« Des choses se passent » : Gantz semble dire qu’Israël a frappé en Syrie
Rechercher

« Des choses se passent » : Gantz semble dire qu’Israël a frappé en Syrie

Le ministre de la Défense a rassuré les habitants du sud après la découverte par l'armée d'un tunnel d'attaque depuis la bande de Gaza en territoire israélien

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Benny Gantz rencontre les soldats du Commandement du Front Intérieur de l'armée israélienne lors d'une visite dans la ville d'Ashdod, au sud d'Israël, le 14 septembre 2020. (FLASH90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz rencontre les soldats du Commandement du Front Intérieur de l'armée israélienne lors d'une visite dans la ville d'Ashdod, au sud d'Israël, le 14 septembre 2020. (FLASH90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a semblé laisser entendre qu’Israël était derrière une frappe sur une position syrienne près de la frontière du Golan à l’aube de mercredi matin, indiquant qu’il s’agissait d’une manœuvre contre le retranchement iranien dans la région.

« Je n’entrerai pas dans le détail de qui a tiré sur quoi la nuit dernière. Nous ne permettrons pas aux agents terroristes du Hezbollah ou de l’Iran de s’installer à la frontière du Golan et nous ferons le nécessaire pour les en chasser », a-t-il déclaré dans une interview accordée mercredi matin à la chaîne publique Kan.

Lorsqu’on lui a demandé si c’était la raison de la prétendue frappe israélienne, Gantz a répondu de manière opaque : « Écoutez, des choses se passent. »

Vers 12h30, les médias d’État syriens ont rapporté qu’Israël avait tiré un missile sur un site de la province de Qouneitra, dans le sud de la Syrie, près de la frontière avec le Golan israélien.

L’agence de presse officielle SANA a déclaré que l’attaque a frappé un bâtiment scolaire dans le village d’Al-Harah, sans donner plus de détails.

Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat.

L’armée israélienne n’a pas voulu se prononcer sur cette question, conformément à sa fameuse « politique d’ambiguïté » concernant ses activités militaires contre l’Iran et ses alliés en Syrie. Israël a accusé à plusieurs reprises le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et d’autres milices soutenues par l’Iran d’avoir établi des bases et d’opérer le long de la frontière du Golan.

Dans l’interview radiophonique, le ministre de la Défense a également évoqué la situation de plus en plus tendue à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, où l’armée a découvert cette semaine un tunnel d’attaque de l’enclave vers le territoire israélien. Le porte-parole de Tsahal, Hidai Zilberman, a déclaré aux journalistes que le passage avait été découvert grâce à une barrière souterraine qui est en cours d’achèvement le long de la frontière.

Gantz a assuré aux habitants de la zone frontalière de Gaza que l’armée avait la situation sous contrôle et qu’ils n’avaient pas à s’inquiéter.

« Je dis aux habitants du sud de vaquer à leurs occupations, Tsahal les protège. Je suis supposé m’occuper de cette situation, vous pouvez être tranquille », a-t-il déclaré.

Le ministre de la Défense a également réagi aux réactions très modérées de l’armée face aux actes d’agression de Gaza, notamment la découverte du tunnel et une attaque à la roquette ce week-end.

« Rien ne peut se produire sans riposte. Je ne travaille pas pour le Hamas, je riposte en fonction de mes considérations. L’équation a changé – pas de ballons et pas de roquettes, rien ne sera toléré », a-t-il déclaré, faisant référence aux Palestiniens de Gaza qui lancent des engins incendiaires et explosifs portés par des ballons sur Israël.

Israël serait impliqué dans des négociations en cours avec le groupe terroriste Hamas, qui dirige la bande de Gaza, en vue de parvenir à un cessez-le-feu de six mois, ce qui conduit à une large spéculation sur le fait que les représailles limitées de l’armée étaient censées ne pas faire dérailler ces efforts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...