Rechercher

Comment donner un sens à Pourim alors que la guerre fait rage en Ukraine ?

Célébrez la victoire du bien sur le mal avec un parchemin du Livre d'Esther hors du commun, les pâtisseries triangulaires ou des déguisements adaptés aux enfants handicapés

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Un instantané d'une Méguila d'Esther du 18ème siècle, illustrée par une scribe de 14 ans en Italie, exposée au Musée d'Israël pour Pourim 2022 (Crédit : Israel Museum)
Un instantané d'une Méguila d'Esther du 18ème siècle, illustrée par une scribe de 14 ans en Italie, exposée au Musée d'Israël pour Pourim 2022 (Crédit : Israel Museum)

Même s’il est difficile de se laisser gagner par l’esprit de Pourim cette année, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie et l’afflux de réfugiés en Europe de l’Est et en Israël, la fête des costumes et des « oreilles d’Haman » arrive cette semaine avec ses réjouissances habituelles.

Voici quelques idées pour marquer les jours de fête, de la création de costumes et la visite au musée pour y découvrir la Méguila à la cuisson et au partage des oreilles d’Haman.

1) Fabriquer un costume adapté aux enfants qui utilisent des déambulateurs ou des fauteuils roulants peut s’avérer plus facile que vous ne le pensez, grâce au Beit Issie Shapiro de Raanana, un prestataire de thérapies et de services pour les personnes en situation de handicap, qui s’est associé cette année au Holon Institute of Technology pour créer des costumes à faire soi-même pour les personnes à mobilité réduite.

Quatre tutoriels vidéo proposent des modèles de costumes adaptés aux fauteuils roulants et aux déambulateurs, ainsi que des instructions écrites et des modèles permettant aux parents et aux soignants de créer facilement des costumes adaptés pour leurs enfants. Il suffit d’un peu de patience et d’une liste de matériaux relativement courte.

2) Après avoir lu la Méguila d’Esther, le rouleau sur lequel est écrit l’histoire d’Esther, de Mordekhaï et de Haman, allez découvrir le rouleau du Musée d’Israël datant du 18e siècle, illustré par une jeune Romaine de 14 ans nommée Luna Ambron. Il s’agit de l’un des rares manuscrits juifs créés par des femmes scribes. Ce rouleau comprend une feuille des bénédictions – également créées par Luna Ambron – récitées à Pourim.

Luna Ambron était la fille de Yehuda (Leone) Ambron, une famille juive de classe moyenne originaire d’Espagne qui s’est établie à Rome après l’expulsion et est devenue l’une des familles juives les plus riches et les plus en vue du ghetto romain.

Un instantané de la Méguila du Musée d’Israël illustrée par une jeune scribe de 14 ans en Italie (Crédit : Avec l’aimable autorisation du Musée d’Israël)

L’illustration d’Ambron sur la feuille décorée des bénédictions montre Haman conduisant Mardochée à cheval avec des musiciens jouant à côté, ainsi que deux écussons affichant chacun un lion et un croissant – le blason de la famille Ambron.

Sur le thème d’Esther, la galerie d’art et le centre éducatif Kol HaOt de Jérusalem exposent des œuvres d’artistes populaires de villages du monde entier, qui constituent une sorte de dialogue visuel avec la reine Esther, Mardochée et Assuérus de la Bible. Ces œuvres font partie d’une collection constituée sur trente ans par l’artiste David Moss.

Exposition du dimanche au jeudi, de 10 h à 17 h.

Costumes fabriqués pour les enfants en fauteuil roulant ou en déambulateur par Beit Issie Shapiro et le Holon Institute of Technology (Crédit : autorisation de Beit Issie Shapiro).

3) Pourim est un bon moment pour visiter Anu – Musée du peuple juif, qui propose de contempler les rouleaux de parchemin et masques de Pourim, ainsi que des costumes et tenues de la collection du musée. Les visites guidées suivent l’histoire du Livre d’Esther à travers les costumes et tenues du musée provenant du monde entier, offrant ainsi une autre façon de découvrir l’histoire juive, pleine de couleurs, de personnages, de costumes et d’identités secrètes. Les visites ont lieu en hébreu, les mercredi et jeudi 16 et 17 mars, à 12 heures et 15 heures.

Il y a aussi la Galerie des héros, un espace ouvert pour les enfants de 6 à 12 ans avec des jeux, des animations, des défis de motricité et des énigmes qui leur font découvrir les héros juifs.

Pensez à réserver un créneau horaire à l’avance sur le site web d’Anu.

Un robot jouet de la collection de l’exposition « Every Toy Has A Story » du musée de Jaffa, jusqu’au 9 avril 2022 (avec l’aimable autorisation de Hagay Marom).

4) Toute la famille peut trouver de quoi s’émerveiller au musée de Jaffa où une exposition nostalgique de jouets, « Chaque jouet à son histoire », présente une collection composée de centaines de jouets des années 1920 à nos jours, dont des figurines de héros, des poupées, des voitures, des avions et des jeux de société israéliens. L’exposition est ouverte jusqu’au 9 avril, en accès libre.

Le samedi, les visiteurs peuvent participer à une visite incluant un kit pour fabriquer un jouet, pour les 3-5 ans et les 4-6 ans.

5) Si vous préparez des hamentaschen, ces biscuits triangulaires aussi appelés « oreilles d’Haman » vous pouvez les vendre et reverser les bénéfices à l’initiative Hamantaschen for Ukraine, une initiative berlinoise qui reverse ses recettes à Polish Humanitarian Action, une organisation qui distribue de la nourriture, des boissons chaudes, des couches, des produits d’hygiène et des couvertures, et qui fournit des informations et des moyens de transport aux réfugiés ukrainiens récemment arrivés.

L’initiative a été lancée par la boulangère berlinoise Laurel Kratochvila, propriétaire d’un magasin de bagels juif-américain, qui a créé ce projet de collecte de fonds pour que les boulangers professionnels et les propriétaires de cafés cuisent et vendent jusqu’au 17 mars des « oreilles d’Haman » – de préférence aux goûts originaux – dans leur boulangerie ou leur café et reversent un pourcentage des ventes à la cause.

Elle a choisi les oreilles d’Haman parce que le biscuit triangulaire symbolise la fête de Pourim, « un moment de réflexion sur les mégalomanies destructrices et le triomphe du bien sur le mal ». Les Ukrainiens sont, aujourd’hui, confrontés à un Haman des temps modernes en la personne de Vladimir Poutine. Faisons ce que nous pouvons pour les aider », a écrit Kratochvila.

Les boulangers amateurs peuvent participer en vendant leurs produits ou en faisant simplement un don pour la cause.

Enfin, découvrez la recette d’une famille ukrainienne d’un biscuit en pâte levée et sa garniture aux graines de pavot, remise au goût du jour par la Jewish Food Society.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...