Des ex-ministres fustigent les dirigeants israéliens pour les ‘échecs’ lors de la guerre de 2014
Rechercher

Des ex-ministres fustigent les dirigeants israéliens pour les ‘échecs’ lors de la guerre de 2014

Un rapport du contrôleur de l’Etat qui a fuité dans la presse accuse Netanyahu, Yaalon et Gantz d’avoir échoué à anticiper la menace des tunnels du Hamas et d’avoir caché des informations au cabinet

Avidgor Liberman, l’ancien ministre des Affaires étrangères et chef du parti Yisrael Beytenu, et Gideon Saar, ancien ministre du Likud, ont fustigé vendredi le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Moshe Yaalon pour leur conduite lors de la guerre de 2014 à Gaza, à l’approche de la publication d’un rapport très critique du Contrôleur de l’Etat sur les actions des dirigeants israéliens lors du conflit de 50 jours.

Netanyahu, Yaalon et l’ancien chef de l’armée Benny Gantz vont faire face à des critiques très dures dans le rapport à venir, qui a déjà fuité dans les médias israéliens jeudi.

Dans le rapport, Netanyahu et Yaalon sont accusés de ne pas avoir tenu au courant le cabinet de sécurité en temps réel sur la menace imminente d’une guerre avec le Hamas dans la bande de Gaza et de ne pas avoir débattu de la menace grave des tunnels d’attaque du groupe terroriste, selon des sources de médias hébreux qui ont lu le brouillon du rapport.

Le Premier ministre et le ministre de la Défense auraient caché au cabinet le fait que l’agence de sécurité du Shin Bet avait averti d’une guerre potentielle avec le Hamas début juillet 2014, selon la Dixième chaîne.

La guerre, qu’Israël a appelée d’Opération Bordure protectrice, a commencé le 8 juillet 2014. Des membres du cabinet de sécurité ont seulement pris connaissance de l’avertissement du Shin Bet lors de l’opération, explique-t-on dans le rapport.

Liberman, tout en notant qu’il n’a pas le droit de parler directement du rapport, a déclaré que Netanyahu et Yaalon représentent « des dirigeants qui esquivent leurs responsabilités, qui sont incapables de prendre les décisions requises et d’assurer la sécurité des citoyens israéliens ».

« Ce qui n’est pas moins sérieux [que la conduite de Netanyahu et Yaalon en 2014] est que comme juste avant l’Opération Bordure protectrice, Israël se contente aujourd’hui de répondre aux actions et aux menaces du Hamas sans prendre d’initiative réelle pour changer la situation à la base et se débarasser de la menace continue de Gaza, qui devient de plus en plus puissante, pour les résidents d’Israël », a ajouté Liberman, qui a servi en tant que ministre des Affaires étrangères de Netanyahu pendant la guerre.

Saar, l’ancien ministre du Likud, qui, bien qu’ayant quitté la politique, a été perçu pendant longtemps comme un candidat au poste de Premier ministre, a également qualifié la guerre de 50 jours « d’échec pour Israël ».

« Pour corriger les erreurs, il ne faut pas esquiver les critiques, a-t-il écrit sur Twitter vendredi. On doit apprendre de ses erreurs et de ses échecs. Refuser la réalité n’est pas la bonne chose à faire. »

Dans le brouillon du rapport, Yosef Shapira, le Contrôleur de l’Etat, critique aussi Gantz pour le manque de préparation opérationnelle de l’armée et de prévoyance face à la menace posée par les tunnels dans la bande.
Les tunnels du Hamas ont été utilisés avec des effets dévastateurs pendant la guerre puisque de nombreux soldats israéliens ont été pris par surprise dans des embuscades.

A la suite de la publication des détails sur le rapport, Shapira a déclaré vendredi qu’il ferait une enquête sur l’origine de la source ayant entraîné la fuite des informations.

Le rapport de Shapira devrait être encore plus dur que la tristement célèbre Commission Winograd, qui a demandé au gouvernement Olmert de justifier sa conduite lors de la Deuxième guerre du Liban à l’été 2006, et qui a conduit à la démission du chef de l’armée de l’époque Dan Halutz, a expliqué la Deuxième chaîne.

Netanyahu et Yaalon ont répondu à Shapira jeudi soir, rejetant le rapport comme n’étant « pas sérieux ».

Des sources proches de deux hommes ont déclaré qu’ils rejetaient les affirmations contre eux dans le brouillon.

« L’opération a été conduite avec une transparence sans précédent vis-à-vis du cabinet de sécurité. Tout au long de l’opération, Netanyahu a rassemblé le cabinet des dizaines de fois, plus que lors de n’importe quelle autre opération [militaire] dans l’histoire », a déclaré jeudi une source proche de Netanyahu.

L’armée israélienne a détruit plus de 30 tunnels du Hamas lors de l’opération de 2014, et a récemment découvert deux tunnels sophistiqués qui conduisaient directement sur le territoire israélien, y compris un tunnel jeudi.

A la suite du conflit de 50 jours, Israël a investi près d’1 milliard de shekels (environ 200 millions d’euros) dans le développement d’un système de détection pour localiser ces tunnels.

Le brouillon du rapport est arrivé au milieu de craintes sur un autre conflit dans le sud après plusieurs jours de tensions près de la frontière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...