Décès de David Mermelstein, survivant de la Shoah et champion de la restitution
Rechercher

Décès de David Mermelstein, survivant de la Shoah et champion de la restitution

Le fondateur des survivants de la Shoah du comté de Miami-Dade est devenu un défenseur national des survivants et a témoigné devant le Congrès

David Mermelstein, à droite, président des Survivants de la Shoah de Miami-Dade et vice-président de la Fondation des Survivants de l'Holocauste USA (HSF), parle lors d'une interview avec l'Associated Press, le 7 octobre 2019. (Crédit : AP Photo/Wilfredo Lee)
David Mermelstein, à droite, président des Survivants de la Shoah de Miami-Dade et vice-président de la Fondation des Survivants de l'Holocauste USA (HSF), parle lors d'une interview avec l'Associated Press, le 7 octobre 2019. (Crédit : AP Photo/Wilfredo Lee)

JTA — David Mermelstein a créé un groupe pour les survivants de la Shoah dans la région de Miami dans les années 1950 parce qu’il était si difficile de communiquer avec les autres – même les autres Juifs – sur les horreurs qu’ils avaient vécues.

Comme tant d’autres survivants, en vieillissant, Mermelstein a surmonté sa réticence à en parler et a fait de la communication sa force, qu’il s’agisse de parler aux écoliers de la Seconde Guerre mondiale ou de témoigner avec force devant le Congrès pour obtenir le dédommagement le plus équitable possible pour les survivants.

Mermelstein est décédé mardi à 92 ans, a déclaré Sam Dubbin, l’avocat qui représentait fréquemment les groupes de Mermelstein dans leurs efforts pour obtenir réparation.

Mermelstein a décrit la fondation des survivants de la Shoah du comté de Miami-Dade, un groupe qu’il dirigeait en tant que président, dans une lettre non datée que Dubbin a fournie à la JTA.

« Dans les années 1950, peu de temps après notre déménagement à
Miami », a déclaré Mermelstein à propos de lui-même et de sa femme, Irene, « nous sommes devenus membres d’un groupe de survivants appelé le New American Jewish Club. Nous avons créé le groupe parce qu’il était très difficile pour les survivants, surtout dans les premières années, de nouer des amitiés étroites et de se socialiser avec d’autres personnes qui n’avaient pas vécu ce que nous avions vécu. Nous nous sommes donc retrouvés et avons passé notre temps ensemble. »

Le groupe a rapidement collecté des fonds pour les membres en difficulté financière et pour Israël. Il a finalement fusionné avec d’autres groupes de la région pour devenir les survivants de la Shoah du comté de Miami-Dade.

Dans les années 1990, Mermelstein s’est retrouvé à parler fréquemment dans les écoles, les églises et les synagogues, et dans les médias locaux. Il s’est rendu en Pologne pour rejoindre l’organisation March of the Living avec une filiale locale de CBS en 2012.

Il est également devenu un ardent défenseur de la restitution des biens des Juifs spoliés et, avec Dubbin, il a aidé à mener une bataille juridique réussie pour forcer le gouvernement américain à payer 25 millions de dollars en 2005, en guise de compensation concernant un train rempli de biens juifs hongrois pillés par les nazis en 1945 et confisqués par les troupes américaines.

Le gouvernement américain n’avait fait aucun effort pour rendre le butin à ses propriétaires.

Mermelstein critiquait aussi ouvertement les efforts de restitution, dénonçant la Conférence sur les réclamations matérielles contre l’Allemagne [Conference on Material Claims Against Germany] pour avoir utilisé l’argent de la restitution pour payer des projets d’éducation alors qu’il y avait des survivants qui étaient encore dans le besoin.

Il a également aidé à mener une bataille administrative de plusieurs années pour rouvrir les réclamations contre les compagnies d’assurance qui n’avaient pas payé les polices dues à l’époque de la Shoah.

Le survivant de la Shoah David Mermelstein, à droite, s’exprime lors d’une conférence de presse en soutien à la décision de Boca Raton de laisser tomber le géant allemand de l’assurance Allianz comme sponsor d’un tournoi de golf professionnel, le 24 avril 2017, à Boca Raton, en Floride. (Crédit : AP Photo/Lynne Sladky)

Les assureurs, les gouvernements concernés et certains groupes juifs affirment que les réclamations ont été réglées équitablement au milieu des années 2000, dans le cadre d’un processus lancé dans les années 1990 par plusieurs gouvernements, appelé la Commission internationale sur les réclamations d’assurance à l’époque de la Shoah [International Commission on Holocaust Era Insurance Claims, ICHEIC]. Mermelstein et d’autres critiques ont déclaré que les conditions de l’ICHEIC étaient trop favorables aux assureurs et que l’accord inclus dans l’accord de l’ICHEIC pour empêcher d’autres réclamations était scandaleux.

« Les survivants sont sous le choc que le gouvernement américain nous ait retiré nos droits d’aller devant les tribunaux américains pour faire valoir nos droits », a déclaré Mermelstein au Congrès en 2019, alors qu’il avait 90 ans. « Rappelez-vous, ce sont des contrats – pas de la charité. Comment ces gens du département d’État et du ministère de la Justice, et ces juges, se sentiraient-ils s’ils perdaient tout, et qu’ensuite leur propre gouvernement leur disait qu’ils ne pouvaient même pas aller en justice comme tout autre citoyen américain pour percevoir une police d’assurance que leur père a payée ? Ils ne le supporteraient pas, et nous non plus. »

Dans son avis de décès, The Forward a déclaré que Mermelstein était né en 1928 à Kevjazd, en Tchécoslovaquie. Lui et sa famille ont été déportés à Auschwitz en 1944, et il était le seul survivant.

Mermelstein avait créé une entreprise de nettoyage à sec à Miami. Il laisse derrière lui son épouse Irene après plus de 70 ans de mariage, qui est également une survivante, trois enfants, trois petits-enfants et un arrière-petit-fils.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...