Coup d’envoi du 46e Festival international du film de La Rochelle
Rechercher

Coup d’envoi du 46e Festival international du film de La Rochelle

Dans la sélection "Ici et ailleurs", des films, tournés par de jeunes cinéastes ou des réalisateurs chevronnés, avant leur sortie en salles ou inédits en France, seront projetés

Cérémonie d'ouverture de la 46e édition du Festival international du film de la Rochelle, le 29 juin 2018. (Crédit :  AFP PHOTO / XAVIER LEOTY)
Cérémonie d'ouverture de la 46e édition du Festival international du film de la Rochelle, le 29 juin 2018. (Crédit : AFP PHOTO / XAVIER LEOTY)

La 46e édition du Festival international du Film de La Rochelle s’ouvre vendredi pour dix jours, avec le subtil mélange de rétrospectives, hommages, avant-premières, projections thématiques qui fait la marque de fabrique de ce « festival sans palmarès ».

Le festival, créé en 1973, attire chaque année plus de 85 000 spectateurs auxquels sont proposés pendant dix jours quelque 200 films (fiction, documentaire, animation) originaires du monde entier, à raison de cinq séances par jour, sur plus d’une dizaine d’écrans.

Comme à son habitude, le festival propose plusieurs rétrospectives: une consacrée au grand maître suédois Ingmar Bergman (1918-2007) à l’occasion du centenaire de sa naissance et dont vingt films seront projetés; une autre dédiée à Robert Bresson (1901-1999), avec treize longs métrages proposés.

Des hommages seront également rendus au réalisateur finlandais Aki Kaurismäki, au Français Philippe Faucon, César du meilleur film en 2016 pour « Fatima », à la jeune cinéaste argentine Lucrecia Martel, dont le nouveau film « Zama » sera présenté en avant-première. Philippe Faucon et Lucrecia Martel seront présents au festival.

Une incursion est aussi proposée dans le cinéma bulgare, avec douze films dont 8 inédits en France de cinéastes trentenaires ou quadragénaires, qui montre le dynamisme d’une « nouvelle génération de cinéastes qui, à travers la fiction ou le documentaire, révèlent les blessures de la société bulgare », selon les organisateurs du festival.

La sélection « films pour enfants » met à l’honneur les studios britanniques Aardman, spécialisés dans l’animation en pâte à modeler et d’où sont sortis les incomparables aventures de Wallace et Gromit (Nick Park) ou encore Shaun le mouton (Mark Burton et Richard Starzak).

Côté documentaires, sept films présentent des artistes « en plein travail », parmi lesquels « Le mystère Picasso » (1955) d’Henri-Georges Clouzot (1907-1977), « Philip Glass et John Cage » (1983) par le Britannique Peter Greenaway ou encore le documentaire « The artist is present » (2012) de l’Américain Matthew Akers sur l’artiste serbe Marina Abramovic, restée assise pendant plus de 700 heures au MoMA de New York…

Dans la sélection « Ici et ailleurs », une quarantaine de films de 2017 et 2018, tournés par de jeunes cinéastes ou des réalisateurs chevronnés, en avant-première de leur sortie en salles ou encore inédits en France, seront projetés. Parmi eux : « Au poste ! » du Français Quentin Dupieux, en avant-première ; « Dogman » de l’Italien Matteo Garrone, en présence de l’acteur Marcello Fonte, prix d’interprétation masculine à Cannes ; « Heureux comme Lazzaro » de leur compatriote Alice Rohrwacher, prix du scénario à Cannes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...