Des évangélistes britanniques se mobilisent pour Israël
Rechercher

Des évangélistes britanniques se mobilisent pour Israël

Le couple Starritt espère susciter un soutien à Israël en créant une succursale des Chrétiens Unis Pour Israël à Londres

Remeny et Des Staritt à l'Exposition Christian Resources en mai 2015. (Jenni Frazer / The Times of Israel)
Remeny et Des Staritt à l'Exposition Christian Resources en mai 2015. (Jenni Frazer / The Times of Israel)

LONDRES – Un mari et une femme apparemment sans prétention, Des et Remeny Starritt, sont à l’avant-garde d’une nouvelle initiative britannique invraisemblable.

Le mois prochain, le couple lance officiellement la succursale britannique des Chrétiens Unis pour Israël (CUFI), lors d’un rassemblement à Westminster, le cœur du Londres politique. Et le pasteur John Hagee, fondateur de l’organisation aux Etats-Unis et l’un des prédicateurs évangéliques les plus tonitruants viendra pour assurer à CUFI un départ retentissant.
 
Les Starritt parlent tranquillement – sauf quand il s’agit d’Israël. Ils étaient à Londres la semaine dernière pour participer à l’Exposition annuelle de ressources chrétiennes, qui offre un large éventail d’accessoires chrétiens, des différents types de mobilier d’églises jusqu’aux soutanes les plus cool.

Et là, au milieu des exposants, vous trouvez un stand arborant le slogan « Chrétiens contre l’antisémitisme », la première campagne britannique de CUFI, dont le logo est une étoile de David en flammes. Ces évangélistes ne sont clairement pas des britanniques timides, mais un groupe extrêmement sur et fier qui est déterminé à faire passer leur message. (Ce n’est pas facile pour une juive britannique d’écoper toute cette effusion passionnée).

Des Starritt a renoncé à son entreprise familiale fournissant des services de gestion et d’administration basée à Swindon pour présider le CUFI britannique. Les trois fils du couple, âgés de 22, 30 et 34 ans, ainsi que leurs épouses, font également partie de l’équipe.

Des Starritt a toujours été impliqué dans son église locale, mais il dit qu'il a été "revigoré" quand lui et sa femme Remeny ont assisté à une conférence "prophétique" en 1998 (Jenni Frazer / The Times of Israel)
Des Starritt a toujours été impliqué dans son église locale, mais il dit qu’il a été « revigoré » quand lui et sa femme Remeny ont assisté à une conférence « prophétique » en 1998 (Jenni Frazer / The Times of Israel)

Starritt a toujours été impliqué dans son église locale, mais il dit qu’il a été « revigoré » quand lui et son épouse ont décidé de participer à une conférence « prophétique » en 1998.

« Elle a eu lieu dans un champ dans le Dorset, 2 000 personnes sous un chapiteau, » se souvient-il. « Ne soyez pas silencieux, de jour comme de nuit » intervint son épouse Remeny, rappelant le thème central de la conférence.

« Il y avait un message très pro-israélien », reprend Des, « et pour nous, c’était une reconnexion avec les racines juives de notre foi ».

Le couple a commencé à militer dans différents organismes de bienfaisance chrétiens pro-israéliens et à travers ce travail ils ont finalement rencontré John Hagee. CUFI compte actuellement environ deux millions de partisans.

« Nous étions enthouisiasmés par tout ce que John et sa femme faisaient aux États-Unis et je voulais faire quelque chose d’analogue ici. Nous avons identifié ici un besoin pour CUFI… avec la montée de l’antisémitisme dans le Royaume-Uni et à travers l’Europe. Donc, nous avons parlé au pasteur Hagee et nous avons convenu que nous allions mettre de côté toutes nos autres activités pour mettre en place CUFI », dit Des Starritt.

Pour le moment, CUFI a été mis en place comme une organisation sans but lucratif mais il s’est vu refuser le statut d’organisme de bienfaisance par la Charity Commission du Royaume-Uni. Starritt explique que la Charity Commission ne considère pas que le travail éducatif de CUFI soit équilibré.

« D’après la commission, nous avons une opinion trop préconçue concernant Israël, » dit-il en dédramatisant ce revers mineur.

Des volontaires chrétiens à l'Exposition Christian Resources de mai 2015 à côté d'une bannière arborant le slogan "Chrétiens contre l'antisémitisme" la  première campagne britannique de CUFI (Jenni Frazer / The Times of Israel)
Des volontaires chrétiens à l’Exposition Christian Resources de mai 2015 à côté d’une bannière arborant le slogan « Chrétiens contre l’antisémitisme » la première campagne britannique de CUFI (Jenni Frazer / The Times of Israel)

Les Starritt ont été des visiteurs réguliers et fréquents en Israël depuis plus de 10 ans, tantôt en tant que touristes privés et tantôt dans le cadre de visites de pèlerins chrétiens évangélistes.

« Pour nous, en tant que Chrétiens, voir le pays réaffirme une grande partie de ce que nous avons appris depuis l’enfance. Nous voyons notre relation avec Israël comme remettant les choses dans leur contexte », dit-il.

Starritt est loin d’être naïf et est conscient de l’attitude politisée vis-à-vis d’Israël de nombreuses églises chrétiennes au Royaume-Uni.

« Nous pensons que vous pouvez être pro-palestinien sans être anti-israélien. Notre approche est plus populaire et nous pensons que les églises ne devraient pas être exclusives, pour l’un ou pour l’autre », fait-il observer avec douceur.

Pendant les derniers mois, CUFI s’est concentré à recruter sur les médias sociaux et dans les publications chrétiennes, dans le but de convaincre 1 000 personnes d’assister à son lancement en juin.

Starritt marche délicatement à travers le champ de mines potentiel de l’engagement de son organisation avec la communauté juive en déclarant que le travail de CUFI avec les Juifs sera « inconditionnel » et ne fera certainement pas de prosélytisme.

Avec un certain amusement, il dit que, même s’il y avait eu un soutien juif pour l’événement de lancement de CUFI, le fait que celui-ci a lieu « le Shabbat le plus long de l’année, le samedi 20 juin » pourrait bien dissuader toute présence juive.

De plus, insistent les deux Starritt, leur message de sensibilisation est destiné aux Chrétiens britanniques, pas aux Juifs.

« Nous ne cherchons pas à amener les gens à chanter [la chanson folklorique traditionnelle] « Kumbaya », explique Des.

« Mais nous espérons développer une voix forte pour Israël, une prise de conscience de l’antisémitisme et pourquoi les Chrétiens doivent combattre. Vous pourriez dire que cela est, littéralement, un acte de foi ».

Remeny essuie ses larmes en approuvant. « Nous avons vraiment besoin de nous mobiliser pour Israël », ajoute-t-elle. Ce n’est pas le genre de déclaration généralement entendue en Grande-Bretagne : peut-être que CUFI va changer cela.

Le pasteur John Hagee coude à coude avec le rabbin Shlomo Riskin dans une mars de solidarité en 2010 (Autorisation)
Le pasteur John Hagee coude à coude avec le rabbin Shlomo Riskin dans une mars de solidarité en 2010 (Autorisation)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...