Rechercher

De faux profils de diplomates israéliens découverts sur les réseaux sociaux

La coopération entre les plateformes et les autorités a permis de supprimer ces comptes frauduleux ; les autorités craignent l’utilisation des comptes pour des actes hostiles

Des applications téléphoniques pour Facebook, Instagram, WhatsApp, entre autres réseaux sociaux, sur un smartphone à Chennai, en Inde, le 22 mars 2018. (Crédit : Arun Sankar/AFP)
Des applications téléphoniques pour Facebook, Instagram, WhatsApp, entre autres réseaux sociaux, sur un smartphone à Chennai, en Inde, le 22 mars 2018. (Crédit : Arun Sankar/AFP)

Le ministère des Affaires étrangères a récemment identifié une flopée de comptes sur Facebook, Twitter et Instagram se faisant passer pour les comptes officiels des diplomates israéliens en poste à l’étranger à travers le monde.

Jusqu’à présent, des faux profils se faisant passer pour les ambassadeurs et consuls en poste en Inde, en Équateur, en Uruguay, en Albanie, en Finlande et en Roumanie ont été découverts.

Le contenu partagé sur les faux profils était presque entièrement identique à celui des comptes réels des envoyés, dans le but d’asseoir leur crédibilité sur les réseaux sociaux.

Le chef de la division de la diplomatie numérique du ministère des Affaires étrangères, David Saranga – jusqu’à récemment ambassadeur d’Israël en Roumanie – a déclaré au Times of Israel que le ministère avait contacté les sociétés de réseaux sociaux et que les comptes fictifs avaient été supprimés.

Le ministère des Affaires étrangères craint toutefois que des demandes personnelles ne soient envoyées à des comptes fictifs similaires pensant parler à un fonctionnaire israélien. Il craint également que ces comptes, qui ne se distinguent pratiquement pas des originaux, ne commencent à diffuser de fausses informations s’ils ne sont pas supprimés des réseaux.

Ces informations ont été révélées lors d’une conférence organisée par le ministère des Affaires étrangères à l’intention des diplomates étrangers en poste en Israël sur le thème de la diplomatie numérique.

Les responsables ont déclaré qu’ils craignaient que les faux comptes ne soient utilisés à l’avenir pour des activités subversives ou hostiles, et qu’ils ne nuisent à la réputation du ministère auprès des résidents des pays étrangers.

Faux compte Facebook conçu pour imiter celui de Noah Gal Gendler, ambassadeur d’Israël en Albanie (Crédit : Capture d’écran)

Suite à la prolifération des faux profils, le service de sécurité du ministère des Affaires étrangères a envoyé des instructions aux chefs de mission du monde entier pour les inciter à redoubler de vigilance et à être attentifs à toute activité inhabituelle.

Mardi dernier, le ministère a organisé des ateliers visant à sensibiliser à la bonne conduite sur les réseaux sociaux, au cours desquels les responsables de la sécurité des ambassades ont donné des instructions aux employés à travers le monde concernant l’utilisation des réseaux sociaux.

Saranga est actuellement à la tête d’une division de 40 employés qui gèrent les comptes du ministère des Affaires étrangères dans plusieurs langues et sur un éventail de plateformes, notamment Facebook, Twitter, Instagram, YouTube et TikTok.

« Le mode opératoire de la falsification était intéressant : les faux comptes étaient complètement identiques au contenu et aux activités publiés par les ambassadeurs », a déclaré Saranga au Times of Israel.

« Certains d’entre eux volaient des photos sur Facebook et les mettaient en ligne sur Twitter, ou partageaient du contenu en parallèle des activités réelles de l’ambassadeur dans le pays où il était en poste. »

Selon Saranga, ces comptes frauduleux ont été créés dans le but contacter le propriétaire du profil, ou de gagner la confiance des followers et de diffuser des informations fausses par la suite. La plupart des faux profils ont été exposés sur Facebook, d’autres sur Twitter et certains, dont celui de Saranga, sur Instagram.

La version en hébreu de cet article a d’abord été publiée sur le site jumeau en hébreu du Times of Israel, Zman Yisrael, ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...