Rechercher

Des balles tirées sur un bus israélien bondé en Cisjordanie

8 balles tirées depuis Silwad ont touché un bus rempli de passagers sur la principale autoroute nord-sud de Cisjordanie sans faire de blessé ; Tsahal a lancé une chasse à l'homme

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un bus israélien endommagé suite à une fusillade, près de Silwad, en Cisjordanie, le 20 août 2022. (Crédit : Autorisation)
Un bus israélien endommagé suite à une fusillade, près de Silwad, en Cisjordanie, le 20 août 2022. (Crédit : Autorisation)

Un bus israélien a essuyé des tirs dans le centre de la Cisjordanie samedi soir, ont indiqué les forces de l’ordre, précisant que personne n’avait été blessé.

Les coups de feu ont été tirés depuis la ville palestinienne de Silwad sur un bus qui circulait sur la route 60, principale autoroute nord-sud de Cisjordanie, située près de l’implantation d’Ofra, a indiqué Tsahal dans un communiqué.

Le bus de la compagnie Egged était plein au moment de l’attaque et au moins huit impacts de balles ont été dénombrés sur les fenêtres et la carrosserie du bus, selon le Conseil régional de Binyamin.

Le chauffeur a continué à rouler jusqu’au carrefour Shiloh, situé non loin de l’attaque, où des soldats ont accouru avant de lancer une chasse à l’homme pour retrouver le ou les tireurs. Des secouristes ont été envoyés mais ne sont finalement pas intervenus.

Dans le cadre de la recherche des suspects, l’armée a fermé l’entrée de Silwad, selon les médias palestiniens.

Le président du Conseil régional de Binyamin, Yisrael Gantz, a déclaré que la fusillade s’inscrivait dans le cadre d’une escalade continue de la violence et témoignait d’un « manque de force de dissuasion » de la part des autorités israéliennes.

« Nous exigeons des actions immédiates, fermes et décisives pour éradiquer le terrorisme et restaurer la dissuasion sur le terrain », a-t-il ajouté.

Le Syndicat des chauffeurs de bus israéliens, qui fait partie de l’organisation syndicale de la Histadrout, a demandé instamment la fin de la « violence et de la terreur » contre les bus israéliens.

« Nous ne devons négliger ni le sang de nos conducteurs ni celui de nos passagers », a déclaré le syndicat dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...