COVID-19 : Tous les magasins rouvrent leurs portes sauf les centres commerciaux
Rechercher

COVID-19 : Tous les magasins rouvrent leurs portes sauf les centres commerciaux

Selon les dernières règles en date, les magasins peuvent rouvrir - sous réserve du respect de la distanciation sociale ; le port du masque est obligatoire en public dès 7 ans

Les Israéliens font leurs courses alimentaires au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 24 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90
Les Israéliens font leurs courses alimentaires au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 24 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90

Israël, le 24 avril, a encore allégé ses restrictions dans le cadre de la crise du coronavirus, avec des régulations qui ont pris effet dès le 25 avril à minuit.

A) Magasins et restaurants : Les règles permettent dorénavant la vente de produits alimentaires par les restaurants sous la forme de la vente à emporter (pas de possibilité d’occuper une place assise dans leurs enceintes) ; elles autorisent également l’ouverture des salons de coiffure, des salons d’esthétique et de cosmétique – notamment pour les séances d’épilation. L’ouverture des magasins, dans les espaces publics, est autorisée sauf dans les centres commerciaux fermés.

Prestataires de soin : Les prestataires de soin peuvent travailler avec des personnes individuelles ou vivant dans le même foyer, sans contact et en respectant une distance de deux mètres. Ils sont dans l’obligation de porter des masques et d’utiliser des désinfectants.

Masques : Le port du masque est obligatoire dans l’espace public dès l’âge de sept ans, sauf pour les activités sportives ou pour une raison médicale qui sera soutenue par un certificat à cet effet. Des amendes d’un montant croissant pour violation de l’obligation du port du masque seront distribuées, et ce, dès le premier délit.

Les nouvelles règles plus détaillées sont les suivantes :

1. En plus des livraisons, les restaurants pourront offrir des services de vente à emporter.

Les règles nécessaires au maintien de la santé publique dans les restaurants sont les suivantes : Il est interdit de prendre place dans l’enceinte du restaurant. Une séparation sera installée aux comptoirs pour empêcher le transfert de gouttelettes entre vendeur et client. Les employeurs effectueront une division du travail par groupes, qui se remplaceront en permanence. Les personnes présentes devront maintenir entre elles une distance de deux mètres.

Les règles d’hygiène, et notamment la désinfection des surfaces, seront strictement respectées. Le port du masque et de gants sera obligatoire parmi les membres du personnel. Les entrées au sein de l’établissement seront régulées de manière à ce qu’il n’y ait pas plus de deux clients par caisse – dans un magasin de plus de 100 mètres-carrés – ou pas plus, plus généralement, de quatre clients par caisse.

Un panneau concernant le respect de la distanciation sociale entre les personnes et le nombre de clients autorisés à pénétrer dans le restaurant sera placé dans les établissements.

2. Tous les magasins, dans l’espace public, auront l’autorisation de rouvrir leurs portes hormis ceux installés dans les centres commerciaux, qui resteront fermés.

L’ouverture des magasins sera conditionnée au maintien strict des règles suivantes : Avant d’ouvrir le magasin, les propriétaires d’entreprise/de boutique devront soumettre aux autorités locales dont elles relèvent une déclaration signée attestant du respect des conditions exigées.

Le propriétaire ou le gérant assurera – dans la mesure du possible – la prise de température de tous les clients pénétrant dans le magasin et les interrogera sur d’éventuels symptômes de la maladie.

Le propriétaire divisera les groupes d’employés selon une règle d’horaires décalés. Un employé responsable des questions relatives au coronavirus sera nommé. Une séparation sera installée pour empêcher le transfert de gouttelettes entre vendeur et client. Le gérant devra garantir et contrôler que les règles d’hygiène, notamment la désinfection des surfaces, sont strictement respectées.

Les personnes présentes devront maintenir entre elles une distance de deux mètres à l’intérieur du magasin. Tout rassemblement à l’extérieur sera interdit et il sera de la responsabilité des employés de s’assurer que cette directive est bien respectée.

Des repères mis en place pour les clients se mettant dans les files d’attentes seront installés afin de permettre de conserver les distances ; un panneau visible à cet effet devra être posé. Les entrées dans les magasins seront régulées de façon à ce qu’il n’y ait pas plus de deux clients à chaque caisse dans un magasin de 100 mètres-carrés ou pas plus, de manière plus générale, que quatre clients par caisse.

Un panneau devra être affiché stipulant la nécessité de maintenir les distances et précisant le nombre de clients acceptés. Le gérant devra déterminer un système de limitation du nombre de personnes pénétrant dans son établissement.

3. Les salons de coiffure, les salons de beauté et d’esthétique auront le droit d’ouvrir leurs portes.

Les salons de coiffure pourront ouvrir leurs portes en se conformant aux règles suivantes : Avant d’ouvrir leur commerce, les propriétaires devront soumettre aux autorités locales dont elles relèvent une déclaration signée attestant du respect des conditions exigées. Le propriétaire du commerce assurera – dans la mesure du possible – la prise de température de tous les clients pénétrant dans le magasin et les interrogera sur d’éventuels symptômes de la maladie.

Il fera intervenir ses employés par groupes, sur la base d’horaires décalés. Les directives d’hygiène – désinfection des surfaces, des instruments, des fauteuils ainsi que le nettoyage des serviettes et des blouses seront strictement respectées.

Pendant la prise en charge des clients, les employés du salon de coiffure devront porter des gants qui seront changés à chaque nouveau client. Les employés devront également porter des masques, des visières de protection ainsi que des lunettes de travail. Une distance de deux mètres devra être conservée entre les personnes dans le salon ; un panneau sera accroché à cet effet pour le rappeler.

