COVID-19: Des cas dans trois nouvelles écoles en Israël
Rechercher

COVID-19: Des cas dans trois nouvelles écoles en Israël

Des élèves ont été testés positifs au lycée Hartman de Jérusalem, à la yeshiva de Kiryat Yearim et à l'école Katzir à Holon, envoyant de nombreuses personnes en quatorzaine

Photo d'illustration : Des élèves israéliens et des enseignants avec des masques lors du retour à l'école post-ocoronavirus, à l'école Hashalom School de Mevasseret Zion, près de Jérusalem, le 17 mai 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Photo d'illustration : Des élèves israéliens et des enseignants avec des masques lors du retour à l'école post-ocoronavirus, à l'école Hashalom School de Mevasseret Zion, près de Jérusalem, le 17 mai 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des cas de coronavirus ont été détectés chez les élèves de trois écoles israéliennes de plus, envoyant un grand nombre d’entre eux en quatorzaine, selon de nouvelles informations.

La Douzième chaîne a indiqué que des établissements scolaires situés à Jérusalem, Holon et Kiryat Yearim avaient placé des classes entières à l’isolement après avoir trouvé des élèves porteurs de la COVID-19.

Un élève de Cinquième a été dépisté positif au coronavirus au collège Katzir de Holon, envoyant quatre classes et six enseignants en quatorzaine. Un cas a été diagnostiqué au lycée Hartman à Jérusalem, plaçant des douzaines de personnes à l’isolement, et huit autres cas ont été découverts dans une yeshiva de Kiryat Yearim, envoyant des adolescents en confinement, chez eux.

A Kiryat Yearim, un tiers des élèves dépistés à la COVID-19 ont eu un résultat positif. Tous les jeunes n’ont pas effectué de test, suggérant que l’ampleur de l’épidémie n’a pas été pleinement mise en évidence.

Malgré une hausse nette, ces derniers jours, du taux d’infection au coronavirus – en particulier dans les établissements d’enseignement – les ministres se sont dits défavorables à une fermeture totale des institutions scolaires lors d’une réunion nocturne.

Il y avait, samedi soir, 1 917 cas actifs de coronavirus au sein de l’Etat juif, avec une majorité de malades se soignant chez eux et 116 personnes prises en charge à l’hôpital. Parmi ces dernières, 36 se trouvaient dans un état grave et 34 sous respirateur artificiel.

Dans le pays, ce sont 284 personnes qui ont succombé à la maladie depuis que l’épidémie est apparue en Israël, au début de l’année.

La recrudescence de nouveaux cas de coronavirus s’est largement concentrée dans une école de Jérusalem, la Gymnasia Rehavia, où un élève « super propagateur » a infecté environ 80 personnes. Tous les jeunes scolarisés dans l’établissement et tous les enseignants se font actuellement dépister.

Les ministres, qui se sont réunis samedi pour évoquer la possibilité de fermer des établissements pour entraver la propagation de la maladie, ont décidé que cette école et au moins 16 autres pourraient fermer temporairement leurs portes. Ils se sont dits défavorables à une suspension du système tout entier, préférant faire cesser les activités exclusivement là où des infections ont été enregistrées.

Une photo montre l’entrée du lycée Gymnasia Rehavia de Jérusalem, le 29 mai 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’école élémentaire Paula Ben Gurion, à Jérusalem, a annoncé samedi qu’elle ne rouvrirait pas avant mardi au plus tôt en raison d’inquiétudes portant sur le fait qu’un grand nombre de ses élèves compte des frères et sœurs inscrits au lycée Gymnasia Rehavia.

La chaîne publique Kan a fait savoir que la commission des enseignants et des parents avait indiqué qu’une décision de réouverture ne serait pas prise avant la fin des procédures de dépistage entreprises au lycée Gymnasia Rehavia.

Israël a réouvert, samedi, quatre centres de dépistage de type drive-in dans tout le pays pour renforcer les recherches d’éventuels malades. Le premier à rouvrir s’est installé sur le parking du Teddy Stadium de Jérusalem, qui a accordé la priorité aux élèves et aux personnels du lycée Gymnasia Rehavia.

Les centres de dépistage mobile du Yarkon Park de Tel Aviv, de Beer Sheva et de Haïfa ont repris leurs activités plus tard.

Les responsables de la santé sont préoccupés par le nombre moindre de tests qui est réalisé actuellement. Alors qu’au pic de l’épidémie, environ 13 000 à 14 000 personnes se faisaient dépister chaque jour, ce chiffre s’est abaissé considérablement ces dernières semaines, les Israéliens présentant moins de symptômes.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué samedi qu’il était trop tôt pour dire si la tendance des infections à la hausse pourrait entraîner la réimposition de confinements.

L’Etat juif a remporté des succès importants dans sa lutte contre la pandémie, a expliqué Netanyahu pendant une déclaration télévisée. Il a néanmoins rappelé que la crise « n’est pas derrière nous ».

« Nous avons éteint les flammes du coronavirus mais il y a encore des braises, et n’importe quel vent, le plus léger soit-il, est susceptible d’attiser à nouveau les flammes », a averti le Premier ministre.

Dénonçant ce qu’il a qualifié de « relâchement » de l’adhésion des Israéliens aux mesures de distanciation sociale, Netanyahu a clamé que les prochains jours seraient un « test » qui déterminerait de la nécessité – ou non – de remettre en place des restrictions.

« Tant qu’aucun vaccin ne sera trouvé pour le virus, ce dernier reviendra et il se propagera à nouveau si nous ne prenons pas le soin d’adhérer aux règles », a continué Netanyahu. « Si nous ne le faisons pas, il n’y aura pas d’autre choix que de replacer les limitations sur les sphères économique et publique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...