Rechercher

Covid : Les taux d’infection légèrement en hausse, les cas graves en baisse

Le nombre R, indiquant le nombre de personnes qu'une personne infectée contamine, est proche de 1, mais les nouvelles infections et les hospitalisations restent faibles

Un employé procède à un test antigénique à la COVID-19 dans un centre de dépistage du Magen David Adom à Lod, le 17 octobre 2021. (Crédit :   Yossi Aloni/Flash90)
Un employé procède à un test antigénique à la COVID-19 dans un centre de dépistage du Magen David Adom à Lod, le 17 octobre 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Alors que le nombre de cas graves de COVID-19 continue de diminuer, le taux de reproduction du coronavirus en Israël (nombre R) a augmenté mercredi, se rapprochant de 1, ce qui signifie que la propagation du virus est à nouveau en hausse.

Le taux de reproduction, qui indique le nombre de personnes à qui chaque personne infectée transmet le virus, est resté inférieur à 1 pendant plus d’un mois mais a connu une légère augmentation ces derniers jours.

Selon les données du ministère de la Santé, le nombre R était mercredi soir de 0,95.

Néanmoins, le nombre d’hospitalisations et de cas graves liés à la COVID-19 a connu une légère baisse. Mercredi soir, il y avait 5 137 cas actifs de COVID en Israël, dont 178 hospitalisés, 138 dans un état grave et 91 sous ventilateur.

Il y a un mois, plus de 375 Israéliens atteints du COVID étaient dans un état grave.

Le nombre de patients gravement malades est considéré comme un indicateur clé de la gravité des vagues de virus, car ce sont ces patients qui nécessitent des soins hospitaliers et mobilisent les ressources médicales.

Le personnel médical du centre médical Shaare Zedek à Jérusalem traite des patients dans le service de l’hôpital consacré au coronavirus, le 14 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90)

En outre, seulement 557 nouveaux cas de COVID ont été signalés mardi, alors que des pics de plus de 10 000 par jour avaient été enregistrés début septembre. Le ministère de la Santé a indiqué que sur les 80 438 tests effectués mardi, seuls 0,69 % ont révélé une infection.

Au total, 6 261 285 Israéliens ont reçu une première dose de vaccin et
5 759 419 ont reçu deux doses. Parmi eux, 4 031 970 personnes ont reçu une troisième dose de rappel, selon les données du ministère de la Santé.

Plus tôt mercredi, le ministère de la Santé avait informé les caisses de santé du pays que la livraison des vaccins Pfizer-BioNTech pour les enfants, qui devait arriver la veille au soir, n’atteindrait pas le pays avant la semaine prochaine.

Les doses pour enfants des vaccins Pfizer contre le coronavirus, destinés aux enfants âgées de 5 à 11 ans, arriveront mardi prochain et les vaccins seront disponibles pour le public le lendemain, 24 novembre.

Les prestataires de soins de santé se seraient préparés à vacciner les enfants à partir de dimanche.

Le ministère de la Santé attendait toujours une explication pour ce retard, a déclaré la chaîne publique Kan.

Léo Hahn, un enfant de 11 ans reçoit la première injection du vaccin COVID-19 de Pfizer, le 9 novembre 2021, au centre médical de l’université de Washington à Seattle. (AP Photo/Ted S. Warren)

Lorsque les doses pour adultes des vaccins Pfizer-BioNTech ont été approuvées pour la première fois l’année dernière, Israël s’est assuré une place de choix sur la liste des pays destinataires, le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, ayant personnellement négocié des accords avec le PDG de la société.

La vaccination par deux injections et un rappel de suivi est déjà disponible pour toutes les personnes âgées de 12 ans et plus en Israël.

L’approbation israélienne est intervenue quelques jours après que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé l’autorisation du vaccin pour le groupe d’âge 5-11 ans, ouvrant ainsi la voie aux États-Unis pour commencer à vacciner les enfants plus jeunes.

À ce jour, plus d’un million d’enfants ont été vaccinés aux États-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...