Des Démocrates en visite prônent la réouverture du consulat US à Jérusalem
Rechercher

Des Démocrates en visite prônent la réouverture du consulat US à Jérusalem

La question pourrait devenir un point de friction entre Washington et Jérusalem alors que Biden semble déterminé à revenir sur la fermeture de la mission décidée par Trump

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le consulat américain de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Magister/CC BY-SA/WikiMedia)
Le consulat américain de Jérusalem. Illustration. (Crédit : Magister/CC BY-SA/WikiMedia)

Des législateurs Démocrates actuellement en déplacement en Israël ont fait savoir vendredi au Premier ministre Naftali Bennett qu’ils soutenaient le projet du président américain Joe Biden de rouvrir le consulat des États-Unis à Jérusalem, qui servait d’ambassade de-facto aux Palestiniens.

« Au cours de nos réunions, aujourd’hui, avec le Premier ministre Naftali Bennett et d’autres responsables, nous avons souligné l’importance que nous accordons à la réouverture de notre consulat à Jérusalem, pour mieux servir les Palestiniens. Ce consulat a été ouvert pendant plus d’un siècle avant d’être fermé avec dureté par le président Trump », a écrit sur Twitter le sénateur Chris Murphy, qui se trouve en Israël en compagnie d’une délégation du Congrès américain au Moyen-Orient. Il est accompagné par trois autres sénateurs progressistes, Chris Van Hollen, Jon Ossoff et Richard Blumenthal.

En plus du Tweet de Murphy, Van Hollen a écrit sur le même réseau social que « oui, nous avons eu de bons entretiens et nous avons soulevé cette question. Il s’agit aussi d’un engagement pris par @POTUS qui est déterminé à tenir sa promesse, à avancer et à revenir ainsi sur la décision préjudiciable qui avait été prise par Trump ».

Trump avait décidé de fermer le consulat en 2019 et de l’intégrer dans l’ambassade qui avait été transférée dans la ville sainte depuis Tel Aviv, après avoir reconnu Jérusalem en tant que capitale d’Israël. Trump avait déclaré avoir pris une décision visant à améliorer l’efficacité de la mission, mais la fermeture du consulat avait été considérée comme un déclassement des liens avec les Palestiniens.

Le sénateur Christopher Murphy, Démocrate du Connecticut, au Comité des Affaires Etrangères du Sénat à Capitol Hill à Washington, le mercredi 25 juillet 2018. (AP Photo/Susan Walsh)

Une grande partie des employés, au sein de la mission historique, sur la rue Agron, continuent à accomplir les mêmes tâches au même endroit, mais dans le cadre d’une toute nouvelle unité des affaires palestiniennes placée sous l’égide des relations américano-israéliennes.

Biden a dit être favorable à une réouverture du consulat.

Interrogé sur son propre positionnement dans cette affaire, Bennett a déclaré à un groupe de responsables juifs américains, vendredi, que Jérusalem était la capitale d’Israël seulement. Il s’est refusé à tout autre commentaire.

Le Premier ministre n’a pas pour autant déclaré qu’il bloquerait une telle initiative si elle devait être prise – l’autorisation d’Israël est nécessaire pour qu’un pays étranger puisse ouvrir une mission sur son territoire. L’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu s’était, lui aussi, opposé au projet lorsqu’il lui avait été initialement présenté par le Secrétaire d’État Joe Biden.

Mais un responsable qui était présent ce jour-là a indiqué que Netanyahu n’était pas allé jusqu’à dire qu’il ne donnerait pas son autorisation si les États-Unis voulaient rouvrir le consulat.

Le groupe de législateurs Démocrates a aussi rencontré le président Isaac Herzog, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, le chef du parti Raam Mansour Abbas et le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, Ram Ben-Barak.

Après s’être entretenu avec le groupe, vendredi, Herzog a écrit sur Twitter que « le soutien bipartisan est un pilier sacré de l’alliance entre les États-Unis et Israël. Je suis heureux d’accueillir une délégation de sénateurs Démocrates à Jérusalem. J’ai eu des discussions ouvertes avec les sénateurs @ChrisMurphyCT, @SenBlumenthal, @ChrisVanHollen & @ossoff au sujet de nos intérêts et de nos valeurs partagées ».

Après avoir rencontré Lapid dans la journée de jeudi, Murphy avait écrit sur Twitter que « nous avons exprimé nos espérances concernant la réussite du nouveau gouvernement et notre soutien fort à un avenir à deux États ».

Lapid avait averti la semaine dernière que la réouverture de la mission américaine pourrait faire s’effondrer le fragile gouvernement de coalition.

« Nous pensons que c’est une mauvaise idée et nous avons dit à l’Amérique que nous pensons que c’est une mauvaise idée », avait noté le ministre des Affaires étrangères.

Selon Lapid, cette réouverture « va transmettre le mauvais message, pas seulement à la région, pas seulement aux Palestiniens mais aussi aux autres pays et nous ne voulons pas que ça arrive ».

« De plus, nous avons une structure gouvernementale intéressante, mais fragile, et nous pensons qu’une telle initiative pourrait déstabiliser le gouvernement; et je ne pense pas que l’administration américaine souhaite qu’une telle chose se produise », avait-il ajouté, se référant à la coalition qui comprend des partis de droite, du centre, de gauche et une formation arabe.

Dans un communiqué émis en réponse, l’ambassade américaine au sein de l’État juif a fait savoir que « les États-Unis vont prendre les initiatives nécessaires pour rouvrir notre consulat à Jérusalem ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...