Rechercher

COVID : le ministère de la Santé recommande – mais n’impose pas – le port du masque

Près de 6 000 nouveaux cas de COVID ont été diagnostiqués en une journée et 103 patients sont dans un état grave ; le taux R atteint 1,51 - le plus élevé depuis la vague précédente

Une femme portant un masque, dans le centre-ville de Jérusalem, le 16 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une femme portant un masque, dans le centre-ville de Jérusalem, le 16 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Alors que le nombre de nouveaux cas de coronavirus continue de grimper, le ministère de la Santé a recommandé, lundi, de recommencer à porter des masques dans les espaces clos.

Dans un communiqué, le ministère a noté la hausse « brutale » du nombre d’infections ces derniers jours, « ainsi qu’une augmentation du nombre de cas graves. »

« Alors que l’économie est totalement ouverte, la normalité est préservée et qu’il n’y a aucune restriction, il en va de la responsabilité de chacun d’entre nous de prendre des précautions », a-t-il déclaré.

Il n’y avait aucune indication que le ministère décide de rendre obligatoire cette recommandation, mais il pourrait envisager le retour des restrictions gouvernementales, si les taux d’infection continuent à augmenter.

« Il ne s’agit pas d’une obligation, mais d’un acte de solidarité et de sollicitude envers votre prochain », précise le communiqué.

Israël a supprimé l’obligation de porter des masques à l’intérieur en avril, suite à la baisse spectaculaire du nombre d’infections. Les masques ne sont plus exigés en extérieur depuis avril 2021.

Les voyageurs portent des masques de protection au Terminal 3 de l’aéroport Ben-Gurion, le 5 août 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Depuis le 6 juin, la nouvelle moyenne des infections quotidiennes a bondi de 2 400 par jour à près de 5 000.

Selon les dernières données du ministère de la Santé, 5 829 nouveaux cas ont été diagnostiqués dimanche. Avec 22 118 tests, le taux de positivité s’élevait à 26,35 %.

Le nombre de reproduction de base du virus, ou valeur R, a atteint 1,51, soit le chiffre le plus élevé depuis la vague Omicron.

Ce chiffre, qui représente la situation observée 10 jours plus tôt, mesure le nombre de personnes que chaque porteur de coronavirus infecte en moyenne, tout chiffre supérieur à 1 signifiant que la propagation du COVID est en augmentation. Il a commencé à dépasser 1 à la mi-mai, après être resté sous ce seuil pendant près de deux mois.

Il y avait 103 patients dans un état grave, selon les chiffres du ministère. Le nombre de malades graves a régulièrement diminué depuis la mi-mars, mais a atteint un plateau au cours du mois dernier et a maintenant commencé à augmenter légèrement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...