Rechercher

Citant l’antisémitisme, les démocrates demandent à Trump le renvoi de Gorka

Les législateurs estiment que le soutien apporté par le conseiller à des 'groupes racistes et antisémites' le rend 'inapte à servir à un poste de responsabilité'

Sebastian Gorka, alors conseiller du président américain Donald Trump. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Sebastian Gorka, alors conseiller du président américain Donald Trump. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Des législateurs démocrates demandent au président américain Donald Trump de démettre l’un de ses assistants de ses fonctions, ce dernier étant accusé d’être membre d’un groupe nationaliste issu de l’extrême-droite hongroise.

Les représentants Eliot Engel et Nita Lowey, tous les deux de New York et Juifs, ont fait parvenir une lettre à Trump lui demandant de renvoyer Sebastian Gorka, a fait savoir vendredi Politico.

Au moins 18 membres – tous démocrates – de la Chambre des représentants ont signé ce courrier, selon le journal.

« En tant que membres du Congrès américain, profondément préoccupés par la lutte contre l’antisémitisme dans le pays comme à l’étranger, nous vous recommandons vivement d’immédiatement mettre un terme aux fonctions du haut-conseiller à l’antiterrorisme de la Maison Blanche Sebastian Gorka. Sur la base de récentes révélations sur le soutien public apporté par M. Gorka – et son appartenance – à plusieurs groupes racistes et antisémites en Hongrie, il s’avère clairement inapte à occuper un poste de responsabilité à la Maison Blanche », affirme la lettre, citant les liens présumés de Gorka à des groupes d’extrême-droite variés en Hongrie.

Au début du mois, le Forward avait publié un enregistrement datant de 2007 dans lequel Gorka disait ne pas être opposé à l’établissement de la Garde hongroise, une milice nationaliste qui avait été ultérieurement accusée de racisme et d’antisémitisme. En 2009, un tribunal hongrois avait fait interdire la Garde.

Selon un article publié le mois dernier par le Forward, Gorka, né au Royaume Uni et fils d’immigrants hongrois, serait membre du groupe Historical Vitézi Rend. Ce mouvement est un homonyme de Vitézi Rend, un ordre du mérite aujourd’hui disparu et qui avait existé en tant qu’entité d’état jusqu’en 1944 sous la gouvernance de Miklos Horthy, le leader hongrois allié des nazis. Vitézi Rend a été démantelé, mis hors-la-loi et a cessé d’exister dans les années 1940 suite à la défaite de l’Allemagne nazie lors de la Deuxième guerre mondiale.

Gorka a nié être fasciste ou antisémite. Dans une déclaration parue le mois dernier dans Tablet, Gorka aurait écrit : « Je n’ai jamais été membre de la Vitez Rend ». Les propos ne mentionnaient pas le groupe Historical Vitézi Rend.

La lettre envoyée par Engel et Lowey fait référence à l’enregistrement ainsi qu’à des rapports sur les liens entretenus par Gorka et Vitezi Rend.

Parmi les autres signataires de la lettre, les représentants Brad Schneider de l’Illinois, Jerrod Nadler de New York et Debbie Wasserman Schultz de Floride.

Au mois de mars, Nadler et trois autres sénateurs démocrates avaient exprimé leur préoccupation face à l’appartenance présumée de Gorka au mouvement Historical Vitezi Rend.

Nadler avait envoyé une lettre à Trump et les sénateurs Dick Durbin(démocrate de l’Illinois), Ben Cardin (démocrate du Maryland) et Richard Blumenthal (démocrate du Connecticut) avaient fait parvenir un courrier au procureur général adjoint en place Dana Boente, et au secrétaire d’état à la Sécurité intérieure John Kelly, leur recommandant vivement d’enquêter sur les circonstances de l’octroi de la citoyenneté américaine à Gorka et sur le fait de savoir s’il avait dissimulé son appartenance au groupe lors du processus de naturalisation.

Jeudi, le Jerusalem Post a annoncé que Gorka s’exprimerait lors de sa conférence annuelle qui est organisée le 7 mai à New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...