Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

Dans le nord d’Israël, la peur du Hezbollah hante les déplacés d’un kibboutz

"Le Hezbollah est plus fort que le Hamas" donc "il faut une action militaire" pour le contrer, dit un résident du kibboutz Dafna

Un soldat de l'armée israélienne dans le kibboutz évacué de Dafna, dans le nord d'Israël, à environ un kilomètre de la frontière avec le Liban, vidé de ses habitants immédiatement après les attaques du 7 octobre, le 4 janvier 2024. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)
Un soldat de l'armée israélienne dans le kibboutz évacué de Dafna, dans le nord d'Israël, à environ un kilomètre de la frontière avec le Liban, vidé de ses habitants immédiatement après les attaques du 7 octobre, le 4 janvier 2024. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)

À des kilomètres de son kibboutz de Dafna, frontalier du Liban, qu’il a quitté après le 7 octobre, Chen Amit craint de rentrer chez lui, par peur que le Hezbollah ne pénètre dans le nord d’Israël et ne prenne des gens en otages.

Près de trois mois après le début de la guerre déclenchée par l’attaque sanglante du Hamas palestinien sur le sud d’Israël, cet entraîneur sportif de 38 ans en est convaincu : les combattants du parti chiite libanais « sont entraînés et ont des plans » d’agression similaire contre le nord du pays.

Menée depuis la bande de Gaza, l’attaque du Hamas a causé la mort d’environ 1 140 personnes du côté israélien, en majorité des civils tués le 7 octobre, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir des derniers chiffres officiels israéliens. Et 250 personnes ont été capturées et emmenées comme otages à Gaza, dont une centaine ont été libérées lors d’une trêve fin novembre.

La guerre a aussi réveillé ce que les Israéliens appellent le « front nord », avec le Liban.

Des roquettes tirées depuis le Sud-Liban sont interceptées au-dessus d’une position située de l’autre côté de la frontière, près du kibboutz Dan, dans le nord d’Israël, le 7 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Depuis le 7 octobre, les échanges de tirs d’artillerie, de roquettes ou de missiles sont quotidiens entre l’armée israélienne et le Hezbollah libanais, mouvement terroriste chiite allié du Hamas, et soutenu comme celui-ci par l’Iran. Dans les premiers jours de la guerre, les autorités israéliennes ont évacué plusieurs dizaines de milliers de personnes de la zone frontalière du nord du pays.

C’est ainsi que M. Amit et le millier d’habitants de Dafna sont hébergés à une soixantaine de kilomètres au sud de leur kibboutz, dans un village de vacances à HaOn, sur la rive sud-est du lac de Tibériade.

Après la mort de Saleh al-Arouri, numéro deux du Hamas tué mardi soir dans une frappe attribuée à Israël en banlieue sud de Beyrouth, M. Amit dit que sa peur n’a fait qu’augmenter « car nous savons qu’il va y avoir des actes » de représailles de la part du Hezbollah. « Le Hezbollah est plus fort que le Hamas » donc « il faut une action militaire » pour le contrer, ajoute-t-il.

Lion Blum, un résident qui a été évacué du kibboutz Dafna, près de la frontière avec le Liban, au kibboutz HaOn, dans le nord d’Israël, le 4 janvier 2024. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)

Au bord du lac, Lior Blum, professeur d’anglais de 45 ans, ne se voit pas non plus rentrer à Dafna avec sa femme et ses trois enfants, « à moins que le problème avec le Hezbollah ne soit résolu à notre avantage ». « S’il n’y a plus de forces du Hezbollah » le long de la frontière, « il n’y a plus de menace directe pour nous », explique-t-il. Il en est sûr, « ce qui s’est passé dans le Sud le 7 octobre nous a fait comprendre que nous ne pouvons pas vivre la même chose chez nous, dans le Nord ». Il est retourné quelques fois à Dafna pour récupérer des affaires, mais n’envisage pas d’y revenir avec sa famille tant que « la menace » persiste.

Dans ce kibboutz fondé en 1939 et où l’AFP a pu se rendre à l’occasion d’une visite organisée pour des journalistes sous la supervision de l’armée israélienne, les rues sont vides depuis près de trois mois, à l’exception des quelques chats qui s’y promènent et des soldats en patrouille.

Une rue vide du kibboutz évacué de Dafna, dans le nord d’Israël, à environ un kilomètre de la frontière avec le Liban, vidé de ses habitants immédiatement après les attaques du 7 octobre, le 4 janvier 2024. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)

Seule condition pour le retour de ses habitants : que « la situation soit sûre » à la frontière, insiste Arik Yaacovi, porte-parole de Dafna.

Un pistolet à la ceinture, il parcourt les rues du kibboutz situé aux pieds du Golan, montrant les véhicules de l’armée recouverts d’un filet de camouflage devant un bâtiment, et parfois interrompu dans ses explications par le bruit d’explosion au loin.

« Oui nous avons peur », confie Etsy Rave, 76 ans, aux côtés de son mari Uzi, 81 ans. Tous deux sont des enfants des fondateurs du kibboutz et ont eux aussi trouvé refuge à HaOn.

« Je ne sais pas exactement comment les atrocités (…) du 7 octobre nous affecteront dans les faits, nous ne le savons pas encore », ajoute Mme Rave, qui compte bien rentrer dans son kibboutz le plus vite possible, « même si la situation ne change pas », car, dit-elle, « le kibboutz est une part de nous-même ».

Des enfants dans le kibboutz HaOn, dans le nord d’Israël, le 4 janvier 2024, où de nombreux habitants du kibboutz Dafna ont été évacués à la suite des tensions transfrontalières persistantes. (Crédit : Alberto PIZZOLI / AFP)

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.