Des écrivains défendent Kamila Shamsie, pro-BDS, après le retrait d’un prix
Rechercher

Des écrivains défendent Kamila Shamsie, pro-BDS, après le retrait d’un prix

L'écrivain britannique a été punie "pour sa défense des droits de l'Homme", disent ses confrères, après qu'un prix littéraire allemand lui a été retiré

Kamila Shamsie,é écrivaine britannique d'origine pakistanaise, en 2009. (Crédit : Lefteris Pitarakis/AP)
Kamila Shamsie,é écrivaine britannique d'origine pakistanaise, en 2009. (Crédit : Lefteris Pitarakis/AP)

Plus de 250 écrivains ont pris la défense de l’écrivaine britannique Kamila Shamsie, après qu’un prix littéraire allemand lui a retiré sa récompense au regard de son soutien apporté au mouvement de boycott anti-Israël.

Ils ont signé une lettre ouverte publiée lundi dans le London Review of Books indiquant que le Prix Nelly Sachs avait choisi « de punir un auteur pour sa défense des droits de l’Homme ».

Le prix, nommé d’après la poète et dramaturge juive allemande et lauréate du prix Nobel Nelly Sachs (1891-1970), récompense les auteurs qui font la promotion de la « tolérance, du respect et de la réconciliation ». Le prix de 15 000 euros est décerné tous les deux ans. La remise des prix est gérée par la ville de Dortmund.

Shamsie a refusé que ses œuvres soient publiées en Israël. Le panel de huit jurés a décerné à Shamsie son prix le 6 septembre mais, après avoir pris connaissance de ses positions pro-BDS, a décidé le 20 septembre de le lui retirer.

Shamsie a répondu qu’il était triste qu’un « jury cède à la pression et retire un prix à une autrice qui exerce son droit à la liberté de conscience et à la liberté d’expression », a rapporté le Guardian.

En mai, le Parlement allemand avait adopté une motion qui qualifie le mouvement BDS d’antisémite.

« Quel est le sens d’un prix littéraire qui mine le droit à la défense des droits de l’Homme, les principes de liberté de conscience et de liberté d’expression et la liberté de critiquer ? … Sans cela, l’art et la culture deviennent des luxes dénués de sens », indique la lettre. Elle a été signée par les auteurs Ahdaf Soueif et Omar Robert Hamilton, cofondateurs du festival de littérature palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...