Bruxelles dément que des soldats gardent les synagogues sans munition
Rechercher

Bruxelles dément que des soldats gardent les synagogues sans munition

Suite aux attentats terroristes mortels du mois dernier, un rabbin avait accusé les autorités locales de ne “rien savoir sur la sécurité”

Des policiers supplémentaires sont déployés en Belgique après l'attaque du musée juif de Bruxelles en mai 2014. (Joods Actueel/Flash90)
Des policiers supplémentaires sont déployés en Belgique après l'attaque du musée juif de Bruxelles en mai 2014. (Joods Actueel/Flash90)

Le ministère belge de la Défense a démenti les informations selon lesquelles certains soldats avaient gardé des synagogues à Bruxelles sans munition dans leurs fusils.

Le démenti du département de la communication du ministère, publié la semaine dernière, est une réponse à une affirmation d’un rabbin de Bruxelles, Menachem Hadad, de la communauté ultra-orthodoxe Shomre Hadas, faite le 24 mars suite à la série d’attentats terroristes ayant eu lieu deux jours avant et responsables de la mort de 32 personnes dans la capitale belge.

« Les autorités ici, et je ne dirais pas de mal d’elles, mais elles ne connaissent rien à la sécurité – n’ont aucune compréhension », avait déclaré Hadad à la radio militaire israélienne.

« Par exemple, pendant des mois, nous avons eu des soldats postés devant la maison du Habad et la synagogue, et nous leur avons parlé et certains n’avaient pas de munitions pour leurs fusils. Ils n’avaient pas de balles. C’était juste un spectacle. Ce n’est pas normal », a-t-il déclaré.

Répondant à l’affirmation de Hadad, le porte-parole du ministère belge de la Défense avait écrit dans un email adressé à JTA que « depuis janvier 2014, le ministère de la Défense aide la police fédérale à protéger certaines zones. A cette fin, les soldats reçoivent l’équipement standard pour les interventions opérationnelles, dont des armes et des
munitions. »

Le porte-parole, anonyme, avait de plus écrit que le ministère ne préciserait pas ses règles d’engagement « pour des raisons de
sécurité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...