« Coup des Juifs »: Les théories du complot antisémite sur la destitution de Trump
Rechercher

« Coup des Juifs »: Les théories du complot antisémite sur la destitution de Trump

Les dirigeants juifs s'inquiètent d'un retour de bâton, alors que les antisémites répandent l'idée qu'une cabale des Juifs tente d'évincer le président américain

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le président américain Donald Trump s'exprime lors du Israeli American Council National Summit à Hollywood, Floride, le 7 décembre 2019. (AP Photo/Patrick Semansky)
Le président américain Donald Trump s'exprime lors du Israeli American Council National Summit à Hollywood, Floride, le 7 décembre 2019. (AP Photo/Patrick Semansky)

WASHINGTON – Le 18 décembre 2019, Donald Trump est devenu le troisième président de l’histoire américaine à être mis en destitution lorsque la Chambre des représentants l’a accusé d’avoir commis des crimes et des délits graves.

Les motifs de cette destitution : la révélation que Trump avait fait pression sur le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour qu’il enquête sur l’un de ses possibles opposants politiques, l’ancien vice-président américain Joe Biden ; et le refus de Trump de coopérer à une enquête du Congrès – et l’ordre qu’il a donné à ses subordonnés de ne pas coopérer également.

Après une longue série d’audiences avec des dizaines de témoins, la Chambre a adopté mercredi deux articles de mise en accusation, l’un sur l’abus de pouvoir (adopté 230 à 197) et l’autre sur l’obstruction au Congrès (adopté 229 à 198).

Mais pour les extrémistes antisémites d’extrême droite, il y a eu quelque chose d’autre qui a entièrement motivé les malheurs du président : une cabale de puissants juifs déterminés à l’évincer de son poste.

Le mois dernier, le fondateur de TruNews, une plateforme chrétienne fondamentaliste qui publie régulièrement des vidéos antisémites et racistes, s’est déchaîné contre un « coup d’Etat juif » pour mettre en accusation Trump.

Beaucoup de personnalités impliquées dans l’enquête de destitution – comme le membre du Congrès de Californie Adam Schiff, le membre du Congrès de New York Jerry Nadler, et le témoin de l’enquête, l’ambassadeur américain de Trump auprès de l’Union européenne Gordon Sondland, entre autres – sont juifs.

Le député Adam Schiff, (Démocrate-Californie), président de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants, (à droite), s’entretient avec le président de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants, Jerrold Nadler, (Démocrate-New York), la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et la présidente de la Commission des services financiers de la Chambre des représentants, Maxine Waters, (D-Calif.), deuxième à partir de la droite, lors d’une conférence de presse pour dévoiler des articles de mise en accusation contre le président américain Donald Trump, d’abus de pouvoir et d’obstruction au Congrès, le 10 décembre 2019, au Capitole à Washington. (AP Photo/Andrew Harnik)

« C’est la façon dont les Juifs travaillent, ils sont trompeurs, ils complotent, ils mentent, ils font tout ce qu’ils ont à faire pour accomplir leur programme politique », a déclaré le pasteur Rick Wiles.

Au cours des dernières semaines, cette théorie du complot n’a fait que croître dans la frange antisémite d’Internet. La Unz Review, une plateforme antisémite, a publié un article intitulé « Trump Woos Jews, Jews Impeach Trump », qui soutient que « la farce de la mise en accusation est essentiellement une affaire juive ».

L’article, écrit par l’écrivain suédois antisémite Israel Shamir, a critiqué Trump pour s’être plié aux exigences des Juifs par le biais de sa politique israélienne, pour ensuite être trahi par eux. « Trump pensait que sa générosité ferait fondre les cœurs des Juifs et qu’ils le laisseraient gouverner en paix », écrit Shamir. « Mais non, les Juifs acceptent chaque cadeau comme leur dû. »

Selon les experts qui suivent les incidents antisémites aux États-Unis, au cours des derniers mois, ce type de discours est devenu plus courant dans les milieux d’extrême droite sur Internet.

« Nous avons vu de nombreux antisémites s’accrocher à ce récit de conspiration selon lequel les juifs jouent un rôle de conspirateur en essayant d’évincer le président des États-Unis dûment élu pour les raisons néfastes des juifs eux-mêmes », a déclaré Aryeh Tuchman, directeur associé du Centre pour l’extrémisme de l’Anti-Defamation League.

« Ce sont tous des antisémites purs et durs qui existent heureusement en marge de la société, mais la crainte est que ces théories du complot anti-juif ne gagnent en popularité auprès du grand public », a déclaré Tuchman au Times of Israel. « C’est particulièrement vrai avec Rick Wiles. Il a un public assez large dans ses émissions. »

Un effet de vague sanglant

A mesure que les théories du complot qui font des Juifs le point de mire de la destitution sont amplifiées, on se demande de plus en plus si elles ne vont pas inciter les extrémistes à la violence.

Robert Bowers, le tireur qui a attaqué la synagogue Tree of Life de Pittsburgh en octobre 2018, l’attaque antisémite la plus meurtrière de l’histoire américaine, a accusé les Juifs d’avoir fait entrer des migrants aux États-Unis dans des caravanes.

Jared Kushner (g) salue le rabbin de la synagogue Tree of Life, Jeffrey Myers (d), le 30 octobre 2018. Ivanka Trump se tient aux côté de l’envoyé israélien aux États-Unis, Ron Dermer. (Crédit : AP/Andrew Harnik)

Les préoccupations actuelles s’ajoutent à une augmentation constante des incidents antisémites aux États-Unis au cours des trois dernières années.

