Dan Shapiro : Aucun futur président démocrate n’acceptera le plan de Trump
Rechercher

Dan Shapiro : Aucun futur président démocrate n’acceptera le plan de Trump

L'ex-ambassadeur US dénonce le caractère politique du moment choisi pour dévoiler le plan de paix et que l'annexion de la Cisjordanie "garantirait" un conflit avec Washington

L'ancien ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro participe à une séance d'adieu à la Knesset avant son départ, le 17 janvier 2017. (Miriam Alster/Flash90)
L'ancien ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro participe à une séance d'adieu à la Knesset avant son départ, le 17 janvier 2017. (Miriam Alster/Flash90)

L’ancien ambassadeur américain en Israël, Dan Shapiro, a dénoncé dimanche le moment du dévoilement du plan de paix du président américain Donald Trump au Moyen-Orient comme étant de nature politique, avertissant qu’aucune future administration démocrate n’accepterait ce plan et ne serait liée par lui.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son rival dans les prochaines élections à la Knesset, le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz, rencontreront tous deux Trump à Washington cette semaine – séparément – et le plan de paix tant attendu devrait être dévoilé d’ici mardi.

Il n’est pas encore clair si ces développements, qui ont été annoncés à la fin de la semaine dernière, affecteront un vote de la Knesset prévu pour mardi sur la demande d’immunité de Netanyahu dans trois affaires de corruption. Le Premier ministre cherche à retarder le vote jusqu’après les élections de mars car sa demande d’immunité risque d’être rejetée dans le cadre de l’actuelle Knesset.

L’impasse politique actuelle en Israël – deux élections l’année dernière n’ont pas permis de former un gouvernement – a retardé la publication du plan. Le projet de l’administration de le publier maintenant, moins de six semaines avant un troisième vote consécutif sans précédent, a été accueilli par des accusations selon lesquelles il constitue une ingérence politique.

Le président de Kakhol lavan, Benny Gantz, s’adressant à la presse à Ramat Gan, le 25 janvier 2020. (Elad Malka/Kakhol lavan)

« Ce n’est pas une coïncidence, le timing, que cela se passe au moment d’une discussion de la Knesset sur l’immunité et au moment où le Sénat [américain] tient une audience de destitution », a déclaré M. Shapiro, qui était l’envoyé de l’ancien président américain Barack Obama, à la radio de l’armée dans une interview en hébreu.

M. Shapiro, qui a laissé entendre ces derniers jours que la décision de M. Trump constituait une ingérence dans les élections israéliennes car elle est considérée comme favorisant Netanyahu par rapport à Gantz, a déclaré dans l’interview qu’il y avait toujours eu un accord pour que les Etats-Unis ne s’immiscent pas dans les élections israéliennes et vice versa.

Gantz doit rencontrer Trump lundi, tandis que Netanyahu rencontrera le leader américain sur la proposition de paix mardi.

Le président américain Donald Trump, (à droite), et le premier ministre Benjamin Netanyahu, à la Maison Blanche à Washington, le 25 mars 2019. (Manuel Balce Ceneta/AP)

« Je pense que les citoyens israéliens devraient tenir compte du fait que dans moins d’un an, il pourrait y avoir une nouvelle administration démocrate – si ce n’est pas dans un an, alors dans cinq ans. Trump ne sera pas président pour toujours. Il est important de savoir que tout candidat démocrate s’opposera à ce plan et qu’aucun président démocrate ne sera lié par lui », a déclaré M. Shapiro, qui est actuellement chercheur invité à l’Institut d’études de sécurité nationale, un think-tank de l’université de Tel Aviv.

« Une nouvelle administration s’engagera en faveur de la solution à deux États – la position traditionnelle et historique des États-Unis – ou du moins pour préserver la chance qu’elle pourrait avoir à l’avenir », a-t-il ajouté. « Si Trump encourage Israël à prendre des mesures unilatérales telles que l’annexion de la vallée du Jourdain et des blocs d’implantations, cela garantit un affrontement avec une administration démocrate dans moins d’un an. Je ne pense pas que ce soit une chose positive pour les relations entre les pays, et je déconseille les actions immédiates auxquelles s’opposeront les futures administrations ».

Toutefois, M. Shapiro a reconnu qu’un président démocrate n’annulerait probablement pas le déménagement de l’ambassade à Jérusalem de M. Trump, et a déclaré qu’il ne savait pas si la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan serait annulée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...