Deri : Seul un confinement national peut endiguer la propagation du virus
Rechercher

Deri : Seul un confinement national peut endiguer la propagation du virus

Le ministre de l'Intérieur fustige le plan de fermetures locales dans les zones "rouges", majoritairement ultra-orthodoxes

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri à la Knesset le 3 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri à la Knesset le 3 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, s’est prononcé samedi soir contre les confinements prévus dans les villes où les taux d’infection par coronavirus sont élevés. Selon lui, seul un confinement à l’échelle nationale pourrait réduire le nombre de nouveaux cas de COVID-19 par jour.

« Personne n’a réussi à faire baisser les chiffres par une autre méthode », a déclaré Deri, qui dirige le parti ultra-orthodoxe Shas, au bulletin d’informations de la Douzième chaîne.

Ces fermetures localisées, qui devraient commencer lundi, font partie du plan « Feux de signalisation » de Ronni Gamzu, qui vise à différencier les zones en fonction de leur taux d’infection par habitant. De nombreuses localités où les nouvelles restrictions prendront effet sont des zones à majorité arabe et ultra-orthodoxe.

« Le plan n’est pas un remède, c’est un outil pour gérer la crise », a déclaré Deri.

Il a ajouté qu’un confinement national entrera bientôt en vigueur et que les ministres se réuniront jeudi pour prendre une décision à ce sujet. Deri a également affirmé que les mesures localisées sont plus difficiles à appliquer qu’une mesure générale.

Un étudiant juif orthodoxe du séminaire talmudique portant un revêtement anti-coronavirus prie au Mur occidental dans la vieille ville de Jérusalem, le 3 septembre 2020. (Olivier Fitoussil/Flash90)

Au cours de l’interview, à la question de savoir s’il soutenait le responsable de la gestion du coronavirus, Gamzu, qui essuie de lourdes critiques de la part de certains députés ultra-orthodoxes et du parti Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Deri a répondu : « Ce n’est pas moi qui l’ai nommé, c’est le Premier ministre. Je le soutiens tout le temps, je n’ai personnellement rien dit de négatif à son sujet. Le ministère de l’Intérieur sous ma direction fait tout pour l’aider… Je prie pour qu’il réussisse. »

Deri a fait ces déclarations alors qu’Israël est devenu le 49e pays à franchir le triste cap des 1 000 décès dus au nouveau coronavirus, selon le ministère de la Santé.

En tout, 14 nouveaux décès ont été enregistrés pendant Shabbat, portant à 1 007 le nombre de décès total en Israël.

Le nombre de nouveaux cas ne montre aucun signe de ralentissement, les chiffres officiels faisant état de 2 349 nouvelles infections entre vendredi et le samedi au coucher du soleil, même si les tests réalisés sont moins nombreux.

Le ministère a signalé 2 613 nouveaux cas entre minuit et minuit de vendredi à samedi, ce qui représente une légère baisse par rapport au record de plus de 3 000 nouveaux cas quotidiens enregistré plus tôt dans la semaine. Au total, 128 936 cas ont été enregistrés depuis le début de la pandémie, dont 26 448 actifs.

Quelque 439 patients ont été hospitalisés dans des conditions graves, dont 128 ont été mis sous respirateur artificiel, a déclaré le ministère de la Santé.

Plus de 200 nouveaux cas ont été enregistrés à Jérusalem seulement, devenue vendredi la première ville à dépasser les 20 000 infections en Israël, soit près du double de la deuxième ville, Bnei Brak.

Israël lutte pour contenir la deuxième vague du coronavirus, et les responsables ont commencé à envisager de plus en plus des confinements localisés dans les zones à forte infection.

Selon les chiffres diffusés jeudi par la télévision israélienne, Israël a le taux de nouvelles infections par habitant le plus élevé au monde, en moyenne hebdomadaire.

Le personnel médical portant des vêtements de protection travaille au service du coronavirus du centre médical Shamir (Assaf Harofeh), à Beer Yaakov, au sud-est de Tel-Aviv, le 20 août 2020 (Yonatan Sindel/Flash90).

Le directeur du ministère de la Santé, Chezy Levy, a déclaré vendredi qu’un confinement national visant à endiguer la propagation du virus était toujours débattu. Selon le journal de la Douzième chaîne samedi soir, Netanyahu ne devrait envisager cette possibilité qu’à la fin de la semaine prochaine.

Lors d’une réunion avec les chefs des communautés arabes samedi, Gamzu a averti du risque de centaines de morts parmi les Arabes israéliens dans les semaines à venir si les taux d’infection continuaient à augmenter.

« Chaque jour, il y a environ 750 nouvelles infections dans les communautés arabes, qui vont passer à 800. Si vous prenez un demi pour cent, ou 1 %, dans les trois ou quatre semaines – ce sont les statistiques – d’hospitalisation dans un état grave, qu’est-ce que cela signifie ? Cela commence à quatre ou cinq par jour, atteint des dizaines et pourrait même aller jusqu’à des centaines de décès par jour », a déclaré Gamzu lors de la réunion à Daliyat el-Karmel, une ville druze du nord.

Dans le monde entier, la COVID-19 a causé plus de 875 000 décès, selon un décompte tenu par l’université Johns Hopkins. Il y a eu plus de 26 millions de cas confirmés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...