En 2017, les incidents antisémites ont augmenté de 57 %, selon les données de l’ADL. En 2018, le taux d’agressions antisémites a plus que doublé par rapport à l’année précédente. Il est peu probable que ces statistiques s’améliorent cette année : La semaine dernière, une fusillade mortelle qui a notamment visé un supermarché casher à Jersey City a fait quatre morts.

Une chose est claire pour Carly Pildis, directrice de l’organisation de base pour le groupe pro-Israël Zioness : le vitriol antisémite qui a émergé au milieu du processus de destitution n’est pas une surprise.

« Bien que je ne veuille pas jouer les Cassandre, je trouve cela alarmant », a-t-elle déclaré au Times of Israel. « Historiquement, l’instabilité politique est mauvaise pour les Juifs ».

Trump est-il responsable ?

Bien que le président lui-même n’ait jamais laissé entendre qu’une conspiration juive était la cause fondamentale du processus de destitution, les experts en antisémitisme et en relation entre la haine et la violence disent qu’il a favorisé un environnement dans lequel ce type de discours a été jugé acceptable.

« Il est certain que je suis préoccupé par la montée de l’antisémitisme à la Maison Blanche et, par extension, au sein du parti républicain », a déclaré Eric Ward, directeur exécutif du Western States Center, un militant chevronné des droits civiques. La mission autoproclamée du centre est de « connecter et de renforcer le pouvoir des organisations communautaires ; de défier et de transformer les individus, les organisations et les systèmes pour atteindre la justice raciale, de genre et économique ».

Mark Kamph, un partisan du président américain Donald Trump de Pahrump, Nevada, tient une pancarte à l’extérieur du bâtiment du Capitole américain, le 18 décembre 2019, sur la colline du Capitole à Washington. (AP Photo/Julio Cortez)

Ward a cité la rhétorique de la campagne de Trump pour 2016 – y compris sa dernière publicité de campagne qui comprenait des messages antisémites suggérant que les Juifs puissants contrôlaient les « leviers du pouvoir » à Washington. Ward a également cité la déclaration de Trump selon laquelle des « gens très bien » ont défilé aux côtés des néonazis à Charlottesville, et les récentes remarques du président lors de la Conférence israélo-américaine selon lesquelles les Juifs voteraient pour lui afin de protéger leurs richesses.

Ces remarques « sont troublantes parce qu’elles signalent aux autres que l’antisémitisme est acceptable », a déclaré M. Ward. « Quand l’antisémitisme gagne de l’espace dans une société, cela a des conséquences mortelles. »

Ward a aussi noté que Trump a ciblé le président du comité de renseignement de la Chambre, Adam Schiff, qui est juif, en l’appelant « Shifty Schiff », [Schiff le sournois].

Trump n’est pas seul. D’autres éminents experts conservateurs et politiciens républicains, affirme Ward, ont également avancé des tropes antisémites dangereux.

Glenn Beck prend la parole lors de la Conservative Political Action Conference (CPAC) de 2016 à National Harbor, au Maryland, le 5 mars 2016. (CC BY-SA, Gage Skidmore/Wikimedia)

L’animateur de télévision de droite Glenn Beck a récemment diffusé une émission dans laquelle il a dépeint George Soros, un riche financier juif souvent au cœur des théories du complot antisémite, comme le « maître des marionnettistes en Ukraine ».

Pendant ce temps, Marsha Blackburn, une sénatrice républicaine du Tennessee, a tweeté un texte de défense de M. Trump le mois dernier, dans lequel elle déclare qu’un « effort coordonné est en cours depuis trois ans pour démettre » M. Trump de ses fonctions. « Jésus nous a prévenus – faites attention aux avocats. »

Bon nombre des avocats qui ont participé à l’enquête sur la mise en accusation sont juifs, y compris les trois professeurs de la faculté de droit qui ont témoigné en faveur de la destitution : Noah Feldman, Michael Gerhardt et Pamela Karlan.

Tout aussi déconcertant, a dit Mme Pildis, est l’absence de réponse ferme de la part de la direction du Parti républicain dans un contexte de conspiration antisémite croissante autour de la destitution. « Ce qui est effrayant et surprenant à mes yeux, c’est le silence écrasant des dirigeants politiques des deux côtés, à moins que cela ne les dérange politiquement », a-t-elle dit.

De gauche à droite, les experts en droit constitutionnel, Noah Feldman, professeur à la faculté de droit de Harvard, Pamela Karlan, professeur à la faculté de droit de Stanford, Michael Gerhardt, professeur à la faculté de droit de l’Université de Caroline du Nord, et Jonathan Turley, professeur à la faculté de droit de l’Université George Washington, témoignent lors d’une audition devant la Commission judiciaire de la Chambre des représentants sur les motifs constitutionnels de la destitution du président américain Donald Trump, au Capitole à Washington, le 4 décembre 2019. (AP Photo/Andrew Harnik)

Tuchman, pour sa part, a appelé les dirigeants démocrates et républicains à « dénoncer et rejeter publiquement et avec force l’idée qu’il y a une cabale de juifs qui essaient de renverser le président des États-Unis ».

Pourtant, l’amplification de ces idées inquiète les Juifs américains, qui ont déjà connu une année difficile, avec de multiples épisodes où les communautés juives ont été violemment ciblées, comme à Pittsburgh, San Diego et Jersey City.

« Comme tous les Juifs américains, je suis inquiète d’une façon que je n’aurais pas cru possible il y a quelques années », a dit Pildis. « Je ne pensais pas que quand je cherchais une école maternelle pour mon enfant, ma première question serait, quel est votre système de sécurité ici ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...