COVID : Le nombre de cas graves s’élève à 81, nombre le plus élevé depuis mai
Rechercher

COVID : Le nombre de cas graves s’élève à 81, nombre le plus élevé depuis mai

Le nombre de nouveaux cas quotidiens reste supérieur à 1 200, alors que le nombre d'infections actives dépasse les 10 000 ; Le pass vert sera réimposé à partir du 29 juillet

Des travailleurs de la santé testent des Israéliens pour le COVID-19  à Jérusalem, le 22 juillet 2021. (Crédit Yonatan Sindel/Flash90)
Des travailleurs de la santé testent des Israéliens pour le COVID-19 à Jérusalem, le 22 juillet 2021. (Crédit Yonatan Sindel/Flash90)

Les dernières données du ministère de la Santé vendredi matin ont fait état de 81 patients atteints du coronavirus hospitalisés dans un état grave, soit le nombre le plus élevé enregistré depuis deux mois et demi, alors que les infections continuent d’augmenter sur fond de propagation de la variante Delta. 

Selon les données du ministère, 1 263 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés jeudi, après avoir dépassé les 1 300 cas pendant trois jours consécutifs. 

Le ministère a indiqué que 365 cas positifs supplémentaires avaient été détectés vendredi à 9 heures. 

Sur les 75 654 tests effectués jeudi, 1,83 % se sont révélés positifs, un taux similaire à celui des derniers jours. 

Selon les données du ministère de la santé, le pays compte 10 194 cas de virus actifs. Il y a deux mois, ce chiffre était d’environ 200.

17 nouvelles infections graves ont été enregistrées jeudi et 12 autres vendredi à 9h du matin, ce qui porte le total à 81. Le nombre de cas graves augmente lentement depuis le mois dernier, où il avait atteint son plus bas niveau historique (19). À un moment donné en janvier, on comptait près de 1 200 cas graves. 

Le nombre de décès s’élève à 6 457, et trois nouveaux décès ont été enregistrés mercredi, selon le ministère.

Des Israéliens portent des masques de protection à Tel Aviv, le 22 juillet 2021. (Crédit : Miriam Alster/Flash90) 

L’augmentation du nombre de cas est intervenue alors que le ministère a décidé jeudi de rétablir le « pass vert » la semaine prochaine, limitant la participation à de grands événements aux personnes vaccinées, ayant récupéré de la COVID-19 ou présentant un résultat négatif valide. 

Les nouvelles restrictions s’appliqueront aux événements en intérieur et en extérieur comptant plus de 100 participants, à partir du 29 juillet. L’obligation de présenter une preuve de vaccination, de guérison ou un test négatif datant des 72 dernières heures ne s’appliquera qu’aux personnes de plus de 12 ans. En dessous de cet âge, il n’y aura aucune restriction. 

Au cours de la réunion de jeudi, les ministres ont également voté en faveur de l’ajout du Royaume-Uni, de la Géorgie, de Chypre et de la Turquie à la liste des pays où les Israéliens ne peuvent se rendre en raison de la COVID. Ces deux derniers pays figurent parmi les destinations les plus populaires auprès des touristes israéliens. 

Si elle est approuvée par le gouvernement, l’interdiction de se rendre dans ces pays commencera le 30 juillet.

Actuellement, les voyageurs vaccinés qui arrivent en Israël doivent rester en quarantaine pendant 24 heures ou jusqu’à ce qu’ils reçoivent un résultat négatif à un test effectué à l’atterrissage. Les voyageurs non vaccinés doivent rester en quarantaine pendant sept jours et recevoir un test négatif à la fin de la semaine.

Des officiers de police appliquent le règlement COVID-19 à l’aéroport Ben Gurion, le 19 juillet 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Depuis la semaine dernière, toutes les personnes qui reviennent de pays où le taux d’infection est élevé doivent rester en quarantaine pendant sept jours, même si le test est négatif, selon les nouvelles directives du ministère de la Santé. La période de quarantaine complète, qui était auparavant de 10 à 14 jours, a récemment été raccourcie. 

Selon les données du ministère de la Santé, 112 des cas identifiés jeudi concernaient des personnes arrivant de l’étranger. 

Le ministère a également déclaré que 5 755 067 Israéliens – sur une population totale de quelque 9,3 millions de personnes – ont reçu au moins une dose de vaccin et que 5 283 200 ont été entièrement vaccinés. 

Les autorités sanitaires ont établi un lien entre le récent pic d’infections en Israël et les voyageurs qui ont ramené de l’étranger de nouvelles variantes du virus et qui n’ont pas été mis en quarantaine après leur arrivée.

La résurgence du coronavirus en Israël a été largement attribuée à la propagation de la variante Delta, qui a été détectée pour la première fois en Inde et qui serait deux fois plus contagieuse que la souche originale de la COVID.

Jeudi, le Premier ministre Naftali Bennett a de nouveau appelé tous les Israéliens éligibles à se faire vacciner contre le coronavirus, accusant ceux qui ne le font pas de mettre en danger le reste du pays. 

« Un million d’Israéliens refusent de se faire vacciner », a poursuivi Bennett. « Ils mettent en danger l’ensemble de la population, ils mettent en danger les huit autres millions de citoyens du pays. » 

Il a averti que les réfractaires à la vaccination pourraient amener le gouvernement à imposer un quatrième confinement national.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...