Des images satellites montrent les dégâts des derniers raids en Syrie
Rechercher

Des images satellites montrent les dégâts des derniers raids en Syrie

Une société de renseignement privée a publié des photos des dégâts des récentes attaques attribuées à Israël contre les forces soutenues par l'Iran près de Damas et de Palmyre

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des images satellites censées montrer les dégâts causés à la base militaire en périphérie de Palmyre lors de frappes aériennes perpétrées le 20 avril et attribuées à Israël, publiées par ImageSat International le 30 avril 2020. (Crédit : ImageSat International)
Des images satellites censées montrer les dégâts causés à la base militaire en périphérie de Palmyre lors de frappes aériennes perpétrées le 20 avril et attribuées à Israël, publiées par ImageSat International le 30 avril 2020. (Crédit : ImageSat International)

Une série de frappes aériennes contre les forces soutenues par l’Iran en Syrie survenues en avril, et qui ont été attribuées à Israël, ciblait un entrepôt à l’extérieur de Palmyre et l’entrée d’une installation souterraine près de Damas, selon des images satellites publiées jeudi par une société privée de renseignement israélienne.

Jérusalem n’a jamais officiellement reconnu avoir mené ces frappes, bien que le ministre de la Défense Naftali Bennett ait fait allusion à l’implication d’Israël, commentant à plusieurs reprises que les militaires s’efforçaient de chasser l’Iran de Syrie.

Le 20 avril, Damas a accusé Israël d’avoir mené un raid aérien sur une cible près de Palmyre. Neuf combattants pro-régime auraient été tués dans l’attaque, dont trois de l’armée syrienne et six étrangers, dont des membres du Hezbollah, selon le moniteur de guerre de l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Une semaine plus tard, l’armée israélienne a été accusée d’avoir mené une nouvelle attaque, sur l’aérodrome militaire de Mezzeh, à l’extérieur de la capitale syrienne. Quatre combattants pro-iraniens ont été tués lors de cette attaque, selon l’Observatoire. Trois civils syriens auraient également succombé à des éclats d’obus, bien qu’il ne soit pas clair si les fragments provenaient des missiles entrants ou des défenses aériennes syriennes.

Des images satellites censées montrer les dégâts causés à l’aérodrome militaire de Mezzeh en périphérie de Damas lors de frappes aériennes le 27 avril attribuées à Israël, publiées par ImageSat International le 30 avril 2020. (Crédit : ImageSat International)

Selon la société d’analyse d’images satellite ImageSat International, la cible de la première frappe en dehors de Palmyre était un entrepôt. Les photographies du site avant et après montrent que la moitié de la structure a été aplatie lors de l’attaque au missile.

La société de renseignement privée a estimé que la deuxième attaque visait l’entrée d’une installation souterraine contrôlée par le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran, une branche de l’armée iranienne qui coopère étroitement avec le Hezbollah et d’autres mandataires iraniens contre Israël.

Les images satellites ont également montré que la reconstruction se poursuivait sur un centre de commandement qui a été détruit lors d’un raid aérien, également attribué à Israël, perpétré en novembre.

Des images satellites censées montrer les dégâts causés à l’aérodrome militaire de Mezzeh en périphérie de Damas lors de frappes aériennes le 27 avril attribuées à Israël, publiées par ImageSat International le 30 avril 2020. (Crédit : ImageSat International)

Mardi, un jour après la deuxième frappe, Naftali Bennett a semblé laisser entendre qu’Israël en était à l’origine.

« Nous sommes passés du blocage du retranchement de l’Iran en Syrie à sa fin forcée, et nous ne nous arrêterons pas », a-t-il mis en garde.

« Nous ne laisserons pas d’autres menaces stratégiques se développer juste au-delà de nos frontières sans agir », a déclaré M. Bennett. « Nous continuerons à mener le combat sur le territoire de l’ennemi. »

Un jour avant l’attaque, le ministre de la Défense semblait également signaler qu’une attaque aérienne contre les forces iraniennes en Syrie était imminente, appelant à l’antenne de la radio 103FM dimanche à « rester à l’affût » des informations à ce sujet.

Des images satellites censées montrer les dégâts causés à l’aérodrome militaire de Mezzeh en périphérie de Damas lors de frappes aériennes le 27 avril attribuées à Israël, publiées par ImageSat International, le 30 avril 2020. (Crédit : ImageSat International)

« Nous sommes passés d’une politique de blocage [de l’Iran] à une politique d’expulsion », a ajouté M. Bennett dans cette interview.

Les responsables militaires israéliens ont averti à plusieurs reprises que la reconnaissance de telles frappes aériennes ajoutait une pression sur Téhéran et ses mandataires pour qu’ils ripostent afin de ne pas perdre la face.

Jérusalem affirme que la présence de l’Iran en Syrie, où il se bat pour soutenir le président Bashar el-Assad, représente une menace, alors que Téhéran cherche à s’ancrer le long des frontières nord d’Israël.

Israël a également menacé de prendre des mesures militaires pour empêcher l’Iran de fournir au groupe terroriste du Hezbollah basé au Liban des armes avancées, en particulier des missiles à guidage de précision.

Des images satellites censées montrer les dégâts causés à la base militaire en périphérie de Palmyre lors de frappes aériennes perpétrées le 20 avril et attribuées à Israël, publiées par ImageSat International le 30 avril 2020. (Crédit : ImageSat International)

Bien que les responsables israéliens s’abstiennent généralement d’assumer la responsabilité de frappes spécifiques en Syrie, ils ont reconnu en avoir mené des centaines, voire des milliers dans le pays depuis le début de la guerre civile syrienne en 2011.

Ces raids ont été en grande majorité dirigés contre l’Iran et ses alliés, notamment le Hezbollah, mais Tsahal a également mené des frappes sur les défenses aériennes syriennes lorsque ces batteries ont tiré sur des avions de chasse israéliens.

Le 15 avril, une voiture conduite par plusieurs agents du Hezbollah a été visée par une frappe attribuée à Israël alors qu’elle se dirigeait de la Syrie vers le Liban. Les passagers ont réussi à s’échapper après un coup de semonce tiré à côté de la voiture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...