Rechercher

Des images attestent que Tsahal a reporté des frappes pour protéger des civils

Dans une vidéo de l’armée illustrant son attention aux civils, un char cesse le feu pour épargner une jeune fille située dans la zone de tirs

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une jeune fille escalade un poste d’observation du Jihad islamique palestinien à la frontière avec la bande de Gaza, le 5 août 2022. (Armée israélienne)
Une jeune fille escalade un poste d’observation du Jihad islamique palestinien à la frontière avec la bande de Gaza, le 5 août 2022. (Armée israélienne)

L’armée israélienne a publié vendredi une vidéo montrant une jeune fille en train d’escalader un poste d’observation du Jihad islamique palestinien à la frontière avec la bande de Gaza, ce qui a amené une unité de chars à retarder sa frappe de plusieurs minutes.

La vidéo, filmée le 5 août dernier, donne à voir une jeune Palestinienne qui gravit les barreaux d’un poste d’observation du groupe terroriste, bientôt rejointe par un adulte.

Tsahal a déclaré que le 82e bataillon de la 7e brigade blindée avait reçu pour mission de tirer sur cette cible dans le cadre des frappes d’ouverture de l’opération Aube, qui visait le commandant du groupe terroriste dans le nord de Gaza, plusieurs postes à la frontière ainsi que des groupes prêts à passer à l’attaque.

« C’est après avoir reçu l’ordre de tirer sur les positions ennemies que l’équipe responsable des chars a remarqué la jeune fille et l’homme, à proximité de la cible », a déclaré le major « Bet », commandant de compagnie, qui ne peut être identifié que par l’initiale en hébreu de son nom.

« Le commandant de char a signalé par radio la présence de personnes non impliquées dans la zone et a stoppé le feu », a-t-il déclaré.

« Nous avons attendu qu’ils partent, et quelques minutes après, le char a détruit la cible », a-t-il ajouté. La vidéo donne également à voir la cible en train d’être détruite, causant la mort de l’agent du Jihad islamique palestinien de garde sur le poste.


 
La vidéo a été publiée par l’armée pour démontrer son attention aux civils non impliqués dans les combats.

Tout au long de l’opération, Tsahal a fait en sorte de mettre en avant la légitimité de son action. Au cours des affrontements, qui ont duré trois jours, l’armée a déclaré avoir retardé à plusieurs reprises des frappes contre le haut commandant du Jihad, Khaled Mansour, après avoir identifié la présence d’enfants dans la zone.

Une vidéo donne à voir des images d’une surveillance aérienne d’une maison, avec les voix de militaires israéliens en fond sonore.

Des cercles matérialisent la présence d’enfants autour de la maison où Mansour se trouvait alors. Selon l’armée, la frappe a été retardée à deux fois reprises, en raison de la présence de ces enfants, dont des images sont incluses dans la vidéo.

Dans une autre vidéo, Tsahal montre le report d’une frappe sur une cible du Jihad islamique palestinien pour éviter de blesser un civil situé à proximité.

Lors des combats, les terroristes palestiniens ont lancé 1 175 roquettes sur Israël entre vendredi et dimanche soir. Selon Tsahal, quelque 200 roquettes se seraient écrasées dans la bande de Gaza, certaines causant la mort de Palestiniens.

L’armée israélienne a déclaré avoir frappé 170 cibles, à l’aide d’avions et hélicoptères de combat, drones armés et unités d’artillerie.

Ont été pris pour cibles 17 postes d’observation (dont six, occupés par des membres du Jihad), 45 sites de lancement de roquettes et mortiers, huit camps militaires, huit caches d’armes, six installations de fabrication d’armes, trois cibles liées à la force navale du Jihad et un « tunnel d’attaque ».

Les autorités du Hamas dans la bande de Gaza ont déclaré que 48 personnes -parmi lesquels 17 enfants – avaient été tuées lors des combats, sans préciser combien étaient affiliées à des groupes terroristes.

Pas moins de 15 morts auraient été membres du Jihad islamique palestinien, du Hamas et d’un autre groupe terroriste plus marginal.

L’armée israélienne pense que 16 personnes, dont 12 enfants, ont été tuées par des roquettes palestiniennes défectueuses qui se sont écrasées à l’intérieur de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...