Des groupes juifs ont manifesté à Paris contre la visite de Rouhani
Rechercher

Des groupes juifs ont manifesté à Paris contre la visite de Rouhani

Ces manifestations ont suscité peu d'intérêt ; Les principaux groupes juifs comme le CRIF n'y ont pas participé

Manifestations des groupes Juifs contre la visite de Rouhani à Paris le 28 janvier 2016 (Crédit : Rina Bassist/Times of Israel staff)
Manifestations des groupes Juifs contre la visite de Rouhani à Paris le 28 janvier 2016 (Crédit : Rina Bassist/Times of Israel staff)

Paris – Plusieurs manifestations ont eu lieu hier à Paris pour protester contre la visite du président iranien Hassan Rouhani dans la ville mais l’opinion publique générale a montré peu d’intérêt pour ces manifestations.

Les militantes féministes du groupe Femen ont manifesté hier matin. L’une des militantes a été suspendue sur l’un des ponts qui traversent la Seine près de la tour Eiffel, comme une protestation symbolique contre les exécutions qui ont lieu en Iran.

Une bannière qui a été accrochée sur un pont disait : « Bienvenue Rouhani, bourreau des femmes ». Jeanne, l’une des militantes, a noté pour le Times of Israël que parmi les 2 000 personnes exécutées au cours des deux années où Rouhani a été pouvoir, 60 étaient des femmes, et que l’Iran continue de violer les droits de l’Homme en général, en particulier en ce qui concerne l’égalité des sexes.

Quelque 150 personnes de plusieurs organisations juives se sont réunies jeudi après-midi près du Sénat français, sous la bannière «  un tapis rouge de sang pour Rouhani: ne mettons pas les droits de l’Homme sous le tapis ».

Les principales organisations juives, dont le CRIF, ne se sont pas jointes à cette manifestation, même si le CRIF a publié sur son site Internet l’appel lancé par les militants des droits de l’Homme à manifester contre la visite.

« Je suis désolé que les principaux groupes juifs ne se sont pas joints à nous aujourd’hui. Chaque Juif qui vit à Paris devrait s’opposer à la visite de M. Rouhani, qui met en danger le monde en général, Israël en particulier », a déclaré au Times of Israël Edouard Amiach du groupe UPJF.

« Les relations entre l’Iran et la France ne tournent qu’autour du sujet des négociations, c’est un marqueur d’acheteurs et de vendeurs qui met de côté les questions du terrorisme mondial ou des droits de l’Homme ». Il a noté que 60 parlementaires et sénateurs ont signé hier une pétition contre la visite. Kochava, qui a participé à la manifestation, a déclaré que « l’Iran, avec Daesh, le Hamas et le Hezbollah menace l’existence de l’Etat d’Israël. Je suis un Juif fier et je suis fier d’être ici pour dire non à Rouhani ».

Une troisième manifestation a eu lieu simultanément dans la 14ème arrondissement de Paris, organisée par les militants des droits de l’homme et des opposants iraniens au régime.

L’arrivée de Rouhani à l’Elysée hier après-midi a été marquée par des visages sévères et une atmosphère sobre, avec une délégation pratiquement exclusivement masculine accompagnant la réunion au palais présidentiel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...