Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Des dizaines de milliers de Marocains manifestent contre Israël à Casablanca

Munis de keffiehs et de drapeaux palestiniens, les manifestants appellent Rabat à suspendre les liens avec Israël et demandent un cessez-le-feu permanent

  • Des Marocains manifestent le 26 novembre 2023 à Casablanca, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la guerre Israël-Hamas et à la suspension des liens diplomatiques avec Israël. (AFP)
    Des Marocains manifestent le 26 novembre 2023 à Casablanca, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la guerre Israël-Hamas et à la suspension des liens diplomatiques avec Israël. (AFP)
  • Des Marocains manifestent le 26 novembre 2023 à Casablanca, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la guerre Israël-Hamas et à la suspension des liens diplomatiques avec Israël. (AFP)
    Des Marocains manifestent le 26 novembre 2023 à Casablanca, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la guerre Israël-Hamas et à la suspension des liens diplomatiques avec Israël. (AFP)
  • Des Marocains manifestent le 26 novembre 2023 à Casablanca, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la guerre Israël-Hamas et à la suspension des liens diplomatiques avec Israël. (AFP)
    Des Marocains manifestent le 26 novembre 2023 à Casablanca, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la guerre Israël-Hamas et à la suspension des liens diplomatiques avec Israël. (AFP)

Plusieurs dizaines de milliers de Marocains ont manifesté dimanche à Casablanca, la capitale économique du pays, en solidarité avec le peuple palestinien, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la guerre qui oppose l’Etat d’Israël au groupe terroriste islamiste palestinien dans la bande de Gaza et à la suspension des relations établies fin 2020 avec Israël.

Une trêve de quatre jours est entrée en vigueur vendredi dans le territoire palestinien, sept semaines après le début de la guerre entre le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza et Israël, déclenchée par une attaque sanglante du groupe terroriste islamiste sur le sol israélien le 7 octobre qui a fait 1 200 morts.

« Ce n’est pas d’une trêve dont nous avons besoin mais d’un cessez-le-feu définitif » pour donner une chance « à la paix, pour la création d’un Etat palestinien souverain, avec sa capitale Jérusalem », a affirmé à l’AFP Nabila Mounib, députée socialiste, souhaitant également « le retour de tous les exilés de la diaspora palestinienne » et la libération des prisonniers palestiniens.

Brandissant des drapeaux palestiniens et portant des keffiehs noir et blanc, des manifestants ont appelé à l’arrêt des relations entre Israël et le Maroc, trois ans après leur normalisation dans le cadre d’un processus entre Israël et plusieurs pays arabes soutenu par Washington, a constaté un correspondant l’AFP.

« Nous condamnons également le silence des régimes arabes négligents alliés à l’entité sioniste (Israël, NDLR) », a dit Hassan Bahadou, membre du Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation, à l’origine du rassemblement et regroupant des partis de gauche et des islamistes.

Les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien avaient décliné ces dernières années au Maroc, mais la guerre à Gaza leur a donné un nouvel élan.

« Nous sommes ici, ‘médecins pour la Palestine’, pour condamner l’agression israélienne sur nos frères palestiniens et aussi sur nos confrères médecins qui sont torturés et martyrisés à Gaza », a déclaré à l’AFP Safae Abderazzak, une cardiologue marocaine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.