Israël en guerre - Jour 147

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Cpt. Hadar Kama, 24 ans : « Un garçon noble aux pieds nus » qui dévorait la vie

Soldat de l'unité d'élite Sayeret Matkal, originaire de Givat Shapira, tombé au champ d’honneur, à Kfar Aza, le 7 octobre 2023

Le capitaine Hadar Kama, soldat de l'unité Sayeret Matkal, originaire de Givat Shapira tombé au champ d’honneur à Kfar Aza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le capitaine Hadar Kama, soldat de l'unité Sayeret Matkal, originaire de Givat Shapira tombé au champ d’honneur à Kfar Aza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le capitaine Hadar Kama, 24 ans, soldat de l’unité d’élite Sayeret Matkal, a été tué en combattant les terroristes palestiniens du Hamas, au kibboutz Kfar Aza le 7 octobre.

Il laisse derrière lui ses parents, Gila et Eyal, et ses deux sœurs, Shira et Alma. L’arrière-arrière-grand-mère de Hadar, Shayna Korngold, était la sœur aînée l’ancienne Première ministre israélienne Golda Meïr.

Le matin du 7 octobre, Hadar se trouvait à Tel Aviv, chez des camarades de son unité, lorsqu’il a été envoyé d’urgence à la frontière de Gaza pour repousser l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas. Il a combattu aux côtés de ses pairs et a été l’un des quatre membres de son unité à mourir à Kfar Aza le premier jour de la guerre.

Élevé à Givat Shapira, Hadar était membre du mouvement de jeunesse « Five Fingers », connu pour encourager le leadership par l’activité physique et pour former des diplômés qui deviennent des commandants de Tsahal. Il s’était engagé directement dans Sayeret Matkal et effectuait sa dernière année de service militaire lorsqu’il a été tué.

La mort de Hadar n’a été confirmée que le 9 octobre, et il a été enterré le 11 octobre au moshav Herut.

Dans un éloge funèbre publié sur Facebook, son oncle, David Yasinski-Aloni, a décrit Hadar comme un « noble garçon ». Pas au sens aristocratique du terme, a-t-il précisé, mais un « garçon noble aux pieds nus, ou avec des chaussures Naot et peut-être un débardeur ».

Hadar était un fils et un frère aimant, capable d’aider son père à construire un belvédère dans leur jardin, d’assembler un bassin de glaçons pour ses sœurs ou encore de planter un manguier devant le bassin.

« C’est si [évident] que tu allais te précipiter à travers les balles sifflantes et les explosions pour sauver les gens qui criaient au secours dans leur maison », a déclaré son oncle.

« Hadari, tu aimais la vie », a écrit Gila Yasinski-Kama, la mère de Hadar, dans son éloge funèbre qu’elle a également publié sur Facebook.

« Ta vie s’est arrêtée là avec toute ta force et ton courage. »

« Tu m’as dit au revoir avec des mots que je ne t’ai pas souvent entendus prononcer. Il y a deux semaines, vendredi après-midi, tu as dit : ‘Maman, vous êtes les meilleurs parents du monde. Vraiment’. »

Gila a ajouté qu’il avait été tué aux côtés de son commandant, qu’il aimait et respectait, Elaï Zisser. Les deux hommes étaient nés le même jour, le 11 juillet. « Maintenant, vous ne partagez plus seulement le jour de votre naissance, mais également le jour de votre mort. »

« Mon enfant bien-aimé, bon et héroïque, repose dans la tranquillité et la paix pour toujours. Je t’aime. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.