Démission de Litzman, ministre du Logement, en raison du bouclage lors des fêtes
Rechercher

Démission de Litzman, ministre du Logement, en raison du bouclage lors des fêtes

L'ancien ministre de la Santé ultra-orthodoxe accuse le gouvernement de ne pas avoir agi plus tôt et d'avoir délibérément choisi Rosh HaShana comme date de début de confinement

Le nouveau ministre du Logement et ancien ministre de la Santé Yaakov Litzman, lors de sa cérémonie d'investiture au ministère du Logement à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Olivier FitoussiFlash90)
Le nouveau ministre du Logement et ancien ministre de la Santé Yaakov Litzman, lors de sa cérémonie d'investiture au ministère du Logement à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Olivier FitoussiFlash90)

Le ministre du Logement, Yaakov Litzman, a démissionné du gouvernement dimanche en signe de protestation contre la décision imminente du gouvernement d’imposer un confinement général pendant la prochaine période de fêtes.

Litzman – l’ancien ministre de la Santé – menaçait depuis longtemps de démissionner si le plan de confinement était approuvé, et avait également déclaré que son parti, Yahadout HaTorah, pourrait quitter la coalition.

M. Litzman a accusé le responsable de la lutte contre le coronavirus, Ronni Gamzu, de projeter depuis des mois d’imposer un confinement à Rosh HaShana – qui commence cette semaine – et à Yom Kippour alors qu’il avait évité de le faire pendant la saison estivale.

Dans une lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu, Litzman a dénoncé le fait que le confinement empêcherait les fidèles, dont des dizaines de milliers de Juifs qui ne vont pas à la synagogue pendant la majeure partie de l’année, d’assister aux offices juifs les plus importants et les plus fréquentés de l’année.

M. Litzman a déclaré qu’il s’était opposé au projet de bouclage « dans tous les lieux » et a déclaré que si un bouclage était nécessaire, il aurait dû être imposé il y a un mois ou plusieurs semaines.

« Malheureusement, il a été prouvé que j’avais raison et que la décision d’imposer un bouclage général pendant les fêtes de Tichri a été prise à l’avance tout en prenant un risque inutile et en provoquant une augmentation des infections entre-temps », a-t-il écrit.

Il a également affirmé que Netanyahu avait violé un accord selon lequel les synagogues resteraient ouvertes sous des restrictions plus clémentes que celles qui devaient être approuvées.

« Par conséquent, je ne pourrai pas continuer à exercer mon rôle de ministre, et j’ai décidé de démissionner du gouvernement et de redevenir membre de la Knesset conformément à la loi norvégienne », a-t-il déclaré, se référant à une loi qui permet aux ministres de démissionner de la Knesset et de permettre à un autre député de les remplacer, et de revenir au Parlement lorsqu’ils cessent d’être ministre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre), le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (à droite) et le ministre de la Santé de l’époque Yaakov Litzman (à gauche) participent à une conférence à Lod, le 20 novembre 2016. (Kobi Gideon/GPO)

Le gouvernement doit se réunir dimanche pour approuver un plan en plusieurs phases pour un bouclage national, malgré les objections exprimées ces derniers jours par plusieurs ministres ainsi que par des chefs d’entreprise et une grande partie du public, car les niveaux d’infection par le coronavirus ont continué à augmenter et les directeurs d’hôpitaux ont averti que le personnel médical était gravement surchargé.

Certains aspects du plan de bouclage ont reçu l’approbation préliminaire des ministres du cabinet dit du coronavirus jeudi, mais leur soutien n’a pas été unanime.

Le ministère de la Santé propose de commencer le nouveau confinement national à 6 heures du matin le vendredi 18 septembre et de fermer les écoles d’ici le mercredi 16 septembre, selon des rapports très largement diffusés sur le dispositif de bouclage en plusieurs phases par les médias israéliens samedi. Certains articles parus dimanche ont laissé entendre que la fermeture des écoles pourrait être reportée au 18 septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...