Cybersécurité : la France propose un nouveau format de discussion à l’ONU
Rechercher

Cybersécurité : la France propose un nouveau format de discussion à l’ONU

Depuis plusieurs années, des discussions sont en cours entre Etats à l'ONU pour tenter de fixer des normes de comportement reconnues par tous pour pacifier le cyberespace

Illustration : pirates informatiques/cybersecurité.(Crédit : iStock by Getty Images)
Illustration : pirates informatiques/cybersecurité.(Crédit : iStock by Getty Images)

La France, soutenue par 45 Etats, propose un nouveau format de discussions à l’ONU pour accélérer les discussions sur la sécurité dans le cyberespace, a indiqué vendredi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à l’occasion du Forum de Paris sur la paix.

Depuis plusieurs années, des discussions sont en cours entre Etats à l’ONU pour tenter de fixer des normes de comportement reconnues par tous pour pacifier le cyberespace.

Celui-ci ressemble bien souvent à un véritable Far West où l’espionnage, le chantage, la manipulation et les agressions pures et simples sont monnaie courante, souvent à l’initiative d’Etats ou de groupe para-étatiques.

Deux initiatives concurrentes travaillent en ce moment sur le sujet à l’ONU, un « groupe d’experts gouvernementaux » constitué sur une initiative américaine et « un groupe de travail à composition non limitée » constitué sur une proposition russe.

Jean-Yves Le Drian lors d’une session de travail pendant la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G7, à Dinard, le 6 avril 2019. (Crédit : AFP / POOL / STEPHANE MAHE)

La proposition française vise à dépasser cette dualité, en proposant de s’atteler à la définition d’un « programme d’actions », dans une discussion plus pragmatique comparable à celle qui a eu lieu sur les armes légères, a expliqué M. Le Drian.

« Il est opportun de passer à un format de discussion unique, qui puisse prendre en compte tout ce qui a été fait précédemment (…) C’est pourquoi nous proposons ce programme d’action soutenus par 45 autres Etats, dont les pays de l’Union européenne, l’Egypte, le Liban, le Royaume-Uni, le Canada, l’Equateur, le Japon, Singapour… », a déclaré M. Le Drian lors d’une table ronde au Forum sur la paix.

Cette initiative peut être le moyen « d’aboutir à des propositions concrètes tout en restant dans le cadre des Nations unies », a souligné M. Le Drian.

La France a lancé il y a deux ans avec 370 Etats, ONG ou entreprises un « appel de Paris » pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace, avec l’appui notamment du géant américain du logiciel Microsoft. Cet appel de Paris compte aujourd’hui 1 100 signataires, dont 78 Etats et 650 entreprises.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...