Coronavirus : Israël interdit les séjours d’étrangers venus de l’Est asiatique
Rechercher

Coronavirus : Israël interdit les séjours d’étrangers venus de l’Est asiatique

Cette directive s'applique aux voyageurs de Thaïlande, de Hong-Kong, de Macao et de Singapour ; le ministère des Affaires étrangères s'inquiète des répercussions diplomatiques

Des gens avec des masques sur le visage à l'aéroport international Ben Gurion suite aux  informations sur le coronavirus apparu en Chine et qui peut se propager dans le monde entier, le 17 février 2020 (Crédit :  Avshalom Shoshani/Flash90)
Des gens avec des masques sur le visage à l'aéroport international Ben Gurion suite aux informations sur le coronavirus apparu en Chine et qui peut se propager dans le monde entier, le 17 février 2020 (Crédit : Avshalom Shoshani/Flash90)

Dans le cadre des efforts visant à empêcher la propagation du coronavirus meurtrier, le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, a déclaré lundi que l’Etat juif interdirait l’entrée du territoire à tous les non-Israéliens s’étant rendus dans quatre pays et territoires du sud-est asiatique au cours des quatorze derniers jours.

Jusqu’à présent, les voyageurs venant de Thaïlande, de Singapour et des villes chinoises semi-autonomes devaient se mettre en quarantaine pendant quatorze jours, sous les termes de directives émises dimanche par le ministère de la Santé.

Les nouvelles restrictions de Deri ont été conseillées par le ministère de la Santé, ont rapporté les médias israéliens.

En résultat, le transporteur aérien national de Hong Kong, Cathay Pacific, devrait annoncer la suspension de tous ses vols vers Israël, ont fait savoir de multiples informations, citant des responsables au sein de la compagnie qui auraient déclaré que ses employés ne seraient plus en mesure d’entrer dans l’Etat juif au vu des nouvelles dispositions.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, à gauche, et le ministre de la Santé Yaakov Litzman rencontrent les personnels médicaux suite aux informations transmises sur le coronavirus meurtrier à l’aéroport international de Ben-Gurion, le 2 février 2020. (Crédit : Avshalom Shoshani/Flash90)

Le ministère des Affaires étrangères s’inquièterait pour sa part des répercussions diplomatiques de cette interdiction.

La chaîne publique Kan et la Douzième chaîne ont cité des responsables qui n’ont pas été identifiés et qui ont indiqué qu’ils craignaient des mesures de « représailles » de la part de ces pays au vu de ces mesures extrêmes – ce sont les plus fortes qui ont adoptées jusqu’à présent par un pays – prises par Israël pour empêcher le virus de pénétrer sur son territoire.

Ces officiels du ministère des Affaires étrangères redouteraient que les pays concernés n’émettent dorénavant plus fréquemment des mises en garde aux voyageurs concernant l’Etat juif après d’éventuels attentats terroristes ou qu’ils n’abaissent leur niveau de coopération économique.

Des informations avaient fait savoir dans la journée de lundi que le transporteur aérien israélien, El Al, réfléchissait à suspendre temporairement tous ses vols vers la Thaïlande. Il avait déjà suspendu ses liaisons vers et depuis Hong-Kong jusqu’au 20 février.

Le ministère de la Santé a fait savoir dimanche que les Israéliens revenant de quatre destinations de l’Est asiatique devraient se placer eux-mêmes en quarantaine pendant deux semaines dans un contexte d’inquiétudes portant sur la propagation du coronavirus.

Antérieurement, seuls les voyageurs revenant de Chine continentale étaient soumis à cette auto-quarantaine.

Fin janvier, l’Etat juif avait interdit aux ressortissants étrangers s’étant récemment rendus en Chine d’entrer sur le territoire par la mer ou par la terre, le bilan mortel du nouveau coronavirus meurtrier grimpant en flèche. Le ministre de la Santé, Yaakov Litzman, avait alors noté que cette interdiction resterait en vigueur jusqu’à une date indéterminée et que les Israéliens étant allés en Chine devraient être placés en quarantaine, chez eux, pendant deux semaines.

La semaine dernière, Litzman avait déconseillé de se rendre en Thaïlande, au Japon, à Hong-Kong, à Singapour, à Macao, en Corée du sud et à Taïwan.

Le coronavirus, qui est officiellement connu sous le nom de COVID-19, a contaminé plus de 70 000 personnes dans le monde entier et a fait près de 1 900 morts en Chine, où il est apparu.

Des décès sont également survenus dans plusieurs autres pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...