Le nombre maximum de clients, au sein des salons de coiffure, sera limité à deux par employé, quel que soit le moment. Il ne devra pas y avoir, quoi qu’il en soit, plus de quatre clients en même temps dans l’enceinte de l’établissement, où six dans les salons de plus de 75 mètres-carrés et huit dans les salons de plus de 100 mètres-carrés.

Un panneau accroché récapitulera les capacités d’accueil du salon, conformément aux directives ci-dessus. Un système devra être déterminé pour limiter le nombre de personnes autorisées à entrer dans le salon.

4. Le contrôle de l’application des directives pourra être renforcé.

Afin de faire respecter strictement les règles énoncées ci-dessus et de maintenir la sécurité publique, les contrôles seront renforcés. Les inspecteurs dûment autorisés par le directeur de l’Autorité de la nature et des parcs seront pour ce faire ajoutés à la liste des personnels autorisés.

Les inspecteurs, au sein des autorités locales, seront autorisés à faire appliquer les règles mentionnées, et notamment celle exigeant des propriétaires de magasins de ne pas laisser entrer une personne ne portant pas de masque.

Les entreprises contrevenant aux règles pourront écoper d’une amende à hauteur de 2 000 shekels.

Le ministère de la Santé appelle le public à continuer à respecter les directives et les instructions établies dans les régulations. Le partenariat du public permettra le maintien des activités du quotidien dans l’ombre du coronavirus.

B) Le cabinet a également approuvé un plan d’assistance élargi à hauteur de huit milliards de shekels pour les auto-entrepreneurs et les petites entreprises, comme suit :

1. Une subvention pour les dépenses courantes des petites entreprises – 2,5 milliards de shekels.

Cette subvention est réservée aux petites entreprises (avec un chiffre d’affaires de 20 millions de shekels), dont le chiffre d’affaires sur les ventes a été frappé aux mois de mars et avril en résultat des effets économiques de la propagation du coronavirus et ce, afin d’aider à couvrir les dépenses courantes.

Elle sera également versée aux ONG définies comme institutions publiques éligibles. Elle pourra s’élever jusqu’à 400 000 shekels en fonction du degré de déclin de ses activités. La subvention sera versée à partir du début du mois de mai par l’Autorité fiscale.

2. Une allocation d’aide versée aux auto-entrepreneurs – 2,8 milliards de shekels

En plus du premier versement, qui a été payé en avril, une allocation d’assistance sera versée aux auto-entrepreneurs dont les activités auront décliné d’au-moins 25 % entre les mois de mars et juin. Cette allocation, qui sera payée directement sur les comptes bancaires, s’élèvera à 70 % du revenu habituel moyen et pourra atteindre la somme de 10 500 shekels.

Ce groupe comprend également les salariés avec participation majoritaire. Il sera possible de se porter candidat à cette allocation par le biais de l’Autorité fiscale dès la première semaine du moi de mai.

C) Préparation du secteur public au travail d’urgence pendant la crise du coronavirus (Amendement)

En raison du prolongement de la validité des restrictions sur l’économie dans son ensemble et dans le but d’élargir la gamme des services à destination du public tout en respectant la santé des travailleurs, le cabinet a donné pour instruction au secteur public de se préparer aux candidatures au « tav sagol » qui atteste du respect des normes sanitaires.

Les agences des ministères gouvernementaux et du secteur public procéderont à l’évaluation de la préparation des espaces de travail conformément aux directives sanitaires, afin de permettre à un plus grand nombre d’employés de retourner sur leur lieu de travail.

D) Le cabinet a approuvé un plan d’assistance détaillé pour l’économie concernant la prise en charge de la crise du coronavirus.

Conformément à la loi fondamentale, le ministre des Finances a soumis au cabinet un plan détaillé sur les dépenses d’aide à l’économie en 2020. Il a anticipé que les dépenses relatives au coronavirus, en 2020, s’élèveraient à plus de 50 milliards de shekels.

Le plan économique, dans son ensemble, atteint un montant de 80 milliards de shekels. Il faudra rappeler que ce plan d’assistance économique inclut quatre niveaux : La réponse immédiate (sanitaire et civile), un filet de sécurité au niveau social, une assistance versée pour assurer le maintien des activités des entreprises et leur accélération.

La section approuvée inclut des composantes de ces quatre niveaux.

Le plan comporte entre autres l’octroi d’approximativement 10 milliards de shekels au ministère de la Santé, d’approximativement 3,8 milliards de shekels aux auto-entrepreneurs, d’environ 2,3 milliards de shekels pour les subventions de Pessah, d’environ 2,5 milliards de shekels pour des solutions de crédit, de 2,6 milliards de shekels pour des rabais fiscaux immobiliers pour les entreprises et de 0,2 milliard de shekels pour l’amélioration des services au citoyens via la numérisation.

Suite à l’approbation du cabinet, le plan sera présenté à la Knesset. Des changements survenant dans le plan, à plus de 15 %, seront soumis à l’approbation de la commission des Finances du parlement.

E) Le cabinet a approuvé la proposition faite par le ministère des Finances de continuer à allouer des allocations d’ajustement aux personnes âgées de 67 ans et plus qui ont perdu leur emploi en résultat de la crise du coronavirus.

Conformément à ce qui est cité ci-dessus, il a été décidé d’approuver une allocation supplémentaire pouvant s’élever à un maximum de 4 000 shekels, au mois de mai, à tous ceux qui ont été licenciés au cours des derniers mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...