Cette année, Elijah verra des gardes armés autour des séders à Bruxelles
Rechercher

Cette année, Elijah verra des gardes armés autour des séders à Bruxelles

Suite aux attentats terroristes, la sécurité déjà renforcée sera accrue dans les institutions juives de la capitale belge pour Pessah

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Rabbi Menachem Margolin, président de l'Association juive européenne. (Crédit : Autorisation de l'European Jewish Association)
Rabbi Menachem Margolin, président de l'Association juive européenne. (Crédit : Autorisation de l'European Jewish Association)

Les célébrations de Pessah de la communauté juive de Bruxelles se dérouleront comme d’habitude cette année, mais avec quelques invités supplémentaires – des vigiles de sécurité, des policiers et des soldats lourdement armés.

Les mesures de sécurité sur les sites juifs du pays ont été augmentées pendant Pessah suite aux préoccupations sécuritaires persistantes à la suite des attentats du mois dernier dans la capitale belge, selon des représentants de la communauté juive.

« Les séders de Pessah auront lieu, comme chaque année, mais avec une sécurité accrue, bien sûr », a écrit dans un email le rabbin Menachem Margolin, directeur de l’association juive européenne.

A la suite des attentats terroristes du mois dernier dans la ville, qui ont tué 32 personnes et en ont blessé des centaines d’autres, la plupart des célébrations de Pourim de la communauté juive avaient été annulées par peur qu’elles soient ciblées pour de nouveaux attentats.

« Le moral de la communauté n’est pas au plus haut. Il y a beaucoup de crainte », a déclaré Dafna Friedman, une porte-parole de l’organisation « Europe-Israel Public Affairs », un groupe de lobby pro-israélien qui travaille avec l’Union européenne.

Bien qu’israélienne, Friedman a vécu à Bruxelles au cours des dernières années avec son mari et leurs enfants.

La semaine dernière, les représentants de diverses agences de sécurité se sont réunis pour discuter des plans pour les prochaines vacances de Pessah, qui commenceront le 22 avril.

« Les chefs des agences de sécurité – des organismes gouvernementaux et ainsi que des agences privées – se sont réunis à Bruxelles pour discuter de la situation sécuritaire en Belgique, en mettant l’accent sur la communauté juive au vu de l’approche des prochaines vacances, » dit-elle.

Ils ont souligné l’importance d’une coopération étroite pour protéger la communauté juive, car celle-ci est « constamment la cible de menaces », mais rien n’a été précisé au-delà, selon Friedman, puisque la communauté est déjà au plus haut état d’alerte concernant les menaces terroristes.

« Ils ont mis davantage l’accent sur la sécurité. La police a mis à disposition des forces supplémentaires et il y a déjà des soldats qui surveillent les institutions juives », dit-elle.

Immédiatement après les attentats du mois de mars, la Belgique a élevé son niveau d’alerte terroriste au point le plus haut. Dans les jours qui ont suivi, cependant, ce niveau a été abaissé, sauf pour les institutions juives du pays, qui restent avec une sécurité renforcée.

Pourtant, certains dans la communauté juive, y compris le mari de Friedman, Ronen Gan-El, ont exprimé des inquiétudes sur l’efficacité de ces forces de sécurité belges.

« Nous ne pouvons pas faire confiance aux autorités ici« , a déclaré Gan-El au Times of Israel après les attentats de mars. « C’est une situation nouvelle pour eux. Ils réagissent hystériquement. Ils ne savent pas ce qui se passe. Les flics sont très agités, les soldats sont très agités. Vous avez l’impression qu’ils ne savent pas quoi faire. »

Depuis l’attaque du Musée juif de Bruxelles il y a près de deux ans, les lieux juifs de la ville ont été étroitement surveillés par des agents de sécurité privés, par la police et par des soldats belges.

« Il n’est jamais confortable de ressentir que vous avez besoin de cette protection supplémentaire », a déclaré Friedman. « Surtout quand tous les jours vous allez déposer vos enfants à la maternelle, et qu’il y a deux commandos postés à l’entrée. »

Bien que cette situation puisse sembler inconfortable, Friedman et les autres parents « apprécient vraiment beaucoup » ces commandos, dit-elle.

« Nous veillons à ce que ces soldats se sentent comme faisant partie de la famille. Nous leur apportons des gâteaux ou d’autres sucreries à grignoter toute la journée », a déclaré Friedman.

Show must go on

Malgré le niveau de menace élevé, la communauté juive ne sera pas dissuadée d’organiser des célébrations publiques, a déclaré le Rabbi Margolin.

« Naturellement, les Juifs de Belgique sont préoccupés par la situation, à la fois par le terrorisme en général et par le fait que les lieux juifs soient une cible privilégiée pour les terroristes et les antisémites, » a-t-il déclaré dans un courriel.

Rabbi Margolin, qui vit à Bruxelles et servait autrefois comme rabbin Habad, croit fermement en l’importance des communautés juives demeurant en Europe, en dépit de l’incidence croissante de l’antisémitisme sur le continent. En novembre, il a critiqué le grand rabbin de Bruxelles, Albert Guigui, qui avait déclaré que les Juifs n’ont « pas d’avenir » en Europe.

« Le judaïsme n’existerait pas aujourd’hui si les juifs des générations précédentes n’avaient pas dévotement continué à préserver leur tradition et à la transmettre aux générations suivantes », a ajouté Margolin.

Toutefois, suite à la réouverture du Musée juif de Bruxelles, le grand rabbin belge avait déclaré : « En s’attaquant au musée juif, les terroristes ont voulu s’attaquer à ce qu’il y a de plus précieux dans le judaïsme : un musée, c’est le vécu, la mémoire, la tradition… En ouvrant aujourd’hui, on veut montrer que nous sommes là, que nous resterons et que nous ne baisserons jamais les bras ».

Le rabbin Guigui est connu pour promouvoir le dialogue inter-religieux. Il a récemment accepté d’apparaître sur un timbre avec les chefs religieux belges (avec l’imam Khalid Benhaddou de Gand et l’évêque d’Anvers, Johan Bonny) et a pour slogan : « Tout le monde est égal, tout le monde est différent ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...