Décès par euthanasie du militant anti-nucléaire Haïm Nissim
Rechercher

Décès par euthanasie du militant anti-nucléaire Haïm Nissim

Diplômé de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, il travailla d'abord en Israël avant de retourner à Genève

Le militant écologiste Haïm Nissim, connu pour avoir tiré au lance-roquettes sur la centrale française de Creys-Malville lorsqu’elle était en construction, est décédé mardi par euthanasie à 68 ans à Genève, a annoncé l’association Noé21 dont il était fondateur.

Cet ingénieur, né en 1949 à Jérusalem, « atteint par la maladie de Parkinson, a décidé de partir par euthanasie, de la même façon qu’il a pris ses décisions, hors des conventions pendant toute sa vie », a écrit l’association Noé21.

Diplômé de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, il travailla d’abord en Israël avant de retourner à Genève.

L’association rappelle qu’il avait démissionné de son poste d’ingénieur en Israël quand il avait appris que son travail participerait à la « guerre des étoiles ».

En 2003, il avait confié dans un livre être l’auteur, demeuré inconnu, des tirs au lance-roquette contre la centrale Superphénix de Creys-Malville en 1982 lorsqu’elle était encore en construction, à une cinquantaine de kilomètres de Genève.

Les faits étaient alors depuis longtemps prescrits. Le surgénérateur Superphénix a été arrêté en 1998.

Chaïm Nissim a fondé Noé21 en 2003. L’association milite notamment pour la protection du climat en réduisant les énergies fossiles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...