaîne dimanche. « Cela va grandement le renforcer. »

Le monde condamne la tuerie d’Orlando et exprime sa « solidarité »

De nombreux chefs d’Etat et de gouvernement ont condamné dimanche la pire tuerie de masse de l’histoire des Etats-Unis qui a fait 50 morts et 53 blessés dans une boîte gay à Orlando en Floride et qui, selon l’agence Amaq, liée au groupe Etat islamique, a été perpétrée par « un combattant de l’EI » :

« Au nom du peuple et du gouvernement d’Israël, je tiens à faire part de nos plus sincères condoléances au peuple américain après l’horrible attaque de la nuit dernière contre la communauté LGBT à Orlando. Israël est au coude à coude avec les États-Unis en ce moment de perte tragique. Nous adressons nos sincères condoléances aux familles des victimes et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés, » a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un communiqué diffusé par son bureau dimanche soir.

« Une fois de plus, nous sentons la douleur de la perte terrible lorsque nous voyons le sang des jeunes et des personnes innocentes versé. Il n’y a pas de consolation pour ceux qui ont eu leurs proches arrachés à eux. Cette attaque contre la communauté LGBT à Orlando, est aussi lâche que répugnante. Le peuple israélien se tient au coude à coude avec nos frères et sœurs américains […] Au nom de tout Israël, j’envoie mes condoléances aux familles des victimes, et des prières pour un prompt rétablissement aux blessés, » a déclaré le président israélien Reuven Rivlin dans un communiqué diffusé par son bureau dimanche soir.

La Ligue Anti-Diffamation (ADL) s’est dite choquée et horrifiée suite à l’odieux attentat à la discothèque du Pulse à Orlando.

Le président français François Hollande prend la parole lors de l'entretien annuel à la télévision lors de la fête nationale à l'Elysée à Paris le 14 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD)
Le président français François Hollande prend la parole lors de l’entretien annuel à la télévision lors de la fête nationale à l’Elysée à Paris le 14 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD)

Le président français, François Hollande, dans un communiqué « condamne avec horreur la tuerie (…) et exprime le plein soutien de la France et des Français aux autorités et au peuple américains dans cette épreuve. »

Le Premier ministre britannique David Cameron, sur son compte Twitter, se dit « horrifié par les récits de la tuerie de cette nuit à Orlando. Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles. »

Le pape François, via son porte-parole Federico Lombardi, déclare que « le terrible massacre qui a eu lieu à Orlando et qui a fait de très nombreuses victimes innocentes a suscité (…) des sentiments très profonds d’exécration et de condamnation, de douleur, de trouble devant cette nouvelle manifestation d’une folie meurtrière et d’une haine insensée ».

Le président russe Vladimir Poutine, dans un communiqué du Kremlin, parle de « crime barbare » et présente ses condoléances aux familles des victimes.

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, dans un communiqué, exprime sa solidarité avec « la communauté LGBT et le peuple américain », affirmant que « la terreur et la haine ne nous changeront pas. Les membres de l’Otan restent unis face au terrorisme ».

Le président du Conseil italien Matteo Renzi, sur son compte Twitter, exprime la « solidarité et (l’)émotion du gouvernement italien pour l’atroce massacre d’Orlando en Floride. Notre cœur est avec nos frères américains. »

Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, sur son compte Twitter, « condamne vivement l’odieuse attaque d’Orlando. Ensemble, continuons à combattre pour la liberté, contre la haine et la barbarie. L’Espagne est avec les Etats-Unis ».

Ashraf Ghani, le président de l’Afghanistan, le pays d’origine de la famille du tueur présumé, Omar Mateen, sur son compte Twitter, « condamne cette horrible attaque à Orlando, rien ne peut justifier de tuer des civils. Mes pensées vont aux familles, aux victimes, ainsi qu’au peuple et au gouvernement américains ».

Le Premier ministre belge Charles Michel, en anglais sur son compte Twitter, se dit « profondément attristé par la perte de tant de vies innocentes dans la tuerie d’Orlando. Nous nous joignons à la douleur des familles. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...