Dans le mercato des hackers, les Israéliens sont – avec les Indiens – les plus recherchés
Rechercher

Dans le mercato des hackers, les Israéliens sont – avec les Indiens – les plus recherchés

Dans Armes de déstabilisation massive, Pierre Gastineau et Philippe Vasset dressent le portait-robot du cyber-cambrioleur parfait

Un homme devant son ordinateur. Illustration. (Crédit : Pixabay)
Un homme devant son ordinateur. Illustration. (Crédit : Pixabay)

Les cyber-cambriolages ont remplacé les vols plus traditionnels, et les nouveaux Arsène Lupin ont troqué leur passe-partout, leurs chaussures de crêpe, et leur habits sombres contre des logiciels espions et des lignes de codes.

« Voilà près de dix ans que le feuilleton des fuites massives de données apporte, chaque mois, son lot de révélations. Depuis 2009, on ne recense pas moins d’une quarantaine de diffusions anonymes de fichiers : serveurs mails, dossiers confidentiels, listings bancaires, tout y passe, » décrit Atlantico qui consacre un article aux hommes qui font leur beurre du vol de données.

Dans Armes de déstabilisation massive (Fayard), Pierre Gastineau et Philippe Vasset expliquent : « Il existe aujourd’hui un véritable marché mondial du hacking, où les pirates les plus habiles sont plus demandés que les footballeurs-stars. Dans ce mercato international, Israël et l’Inde dominent. Pour tous les professionnels de l’intrigue, c’est à Tel Aviv et à New Delhi que se recrutent les meilleurs artisans de la fuite massive ».

Ils donnent l’exmple d’une fuite de données massive au Kazakhstan dans laquelle on a retrouvé la trace d’opérateurs israéliens aussi bien chez les cambrioleurs que chez les cambriolés.

Ils citent les noms de Arik Gold (Ability Inc.), les groupes Nice Systems, ou encore Tal Dilian, ex-commandant de la très prestigieuse unité 8200 du renseignement israélien, aujourd’hui à la tête du groupe Circles.

Dans l’affaire Kazakhe, il aurait ainsi eu à ferrailler avec un autre Israélien, Israel Ziv, « ancien haut gradé (…) reconverti dans les opérations clandestines ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...