Cisjordanie : Deux jeunes Juifs arrêtés après un crime de haine présumé
Rechercher

Cisjordanie : Deux jeunes Juifs arrêtés après un crime de haine présumé

Selon la police, les deux individus sont actuellement interrogés en lien avec des attaques récentes ciblant des villages palestiniens

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des voitures palestiniennes incendiées lors d'un crime de haine apparent dans la ville d'Urif, dans le nord de la Cisjordanie, le 13 juillet 2018 (Autorisation)
Des voitures palestiniennes incendiées lors d'un crime de haine apparent dans la ville d'Urif, dans le nord de la Cisjordanie, le 13 juillet 2018 (Autorisation)

Deux jeunes habitants d’implantation ont été arrêtés dans un avant-poste illégal dans le nord de la Cisjordanie, vendredi, quelques heures après qu’une attaque, apparemment un crime de haine, a été perpétrée dans un village palestinien voisin.

Une porte-parole de la police a refusé d’indiquer si les deux individus étaient connectés à l’incident survenu à Urif, où deux voitures ont été incendiées et une étoile de David dessinée sur un mur avoisinant, avec écrit à côté en arabe : « Faites attention ».

La porte-parole a déclaré que les jeunes se trouvaient à l’avant-poste de Kumi Uri, à proximité de l’implantation de Yitzhar, en lien avec de récents crimes de haine ayant pris pour cible les Palestiniens du secteur.

Le périmètre de Yitzhar a été le théâtre d’une série de crimes de haine présumés ces derniers mois, l’establishment sécuritaire israélien considérant l’implantation comme étant à la source de ces attaques « prix à payer ».

Les attaques du « Prix à payer » font référence au vandalisme et à d’autres crimes haineux perpétrés par des juifs ultra-nationalistes, prétendument en représailles à la violence palestinienne ou aux politiques gouvernementales perçues comme hostiles au mouvement des implantations. Les oliveraies palestiniennes, les mosquées, les églises ont été la cible de vandales d’extrême droite ces dernières années, tout comme les groupes pacifistes de défense des droits israéliens et même les bases militaires de l’armée israélienne.

La semaine dernière, des Palestiniens du village de Burin, en Cisjordanie, ont accusé les habitants d’implantation d’avoir allumé des feux dans les champs. Les résidents ont expliqué au groupe de défense des droits de l’Homme Yesh Din que les soldats de l’armée israélienne les avaient empêchés d’aller sur leurs terres pour éteindre les incendies.

Pour leur part, les résidents de Yitzhar ont accusé les Palestiniens d’Urif d’avoir allumé un feu aux abords de l’implantation et dont les flammes s’étaient approchées des habitations construites à l’ouest de la communauté.

Le mois dernier, la police a ouvert une enquête après que deux voitures à Urif ont eu les pneus crevés et que des slogans de haine en hébreu ont été découverts peints à la bombe sur un certain nombre de constructions.

Parmi les graffitis, les phrases « Des ennemis vivent ici. Expulsez-les ou tuez-les » et « Les Juifs ne se tairont pas », ainsi qu’un verset biblique sur la vengeance.

Cet incident était survenu deux jours après qu’un crime similaire a été signalé dans le village palestinien avoisinant de Burqa, où des vandales ont abattu des douzaines de ceps de vigne et de figuiers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...