Rechercher

Décès de Graciela Vaserman-Samuels, fondatrice de Hadassah Medical Relief Association

Parcourant le monde pour établir des partenariats avec des hôpitaux, elle était l’épouse de Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre Simon Wiesenthal

Graciela Vaserman-Samuels avec David de Rothschild, Koichiro Matsuura, directeur général de l’Unesco, et Shimon Samuels. (Crédit : Centre Simon Wiesenthal)
Graciela Vaserman-Samuels avec David de Rothschild, Koichiro Matsuura, directeur général de l’Unesco, et Shimon Samuels. (Crédit : Centre Simon Wiesenthal)

Le Centre Simon Wiesenthal-Europe a rapporté ce mardi avec « immense tristesse » le décès, dimanche dernier, de Graciela Vaserman-Samuels, fondatrice de la Hadassah Medical Relief Association et épouse de Shimon Samuels, directeur des Relations internationales du Centre.

Née en Argentine dans une famille de la communauté juive, Graciela a émigré en Israël, où elle a étudié les sciences politiques à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Titulaire d’un doctorat en littérature de l’université Temple de Philadelphie, elle a fondé son association médicale universitaire à l’hôpital Hadassah, à Jérusalem, et a parcouru le monde entier pour établir des partenariats avec des hôpitaux universitaires.

Par la suite, en tant que fonctionnaire de l’Unesco à Paris, « elle a affiché avec fierté et courage sa nationalité israélienne, œuvrant avec habileté diplomatique et une franchise désarmante pour favoriser le dialogue constructif, souvent avec les interlocuteurs les plus difficiles », écrit le Centre Simon Wiesenthal.

Elle est ainsi devenue conseillère spéciale des quatre derniers directeurs et directrices généraux de l’organisation.

« Graciela a lutté toute sa vie pour abattre ou contourner les barrières au développement humain – tels le handicap ou les préjugés raciaux, religieux ou de genre… Ainsi, elle a instauré des canaux de dialogue avec des femmes influentes dans les pays du Golfe pour faciliter la scolarisation et l’engagement des filles dans la vie culturelle et professionnelle de sociétés très traditionnelles. Elle a également soutenu activement la création et le développement d’institutions spécialisées dans la formation, la socialisation et la valorisation des personnes porteuses de handicap. Elle était toujours accueillante et à l’écoute, dispensant ses bons conseils avec humour, empathie et pragmatisme. Bien que son départ laisse un vide douloureux dans les cœurs de sa famille, ses amis et ses collègues, Graciela nous a laissé un trésor de souvenirs et d’encouragements », écrit le Centre Simon Wiesenthal.

Auteure de romans, elle a publié les ouvrages Decoding Colors et Facing Off. Elle a inspiré plusieurs projets culturels et éducatifs.

Graciela Vaserman-Samuels vivait entre Paris et Tel Aviv avec son mari. Ensemble, ils ont eu trois filles, Yardena, Michal et Davina, et avaient quatre petits-fils.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...