Des dossiers d’adoption trouvés dans une rue de Tel Aviv, la police enquête
Rechercher

Des dossiers d’adoption trouvés dans une rue de Tel Aviv, la police enquête

Le PDG est "assez choqué" que la police confisque des milliers de documents contenant des dossiers médicaux et des relevés bancaires découverts à l'extérieur de son appartement

Des dossiers appartenant à l'agence d'adoption Taf contenant des renseignements personnels ont été retrouvés à l'extérieur d'un immeuble d'appartements à Tel Aviv le 6 juillet 2018. (capture d'écran : Ynet)
Des dossiers appartenant à l'agence d'adoption Taf contenant des renseignements personnels ont été retrouvés à l'extérieur d'un immeuble d'appartements à Tel Aviv le 6 juillet 2018. (capture d'écran : Ynet)

Un résident de Tel Aviv a été choqué de trouver des milliers de documents hautement confidentiels provenant d’une importante agence d’adoption israélienne éparpillée sur un trottoir de la ville.

Les dossiers de l’agence d’adoption Taf contenaient les noms de centaines de parents adoptifs et d’enfants entre 1999 et 2016 et, dans la plupart des cas, les dossiers médicaux, les évaluations de santé mentale, les relevés bancaires et les rapports de police, selon le site d’information Ynet.

Taf est l’une des rares agences d’adoption israéliennes autorisées à s’occuper des adoptions internationales. L’agence à but non lucratif facilite principalement les adoptions en provenance de Russie.

Quand Hagar Rofeh, une voisine, a découvert les dossiers et les papiers éparpillés près de sa maison jeudi soir et a réalisé qu’ils provenaient d’une agence d’adoption, elle a appelé la police.

« Parfois, les gens laissent leurs ordures sur le côté de la rue, mais il est scandaleux de laisser des documents sensibles comme ça », a-t-elle déclaré à Ynet. « C’est un vrai crime, ces documents auraient pu finir entre des mains douteuses et détruire la vie des gens. »

Lorsque la police est arrivée sur les lieux, elle a identifié l’homme qui avait jeté les documents de Taf. Il a prétendu que les documents n’étaient pas les siens et qu’ils se trouvaient dans une armoire de l’appartement qu’il avait acheté il y a une dizaine d’années, et qu’il faisait simplement le ménage de son logement.

La police, sceptique à l’égard des déclarations du résident, certains documents datant de 2016, a confisqué les dossiers.

Ces documents contenaient des demandes personnelles de couples sans enfants et des documents juridiques originaux signés par la ministre de la Justice Ayelet Shaked et le ministre des Affaires sociales Haim Katz.

Les photos et les vidéos obtenues par Ynet montrent des douzaines de dossiers empilés au hasard dans des boîtes sur le trottoir. Plusieurs autres étaient sur le terrain, certains étaient ouverts, avec des papiers éparpillés à proximité.

Un agent de police inspecte les dossiers appartenant à l’agence d’adoption Taf contenant des données personnelles qui ont été trouvées à l’extérieur d’un immeuble à Tel Aviv le 6 juillet 2018. (capture d’écran : Ynet)

Le rapport indique que parmi les demandes personnelles figurait celle d’une femme israélienne dans la trentaine qui a écrit à Taf pour demander de l’aide pour adopter un enfant en tant que parent célibataire, parce qu’elle n’a pas réussi à trouver un mari. Une autre lettre d’une mère russe expliquait en détail sa décision difficile de faire adopter son fils, mais la situation financière désastreuse de la famille et la longue peine de prison de son mari les empêchait de s’occuper de lui. La mère a indiqué à Taf qu’elle voulait désespérément garder son fils, mais que la famille n’avait pas les moyens de lui assurer une vie décente.

Vendredi, le PDG de Taf, Leonid Zimanenko, a publié un communiqué affirmant que l’incident était un malentendu et que les documents trouvés devant son domicile à Tel Aviv n’ont jamais été jetés. Il a expliqué que les dossiers avaient été transférés de l’entrepôt de l’agence à son appartement, et qu’ils avaient été laissés sans surveillance « juste un moment » à l’extérieur.

Des dossiers appartenant à l’agence d’adoption Taf contenant des données personnelles ont été retrouvés à l’extérieur d’un immeuble d’appartements à Tel Aviv le 6 juillet 2018. (capture d’écran : Ynet)

« Personne n’allait jeter quoi que ce soit à la poubelle parce que c’est contraire à la loi », a déclaré M. Zimanenko dans son communiqué. « Je ne peux pas expliquer comment ils se sont retrouvés sur le trottoir comme ça. Ce sont des documents d’ONG et cela ne saurait se produire. »

« En tant que PDG, je suis assez choqué, nous gardons tous nos dossiers, mais ceci constitue une erreur », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...